Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 07:36

 

 

 

Le baccalauréat

 

Des milliers d’élèves passent leur baccalauréat en ce moment, mais en connaissent-ils l’origine et l’histoire ?

 

Le mot «  baccalauréat » vient du latin bacca laurea , baie de lauriers. C’est un diplôme indispensable à l’entrée de l’enseignement supérieur, il a été créé  dans sa version moderne sous Napoléon 1er par le décret organique du 17 mars 1808  et est considéré comme le premier grade universitaire. Il a une double fonction : couronner les études secondaires et ouvrir la porte de l’enseignement supérieur, ce qui constitue une originalité du système français.

 

 

Les premiers baccalauréats datent du Moyen Age  avec l’apparition de l’Université de Paris : il est alors conféré dans les 4 facultés : arts, médecine, droit et théologie.  Le bachelier (il ne s’agit que de garçons) peut ensuite préparer la licence de sa faculté afin d’obtenir le droit d’enseigner (licencia docendi) dans celle-ci.

 

Après la Révolution qui supprime les universités, le baccalauréat a été réorganisé pour les 5 disciplines d’alors  (sciences, lettres, droit, médecine, théologie) par Napoléon 1er en 1808. Le baccalauréat devient alors un grade d’état. Les baccalauréats de chaque discipline ne sont pas de même niveau, ainsi le baccalauréat es lettres est un préalable à la présentation aux autres baccalauréats.

 

 

bac 2008 p4 27956[1]

 

 

 

 

 

 

Pour le passer, il suffit d’avoir 16 ans et de répondre aux questions «  sur tout ce qu’on a appris » depuis l’école ; c’est un examen  uniquement oral.

 

 

 

Quelques dates dans l’évolution du baccalauréat :

En 1808, il y eut 21 bacheliers.

En 1830 est introduite la première épreuve écrite : composition française ou traduction d’un auteur classique, cette dernière épreuve fut remplacée par une version latine obligatoire en 1840.

En 1840, introduction des mentions très bien, bien et assez bien.

En 1853, introduction d’une épreuve de langue vivante au baccalauréat es sciences.

 

 

 

  imagesCAN7D6VP

 

 formulaire de bac de la Faculté de droit ( archives CG54)


 

Il était destiné initialement aux garçons de la bourgeoisie. La première femme à passer le baccalauréat est Julie-Victoire Daubie en 1861. C’est à partir de 1924 lorsque les programmes secondaires pour garçons et pour filles deviennent identiques que le baccalauréat s’ouvre largement.

 

Dès 1830, on relève des fraudes avec des candidats qui en paient des plus doués pour passer les trois-quarts d’heure d’oral à leur place !!

 

 

Quelques chiffres :

 

De 1930 à 1948 : le nombre de candidats reçus passe de 15000 à 30000.

En 1973, il atteint 150 000, en 1985 250000 et en 1998 470 000.

En 2011 : 567 000 : 283 121 bacheliers généraux

                                128 832 bacheliers technologiques

                                155 502 bacheliers professionnels

 

 

 

Julie Victoire Daubié

 1824-1874

 

Première lauréate 

 

 

J.V Daubi%C3%A9[1]  

 

 

 

 

 Julie-Victoire Daubié (1824-1874) fut la première femme française ayant obtenu le droit de se présenter au baccalauréat, qu'elle obtint à Lyon en 1861, elle y avait été refusée à Paris et à Aix au seul motif qu’elle était femme. En 1871, elle devint la première licenciée es lettres. En 1866, elle publia « La femme pauvre au XIXème siècle », dans lequel elle désignait l’état comme responsable de l’inégalité hommes-femmes dans l’emploi et en matière de salaires. Elle fut une militante féministe : droit de vote des femmes, défense des mères célibataires, dénonciation de la prostitution. Son combat pour l'éducation des femmes et leur accès à l'enseignement supérieur a inspiré la féministe anglaise Joséphine Butler qui a traduit en langue anglaise une partie de ses œuvres

 

 

Sources : extraits d’articles de C.Proust, F.Labalette. (Historia, Le monde )

 

 

 

     

 

Partager cet article

Repost 0
Published by villepage - dans Histoire en général
commenter cet article

commentaires