Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 07:30

Les Clutin

 

Quelques éléments d'histoire et de généalogie
pour compléter l'article " Les seigneurs de Villeparisis" paru en juillet 2008


Henri Clutin (1510-1566) était originaire d’une famille de parlementaires parisiens. Son père, Pierre, sieur de Villeparisis, était président aux requêtes du Parlement de Paris où son grand-père Henri avait été conseiller; Un Pierre Clutin était déjà en 1509 notaire et secrétaire du roi, prévôt de Paris en 1517 (cf. Alexandre Tuetet et Paul Guérin, registre des délibérations du Bureau de la ville de Paris, Paris, 1883-1958, t.I, p.237-241).

Henri de Paris, qualifié de « bon marchant et puissant homme » par la Chronique scandaleuse, qui devint échevin de Paris en 1461, était fils de Guillaume de Paris et de Marguerite Clutin ( Bibl.nat. pièces originales 792 et dossiers bleus 198). Cette famille avait des membres dans le milieu parlementaire parisien. Les Paris étaient seigneurs de Villeparisis et,  par testament, cette seigneurie passa à Pierre Clutin, prévôt des marchands de Paris, dans le premier quart du 16ème siècle.

 

En 1538, Henri, alors âgé de 23 ans, protonotaire apostolique, reçut du roi des lettres de rémission pour un meurtre commis à Paris sur un certain Charles de Gapaines (cf : Bibl. nat. Cabinet d’Hozier 38 p 135). Les terres des Clutin, originairement relevaient du duché de Montmorency (Chantilly, les archives, le Cabinet des titres, t.I, 1926, in-4°p 234 : aveu rendu pour le chef de Saint-Prix).

 

Le 28 juin 1552, Regnault Clutin, doyen de Bayeux, donne à Henri Clutin, chevalier, seigneur de Villeparisis, gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roi, son frère, ses droits sur la terre et seigneurie de Villeparisis. ( fol. 25 V°)

 

Henri Clutin, conseiller au parlement de Paris et président à la chambre des requêtes, fut destiné d'abord à la carrière ecclésiastique, mais son tempérament, sans doute, le dirigea dans une autre voie.

Envoyé en Ecosse sous François Ier, Henri Clutin y arriva en 1545, après un passage à Londres. Il séjourna longtemps dans ce pays, déchiré par les luttes civiles et religieuses, au service de Marie de Lorraine, veuve du roi Jacques V, d'abord avec le titre d'ambassadeur de France (nomination le 31 mars 1546).

 

Il a eu 3 enfants de son mariage avec Jeanne de Thouars, nés en Ecosse, pour lesquels il obtint d’Henri II, avant 1553, des lettres d’habilitation pour hériter de leurs biens en France.

 

L'ambassadeur d'Oisel (Clutin) accompagna la reine douairière (Marie de Lorraine) d’Ecosse à Paris. Il fut alors nommé lieutenant général, le roi Henri II. Et, au dire de ses contemporains, il avait atteint en Ecosse « almost sovereign authority » (une autorité qui était presque celle d’un souverain)*. Sous ce titre, qu'il gardera jusqu'à son départ en 1560, il partagera tout le pouvoir et toutes les responsabilités avec la régente. Leur politique commune s'exprima dans la pacification des Borders, grâce à la présence continue de troupes françaises, et au rétablissement dans ces régions d'un statut administratif et judiciaire; dans une gestion centralisatrice, grâce à l'action d'un personnel français, présent aux charges principales : contrôle des finances, vice-chancellerie, ambassade française à Londres.

 

*il n’était pas « vice-roi » d’Ecosse, comme mentionné quelquefois par erreur 

 

Rentré en France, il prit part aux combats de la première guerre de religion, ce qui lui valut de recevoir en 1562 le commandement d'une compagnie d'ordonnance ainsi que le collier de chevalier de l'ordre de Saint-Michel. Il avait en outre rempli des missions en Angleterre (1561) et auprès des princes protestants allemands (1562).

 

Ensuite, Henri Clutin, fut nommé ambassadeur à Rome. Son séjour dans la Ville éternelle correspond aux deux dernières années du règne de Pie IV, période de dépression à Borne, frappée durement par le décret final de réforme du concile de Trente. Du pontificat de Pie V, Clutin ne connut que les six premiers mois.

 

Brantôme, qui connut Clutin à Rome lorsqu'il y passa en 1566 avec un contingent de volontaires français se rendant au secours de l'île de Malte, le qualifie de « bon homme d'espée, brave et vaillant, collère... au demeurant prompt, hastif et point endurant la moindre galanterie qu'on eust voulu faire à son maistre». L'épitaphe de l'ambassadeur relève également qu'il défendit à Rome acerrime le nom et la dignité de son souverain

 

Henri Clutin de Villeparisis mourut à Rome le 20 juin 1566.

 Et deux mois plus tard, sa veuve, épouse fidèle, qui avait nom Jeanne Chasteigner de La Rochepozay, prit soin de faire élever dans l'église de Saint-Louis des Français un monument avec buste et inscription à la mémoire de son mari. 

Trois mois après la mort d'Henri Clutin de Villeparisis, un autre ambassadeur français arrivait à Rome. Il s’agissait du comte de Tournon, envoyé par la cour pour prêter obédience au nouveau pape Pie V au nom de Charles IX.

  

 

 

Sources :

. Charles-Martial de Witte : Notes sur les ambassadeurs de France à Rome et leurs  correspondances sous les derniers Valois : 1556-1559

. Marie-Noelle Baudouin-Matuszk : Henri II et les expéditions françaises en Ecosse. Bibliothèque de l’Ecole des Chartes

 

. Collection des ordonnances des rois de France : catalogue des actes de François Ier. Académie des sciences morales et politiques (France) 1892.

. Correspondance: Paris, Bibl. Nat. Ms. français 16039, f° 3-22v, lettres originales de Clutin au roi Charles IX et à sa mère (1er avril-31 mai 1564), plus une lettre du roi à Clutin (15 juin 1564); f° 31-33V, une lettre de Clutin à la reine (18 février 1565); f° 32-116v, lettres comme ci-dessus (4 novembre 1565-19 mai 1566).

 

 

 

Source de l'arbre généalogique
http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Gentien.pdf

Partager cet article

Repost 0

commentaires