Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 04:50
 
 
 
La première bataille de la Marne du 6 au 12 septembre 1914
 
Dans les seules batailles d'août et de septembre 1914, plus de 250 000 jeunes français sont morts, dont Charles Péguy le 5 septembre à Villeroy (voir article précédent) et le 22 septembre Alain-Fournier, l’auteur du Grand Meaulnes, dans les combats de St-Rémy-la-Calonne. Ce ne sont pas les seuls écrivains : quelques mois plus tard, Louis Pergaud, auteur de la célèbre « Guerre des boutons » est mortellement blessé dans la Meuse ; un an plus tard, Guillaume Apollinaire est sérieusement blessé et meurt en 1918.
 220px-Taxi-marne[1]
 
 

taxi de la Marne exposé à l’Hôtel des Invalides

 

         
Le 6 septembre au soir, dans le but de faire monter au front une partie de la 7ème DI (103ème et 104ème RI), les taxis sont regroupés sur l’esplanade des Invalides. Il s’agit principalement de taxis Renault AG1 mais aussi de quelques cars pouvant transporter 20 à 30 soldats.
 
Dans la nuit du 6 au 7, 2 groupes distincts s’ébranlent. Le premier, de 350 véhicules, part à 22h et un autre de 250, une heure plus tard.
 
Ils se regroupent à Tremblay les Gonesse ( Tremblay en France) puis partent en direction du Mesnil- Amelot.
 
Le 7 septembre, ce convoi de 600 véhicules redescend à Sevran ( 93). Au cours de cette même journée, un  second  convoi de 700 taxis supplémentaires quitte les Invalides pour Gagny.
 
 
 
 
 Tremblay
 
 
Plaque commémorative du rassemblement des taxis à Tremblay-les-Gonesse (aujourd’hui Tremblay-en-France-vieux pays) avant leur départ pour le Mesnil-Amelot
 
 
 
 

Finalement, le 9 septembre, bien que sa progression ne soit pas significative, la VIème armée oblige von Kluck (Ie armée allemande) à utiliser une trop grande partie de son potentiel sur son flanc ouest et ralentit sensiblement sa progression vers le sud. Une brèche d'environ 50 km avec la IIe armée de Karl von Bülow, située sur sa droite et qui continue à progresser s'ouvre. Profitant de cette ouverture, la Ve Armée française et le Corps expéditionnaire britanniqueattaquent les deux armées allemandes sur leurs flancs exposés. Désorganisées par cette manœuvre, épuisées par leurs précédentes avancées et légèrement inférieures en nombre, elles sont contraintes à l'arrêt puis au repli, jusqu'au 13 septembre. Elles se rétablissent sur des positions défensives favorables soigneusement préparées entre temps à l'arrière.

 
 
7-7 bataille-de-la-marne
 
  7 septembre Bataille de la Marne
bourcq 9 septembre
 
9 septembre bataille de l'Ourcq
Monument de Galliéni à Tribardou
gallieni-trilbardou
Partager cet article
Repost0

commentaires