Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 04:30

 

Origine

 

Au début du XXe siècle, des femmes de tous pays s’unissent pour défendre leurs droits et réclamer le droit de vote.
La création d’une Journée internationale des femmes a été proposée pour la première fois en 1910, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin, et s’inscrivait alors dans une perspective révolutionnaire.

 

 

 

 

200px-Zetkin luxemburg1910[1]

 

 Clara Zetkin et Rosa Luxembourg

 

 


La date n’est tout d’abord pas fixée, et ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier.

La date est réinvestie avec le regain féministe des années 70 et la Journée internationale des femmes est reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977, et en France en 1982.

 

 

Voici quelques exemples de femmes qui, dans différents domaines ont lutté pour obtenir  l’égalité politique avec les hommes et conquérir le droit d’exister pour vivre indépendantes et libres. Par leur courage et opiniâtreté, elles ont fait disparaître les conservatismes et  évoluer les mentalités.

 

Olympe de Gouges 1748-1793

 

  235px-Marie-Olympe-de-Gouges[1]

 

En 1791, Olympe de Gouges publie un ouvrage "féministe" : "la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne". Elle y prône l’émancipation féminine, notamment au travers de l’égalité entre les sexes. Selon son ouvrage, la femme devrait être considérée comme citoyenne à part entière. Le préambule du texte s’adresse à Marie-Antoinette, à qui elle implore de défendre jusqu’au bout le "sexe malheureux". Ses actions ne se limitent toutefois pas à la condition de la femme. Olympe de Gouges s’était déjà engagée corps et âme dans la Révolution. Elle soutiendra également les Girondins au travers de ses écrits et ira jusqu’à défendre le roi Louis XVI. Ses agissements lui vaudront d’être guillotinée en 1793. Elle sera considérée plus tard comme l’une des toutes premières "féministes"

 

 

«««««««

 

 

George SAND

 

1804-1876

 

 

Luttant pour sa propre liberté comme pour le progrès de la société, George Sand s’engagea dès 1835 dans l’action politique.

Elle a toujours dénoncé la condition de mineures civiles dans laquelle étaient maintenues les femmes mariées

 

 

 

G Sand 1804-1876

 

 

 

 

 

 

 

“La femme étant sous la tutelle et dans la dépendance de l’homme par le mariage, il est absolument impossible qu’elle présente des garanties d’indépendance politique, à moins de briser individuellement et au mépris des lois et des mœurs, cette tutelle que les mœurs et les lois consacrent. […] je dirai toute ma pensée sur ce fameux affranchissement de la femme dont on a tant parlé dans ce temps-ci. Je le crois facile et immédiatement réalisable, dans la mesure que l’état de nos mœurs comporte. Il consiste simplement à rendre à la femme les droits civils que le mariage seul lui enlève, que le célibat seul lui conserve ; erreur détestable de notre législation qui place en effet la femme dans la dépendance cupide de l’homme, et qui fait du mariage une condition d’éternelle minorité. ”

George Sand, Lettre aux membres du Comité

 

 

«««««««

 

 

Elisa Lemonnier

 

1805-1868

 

 

  

elisa-lemonnier[1]

 

 

 

Elisa Lemonnier est une éducatrice française, considérée comme la fondatrice de l’enseignement professionnel pour les femmes

En 1856, est créée la Société de protection maternelle qui devient en 1862 la Société pour l’enseignement professionnel des femmes. Elle loue un atelier à Paris et ouvre la première école. Elle connaît un rapide succès et compte 80 élèves la 2ème année. Les locaux sont trop petits et on doit en trouver d’autres. Puis 2 autres écoles ouvrent, ce qui fait un total de 500 jeunes filles.

 

 

 

 

«««««««

 

 

 

Julie Victoire Daubié

 

1824-1874

 

 

J.V Daubi%C3%A9[1] 

 

 

 

 

 Julie-Victoire Daubié (1824-1874) fut la première femme française ayant obtenu le droit de se présenter au baccalauréat, qu'elle obtint à Lyon en 1861, elle y avait été refusée à Paris et à Aix au seul motif qu’elle était femme. En 1871, elle devint la première licenciée es lettres. En 1866, elle publia « La femme pauvre au XIXème siècle », dans lequel elle désignait l’état comme responsable de l’inégalité hommes-femmes dans l’emploi et en matière de salaires. Elle fut une militante féministe : droit de vote des femmes, défense des mères célibataires, dénonciation de la prostitution. Son combat pour l'éducation des femmes et leur accès à l'enseignement supérieur a inspiré la féministe anglaise Joséphine Butler qui a traduit en langue anglaise une partie de ses œuvres.

 

 

 

«««««««

 

Quelques dates importantes en France

 

  

 

 

1850 : création d’écoles primaires pour filles

1856 : Elisa Lemonnier fonde l’enseignement professionnel pour jeunes filles

1861 : JulieVictoire Daubié : première bachelière

1863 : création de cours secondaires pour filles

1875 : Madeleine Brès, première docteur en mèdecine

1882 : Maria  Deraisme, première femme initiée à la franc-maçonnerie

1900 : Jeanne Chauvin première femme avocate.

1903 : Marie Curie reçoit le prix Nobel de Physique

1936 : le gouvernement Léon Blum compte 3 femmes sous-secrétaires d'État

1941 : officialisation de la fête des mères

1944 : droit de vote

1945 : 34 femmes sont élues députées

1975 : première  loi sur l’interruption volontaire de grossesse (Simone Veil)

1980 : Marguerite Yourcenar, première femme à l'Académie française

 

 

 

Deraismes[1] 

 

   Maria Deraismes



 

 400px-Marie Curie c1920[1]

 

Marie Curie

 

 

 

madeleine bres[1]

 

Madeleine Brès

 

 

  

Thèse de Madeleine Brès par Jean Béraud[1]

 

 

 

Madeleine Brès soutenant sa thèse

 

femme brès NEW

 

 

Attestation d'Adrien Brès autorisant son épouse Madeleine à s'inscrire à la faculté de mèdecine de Paris le 24-10-1868

 

(archives nationales)

Partager cet article

Repost 0
Published by villepage - dans Histoire en général
commenter cet article

commentaires