Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 07:04

Témoignage d’un villeparisien né en 1930 sur ses années d’école à Anatole France


Témoignage de Monsieur Robert Emmanuel, natif de Villeparisis en 1930, sur ses années d’école à Anatole France (témoignage recueilli et rédigé par Aline Buffet, publié dans le bulletin de liaison numéro 36 de la Société d’histoire « Villeparisis et son passé)



«  Je crois revoir les blouses grises, les chaussures noires à lacets, et lorsque je fus dans la cour de l’école pour ma première rentrée scolaire, je me rappelle mon interrogation sur ce que pouvaient bien être ces plaques d’ardoises dressées à 50cm les unes des autres, qui s’avérèrent être des urinoirs…

Je me remémore les rentrées scolaires dans les petites classes. Le premier jour, la maîtresse sortait tout le matériel qui allait nous être distribué : une belle ardoise, avec son crayon, la règle, quelques cahiers, les buvards et, comble de bonheur, les livres… »

…  Là nous découvrions tout ce qui allait nous être inculqué durant l’année à venir. C’était le livre pour apprendre les mots et les phrases de base, un peu plus élaborés suivant le niveau   ; La géographie avec des pays dont les frontières et parfois les noms ont changé depuis, le livre d’histoire de France : les Gaulois, les rois, les guerres ; l’arithmétique et le commencement des prises de tête pour compter les œufs, les kilos,les mètres carrés, les volumes, les bénéfices…avec aussi les robinets qui coulent et les bassins qui percent leur eau, les trains qui se croisent, etc…Il y avait aussi sûrement un livre de Morale qui serait fort utile dans nos années présentes

Enfin, avec tout ce bagage glissé comme il se doit dans un cartable neuf, nous rentrions tous, le soir, fiers de montrer à nos parents ce beau matériel dont nous étions maintenant les possesseurs….

 

Ma première institutrice fut Madame Parcolet ave qui j’appris les premiers rudiments de lecture, ensuite, ce furent Melle Petit, M.Delamour, M.Chassier ; M.Leclerc et d’autres dont j’ai perdu le nom. Nous étions toujours au moins une trentaine par classe.  

Si on travaillait bien, les bons points récompensaient les efforts fournis et lorsqu’on disposait de 10 bons points, on avait droit à une image qu’on rapportait, tout fier, pour la montrer à papa et maman. En contrepartie, le  mauvais élève allait au coin pour un certain temps, nez au mur et mains dans le dos ou sur la tête,avec quelquefois une petite tape sur les mollets avec la règle du maître.

Lorsque toute la classe avait été sage, on avait droit à écouter la lecture que nous faisait le maître  relatant  des histoires merveilleuses qui nous captivaient…..

A la récréation, nous jouions, selon les ages, à chat perché, aux gendarmes et aux voleurs, ou bien aux noms de métiers. Les maîtres  surveillaient, sifflant pour signaler que les jeux  dangereux devaient cesser. Un roulement prolongé indiquait la fin de la récréation ; devant chaque classe, les élèves se rangeaient sur 2 colonnes, bras sur l’épaule du précédant pour parfaire l’alignement. Dans un calme presque parfait, on rentrait en classe.

Le soir, après les cours, venait Madame Garriot qui, pendant des années fit le ménage dans les classes….. 

 

De temps à autre, pour quelques francs (anciens), des troupes passaient pour une séance de Guignol ou montraient des animaux. Nous avions aussi le cinéma. Tout au début , les images étaient fixes et muettes ; plus tard, on nous projeta des films actifs mais tout aussi muets. Nous allions, plusieurs classes ensemble, assister à ces séances qui devaient être mensuelles. Une fois en 1937, je crois, tous les élèves sont allés coir le film Blanche-Neige au cinéma du Colisée, dessin animé qui, à l’époque, avait fait beaucoup de tapage. 

 Je quittai Anatole France vers 1941 car il n’y avait pas de cours complémentaire à Villeparisis. Nous devions aller à Sevran en prenant le train matin et soir, nous emportions la gamelle et déjeunions dans les cafés habitués à recevoir les élèves pour le repas de midi…. »





Anatole France 3

1955 - Classe de Monsieur Barreau

 

 

Anatole France 4
CEG Anatole France, on reconnaît au premier rang au milieu François Gagnepain,
Président de la Société d'Histoire "Villeparisis et son Passé"



En octobre 1948, M Legrand, après avoir surmonté de nombreuses difficultés (convaincre l’inspection académique, constituer l’encadrement pédagogique, disposer de locaux), ouvrit le cours complémentaire. (dans les locaux d’Anatole France)
M.Robbe prit la classe de C.E.P., M.Hérault se chargea de l’enseignement du français et de l’anglais, M.Legrand, des maths, des sciences et de l’histoire-géographie.

La  première classe de  6ème était constituée d’élèves d’Anatole France, des filles de Madame Saulnier, d’une élève de Mitry et d’un garçon de Claye.

Deux jeunes professeurs furent nommés : M.Barreau pour les maths et sciences et Melle Cunin pour le français et l’anglais. En juillet 1984, Melle Cunin devint Mme Barreau. M.Barreau resta à Villeparisis au cours complémentaire, puis au Collège Gérard Philipe où il termina sa carrière, de même pour M.Robbe.


1952 : examen du BEPC pour la première fois : toute la classe a été reçue :

Andrée Cauquil, Solange Ducron, Simone Stable, Paulette Tonne, Claudine Weytens , Claude Andriot, Jacques Denoel, Max Dumontet, Maurice Rose.
Seule l’école Anatole France en Seine et Marne avait obtenu ce sans faute !!

Partager cet article

Repost 0

commentaires