Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 01:00

   

 

Commémoration de Seine et Marnais célèbres

 

Henri CHAPU

1833-1891

 

Une rue de Villeparisis porte le nom de « Rue Chapu », qui était-ce ?

 

 

    

  220px-Petit-Chapu[1]

 

 

 

 

 

Henri-Michel-Antoine Chapu est né au Mée sur Seine  (commune près de Melun) le 29 septembre 1833 dans une famille de modeste condition. Il avait une dizaine d’années lorsqu’il suivit ses parents qui avaient accepté une place de concierges chez le marquis de Voguë. Son père décide de le faire tapissier, mais son patron ne voulut pas l’engager sans qu’il ait des notions de dessin. Chapu est alors inscrit à l’Ecole des Arts décoratifs, ses bons résultats lui permettent d’intégrer en 1849 l’atelier de James Pradier à l’Ecole des BeauxArts. Il travaille ensuite avec Duret et le peintre Cognet.

 

 

 

7960025 2 l[1]

 

 

 

 

En 1851 il reçoit le second  prix de Rome de gravure, et en 1853, le second prix de sculpture, puis en 1855, le premier grand prix avec un bas-relief Clovis et Biton. Il part pour Rome et complète sa formation à la Villa Médicis.

De retour en France, il traverse des années pénibles ;  il exécute en 1868 un grand médaillon de bronze de Jeanne d’Arc qui fut fixé au mur extérieur du chevet de l’église Saint-Aspais de Melun.

La présentation au salon de 1870 du plâtre de sa Jeanne d’Arc à Domrémy, qui fut exécuté en marbre lui valut la consécration.

 

 

imagesCAYWYUHB

 

 

 

Il obtient une médaille d’or  en 1875 avec La Jeunesse ; dès lors les commandes affluent. Il réalise La Pensée pour le tombeau de la Comtesse d’Agout, en 1878, il crée le monument à  Eugène Schneider pour Le Creusot.

On peut citer la statue de Le Verrier, La Vapeur, Le Génie de l’Immortalité,  les bas-reliefs du tombeau de Thiers au Père-Lachaise. Il fut appelé à Copenhague pour y faire la statue de la Princesse de Galles.

Il mourut à Paris le 21 avril 1891 au cours d’une épidémie d’influenza alors qu’il travaillait au tombeau du cardinal de Bonnechose .

 

chapu-proserpine[1]

 

 

Son œuvre, féconde et exécutée avec soin, inspirée de la Renaissance classique l’apparente au groupe des «  Florentins ». Son travail a été récompensé par de nombreuses médailles  et par son élection à l’Académie des Beaux-Arts le 23 octobre 1880, il en fut nommé président en 1889. Il avait été nommé Chevalier de la Légion d’Honneur en 1867.

 

 

 

chapu[1]

 

 

 

Il est inhumé dans son village natal, Le Mée sur Seine. On plaça sur sa tombe la reproduction d’une de ses œuvres : Le Génie de l’Immortalité. Un musée, organisé à la Mairie renferme les esquisses et les maquettes de ses réalisations les plus importantes.

 

 

 

Fraigneau - Au Père-Lachaise - Le Monde moderne - p691b[1]

 

 

 

 

Source : Dictionnaire biographique de Seine et Marne, Histoires et anecdotes de Damien Blanchard (médiathèque)

    

Partager cet article

Repost 0

commentaires