Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 03:27

La  guerre 14-18

 

Suite à la visite du Musée de la Grande Guerre à Meaux, voici un récit rapporté par Jacques Lime dans Villeparisis au fil du temps.

 

 

Ce récit concerne un Villeparisien, André Arpin qui a exploité la quincaillerie de la Place du Marché et qui fut prisonnier de guerre plus de 4 ans.

 

 mudée mesux 154

 

 

 

Voici le récit de sa capture rapporté par Jacques Lime ( gendre d’André Arpin)  :

« Nous sommes très bien dissimulés par le feuillage d’un arbre placé ç quelques mètres de nous. Nous avons les hausses à 1800 mètres. Nous sommes ravitaillés en cartouches par des enfants qui vont vider les cartouchières des blessés de l’ambulance située plus haut. L’adjudant  fait prendre nos noms par un caporal du 160è. Vers 14h, l’artillerie recommence de nouveau et nous ne pouvons rester plus longtemps ici. Nous essayons de nous sauver par les issues du village, mais il n’y a plus rien à espérer : nous sommes encerclés. Les  majors de l’ambulance nous conseillent d’éviter toute résistance afin d’épargner de nouvelles souffrances aux blessés. Nous restons à l’ambulance où nous sommes tous faits prisonniers vers 15h. » …

 

mudée mesux 150

 

«  Je fus dirigé sur Darmstadt, puis sur Königsbrück en Saxe. Connaissant l’allemand, j’entrai comme interprète à l’infirmerie. Au mois de juillet 1915, les infirmiers étant rapatriés, je m’improvisai infirmier et soignai mes camarades, puis vers août 1915, je me mis à écrire à ma famille avec de l’encre invisible (citron, oignon, etc…). Je racontai ce qui se passait au camp, la façon dont nous étions traités, etc. »… «  Les Allemands découvrirent mon subterfuge.. Je passai  devant le conseil de guerre( pour avoir écrit que la nourriture était exécrable , en ce sens que je portai atteinte à l’honneur des officiers allemands chargés de la nourriture des prisonniers.) Je fus condamné à 6 mois de forteresse pour injures et calomnies envers mes supérieurs. Je purgeai ma peine à la forteresse de Dresde, en cellule continuellement et sans colis (sans compter 15 jours de cachot). Le 1er septembre 1916, je fus envoyé à la compagnie des condamnés au camp de Cottbus où je fus de nouveau unfirmier-interprète. Je m’adressai à différents services de la Croix Rouge qui m’envoyèrent quelques médicaments nécessaires aux malades dont je m’occupais. Vers la fin septembre 1918, je fus envoyé à la forteresse de Cologne. »

 

 

 

musée meaux F 050

 

Jacques Lime : « C’est au camp de Cottbus-Sielow dans le Brandebourg qu’il fit la connaissance de Roger Salengro, prisonnier lui aussi. Ce dernier fut en 1930 ministre de l’Intérieur  dans le ministère de Léon Blum et se suicida à la suite d’une campagne de presse calomnieuse. Un procès s’en suivit auquel André Arpin apporta son témoignage pour prouver que rien n’avait entaché l’honneur de son camarade pendant sa détention. Mon beau-père, en sa qualité d’infirmier, s’était occupé des papiers nécessaires au rapatriement de Roger Salengro qui était malade. Ce dont ce dernier lui garda une reconnaissance fidèle.

C’est aussi à Cottbus qu’il fréquenta le peintre Desponts-Moralès qui en 1917 fit son portrait au milieu des fioles et des seringues de l’infirmerie. »

 

 

 

 

musée meaux F 059

 

 

 

 

 

Jacques Lime est né à Villeparisis  en 1920. Il épousa Jeannine Arpin, (originaire de Villeparisis également) en 1942. Ils eurent 4 filles (les 3 premières nées à Villeparisis), 11 petits-enfants (dont une habite encore Villeparisis), 17 arrière-petits-enfants

 

Il débuta sa carrière dans la police au commissariat de Mitry-Mory (Officier de Police : Inspecteur divisionnaire honoraire de police à Grasse au moment de sa retraite).

Il rédigea une trentaine de livres (dont le dernier en 2011) (poèmes, récits autobiographiques, Histoire…) dont 6 consacrés à Villeparisis et à son histoire ; il est décédé en 2011.

  



 

Source : Villeparisis au fil des temps de Jacques Lime

Photos du Musée de Meaux : F. Gagnepain et D.Bernal

 

 





Partager cet article

Repost 0

commentaires