Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 03:50
 
LES CAFES (2)
 
On retrouve cet homme Van de Voos et ses comparses dans Villeparisis, prêts à partir sur Paris. Ce récit nous fait entrevoir Villeparisis dans les années 50.
« Van de Voos se proposa de les déposer devant leurs hôtels et la grosse 402 noire traversa les rues endormies de Villeparisis. Il laissa Tatane au Martin-Pêcheur, une bâtisse qui faisait face aux Docks de l’Ourcq. Les lotissements s’organisaient à toute vitesse et les champs, les bois se faisaient grignoter chaque jour un peu plus par les cabanes de week end, les pavillons bancals. Il fit une première halte devant l’hôtel de Venise. Deux étages en béton au-dessus d’une salle de bal. Dix ans plus tôt on pêchait, en face, dans des étangs dont ne subsistait plus la moindre trace, sinon, peut-être, ce nom de Venise sur cette façade désolée…La Peugeot fila vers chez Turbotin, au coin de l’avenue des Rossignols, dans le secteur italien….. »
 
café le gros chêne NEW
« Van de Voos rejoignit ensuite Le Merle Blanc en passant par la nationale 3, qu’on appelait encore quelquefois, ici, la route d’Allemagne. Il s’arrêta devant le café Aux Deux-Départements, à hauteur de la grosse borne blanche dont la face partagée par un trait creux annonçait Paris sur la droite et Mayance sur la gauche. Il descendit de la 402 et contempla longuement le paysage de carrières, de convoyeurs, de cheminées. Un pas de plus et il rompait le contrat qui le liait à la justice….Il lui arrivait une fois ou deux par mois d’organiser une escapade à Paris, mais il ne se laissait pas aller à emprunter la «  voie Lambert » du nom de la route des carriers qui longeait la frontière du 77 et du 78, par les bois….C’était bon pour les demi-sel, les petits maquereaux de banlieue qui pullulaient dans les villes de relégations comme Villeparisis ou Lagny…Lui prenait tout simplement le train des employés, de préférence celui de 6h04, le lundi matin pour revenir par l’omnibus de 18h09.  Il remonta l’avenue Charles Gide et vira à droite rue Joseph Coursolle. André, le patron du Merle Blanc se tenait sur le seuil…"
 
 maison blanche NEW
 
 
La Maison Blanche (autour de 1910). Tenue par les époux Fonteyne, la « Maison Blanche » était le dimanche, un rendez-vous de pêche et de chasse. En semaine, les ouvriers qui travaillaient à la plâtrière proche, y prenaient leur repas.
 
café pont de mitry 2 NEW
 
 
Café restaurant du Pont de Mitry  autour de 1920
 
 
 
« Il était à peine quatre heures de l’après-midi, ce mercredi 28 mai 1952, pourtant la place du marché et la rue qui menait jusqu’à la gare étaient animées de manière inhabituelle…Depuis le bar de l’Oasis, Coffiot et Tatane observaient la cinquantaine d’ouvriers de chez Lambert, des Docks de l’Ourcq, des Ateliers métallurgiques Derkx, de la Garantie mécanique et des Chantiers du Muguet qui se rassemblaient par petits groupes de cinq ou six. Soudain deux hommes se portèrent en avant, au milieu de la rue, et déplièrent une banderole, un drap blanc sur lequel s’inscrivait, en lettres rouges malhabiles, le slogan du jour : DEHORS RIDGWAY LA PESTE. Le cortège se forma. Il traversa le canal de l’Ourcq avant d’envahir le quai du chemin de fer…. »
 café des sports NEW
 
 
Source : Les Tricards paru dans En Marge de Didier DAENINCKX
 Cartes postales: François Gagnepain
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires