Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 06:12

 

Avec Gaetano di Martino, voici les deux artistes liés à la fois à Pietrasanta et au Centre culturel de Villeparisis citées par Geneviève Carretié dans l’article précédent Esther Lapointe et  Alicia Penalba.

 

 

  Alicia Penalba

 

  1913-1982 



 

 

mediathèque villeparisis 

  Sculpture de Penalba à la médiathèque de Villeparisis

 

 

Alicia Peñalba est née en 1913 à San Pedro, province de Buenos Aires (Argentine). Suivant son père, constructeur de chemins de fer, dans les pays d’Amérique latine, elle y connut tout enfant les déserts et les forêts tropicales. Alicia Peñalba sera, plus tard, élève en dessin et peinture de l’Ecole des beaux-arts de Buenos Aires.

 

Venue s’installer à Paris en 1948, elle abandonne la peinture pour se consacrer exclusivement à la sculpture ; elle travaille pendant trois ans dans l’atelier d’Ossip Zadkineà la Grande-Chaumière. A partir de 1952, Alicia Peñalba montre son travail dans de nombreuses manifestations collectives et autres Salons parisiens (Salons de la Jeune Sculpture, Salons des Réalités Nouvelles, Exposition Internationale du Musée Rodin, diverses biennales, etc.). Ses oeuvres sont également montrées dans des expositions personnelles, dont la première se tient à Paris en 1957

 

 

 200px-Leverkusen - Schloss Morsbroich 22 ies[1]

 


Dès 1952, l’artiste avait acquis quelques-unes des constantes qui allaient caractériser son style, travaillant la verticalité de totems qui évoquent des plantes exotiques pétrifiées. Les années passant, son oeuvre se poursuivra dans ce sens, mais s’y rajoutera des sculptures conçues pour une intégration architecturale (formes en pétales s’accrochant dans l’espace par des solutions extrêmement audacieuses).

 


 B[1]

 

 

 

Si la première part de son oeuvre fait d’Alicia Peñalba un sculpteur intéressant parmi beaucoup d’autres dans le grand courant de l’abstraction internationale des années 60, la seconde part, vision nouvelle de la sculpture, la place parmi les sculpteurs importants de sa génération (Etienne-Martin, Stahly, Germaine Richier, Caroline Lee, etc.).

 

 

 

GrandDoubleG[1]

 

   

Alicia Peñalba, tout au long de sa carrière artistique, verra son travail exposé en France et à l’étranger (Musée d’art moderne de Paris, Rio de Janeiro, Eindhoven, Leverkusen, etc.). En 1961, elle reçoit le grand prix de sculpture à la Biennale de Sao Paulo. Alicia Peñalba recevra d’importantes et multiples commandes publiques ou privées, son oeuvre fera partie des collections de grands musées internationaux, en particulier du Musée Kröller-Müller d’Otterlo (Pays-Bas), aux côtés d’oeuvres réalisées par les plus grands sculpteurs du XXème siècle.

Alicia Peñalba est morte accidentellement près de Dax (Landes) en 1982.

 

 

 

GrandTotem2[1] 

 

 

 

1976

 

Quatrième foire de l’estampe

 

 

  Ces expositions furent organisées par Dany Bloch et reprises chaque année ; elles deviendront une large manifestation collective sous le nom de «  Travaux sur papier/objet ».

Dany Bloch (née en 1925 et décédée en 1988) était spécialiste de l’art video en France et à l’étranger. De 1967 à1971, elle a dirigé la galerie au sein de la Maison de la culture du Havre.

De 1973 à 1985, elle a travaillé à la galerie du Centre culturel de Villeparisis

 

 

  

Jean Rault

 

 Photographe (né en 1949, vit et travaille à Paris, en Normandie et au Japon), il s’intéresse à la représentation du corps par la pratique du portrait-nu et à la représentation de l’espace en photographiant des jardins remarquables.

  

  6cebig[1]

 

 

VELOSCOPIE

 

 

véloscopie 

  

 

 

Source: archives de "Villeparisis et son passé" 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires