Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 06:10
cp étang 1929
 
Les vacances autrefois
 
Pendant les vacances, les enfants allaient glaner dans les champs et couper l’herbe pour les lapins. Nous allions là où se trouve actuellement la ZAC, mais aussi dans les prés alentours, on partait avec une brouette dans laquelle on avait mis un sac et la faucille et aussi le goûter car il arrivait souvent que nous goûtions dans les prés en jouant avec les autres enfants. Cette vie au grand air nous faisait du bien, elle nous permettait de nous délasser joyeusement, et ce qui aurait dû devenir une corvée était pour nous un plaisir.
Le long de la voie Lambert, il y avait beaucoup de mures, en groupe nous allions les cueillir pour faire des confitures.
Notre grande joie était d’aller «  là haut » sur le coteau nous promener avec nos parents sur la route stratégique vers le parc de Bondy, et même jusqu’à l’entrée de Clichy-sous-Bois. C’était peut-être loin, mais nous étions heureux.
20051123-033.jpg 
20051122-118-copie-1.jpg
 20051123 101étang
Madame JARRIER,    publié dans Villeparisis souvenirs2001
Repost 0
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 00:17

 

 

13 & 14 juillet 1924

 

     

 

Fêtes du canal

 

 

Le canal a servi de piscine jusqu’en 1957. Chaque fête était l’occasion d’y organiser divers concours.

 

Le 14 juillet 24 fut fêté particulièrement par l’Union Sportive Villeparisienne, créée en décembre 23, ayant pour objet tous les sports en général, et pour siège, le Café des Sports, 21 rue de la République, comme le rappelle le Journal Officiel de l’époque.

 

 

 

20051208 053

 

 

 

 

20051208 054

 

 

 

Départ de la nage. Une simple barque en travers du canal sert de tremplin aux nageurs. Un homme à l’arrière-plan ne s’intéresse pas aux compétitions, il pêche. 

 

 

 

 

20051208 055

 

 

 

 

 

 

Arrivée d’une course de natation  de 200m. L’arrivée est devant la maison du garde-canal. La foule peut ainsi se regrouper, soit sur les rives, soit sur le pont. 

 

 

 

20051208 056

 

 

 

 

 

Course des 600m. Belle distance à parcourir dans une eau qui n’est pas chaude, même en été, toujours ombragée par les arbres la bordant. La foule est nombreuse

 

 

 

20051208 057

 

   

 

Source : Mémoire en images : Villeparisis

Repost 0
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 06:44
 
 
 
13 & 14 juillet 1924
Cette  célébration a fait l’objet de l’édition d’une série de 15 cartes postales, pour quelle raison ?
 
Ces fêtes ont duré 2 jours, elles s’intitulent aussi « Fête de la gare de Villeparisis ».
20051208 044
 

Mât de cocagne

 
20051208 046
 

La banderole porte l’inscription : « Union Reneusienne. Grande fête. Soyez les bienvenus ». La Reneuse ou Arneuse est une petite rivière située à proximité du canal. 

20051208 047
 
   

Devant la fanfare, une petite fille ouvre la marche ; nous apercevons la gare au fond à droite.

 

 
 
 
20051208 043
 
 
 

Ce café est pavoisé pour la fête nationale ; une précision indique boulevard Maritime, non pas que cette rue menait à la mer, mais un propriétaire aurait vendu ses terrains situés sur cette voie au profit d’une œuvre aidant les familles de marins morts en mer.

 

 

 

20051208 048

 

 

 

 

Départ de la course organisée par l’Union sportive  Villeparisienne, association créée le 29 décembre 1923 pour développer la jeunesse par tous les sports et dont le siège social se trouvait au café des Sports. A  droite, le second bâtiment est l’abri pour l’omnibus situé à l’entrée de la place du Marché.

 

20051208 049
 
 

 

Arrivée de la course des 6 kms. Ces 6 kms correspondent au tour de Villeparisis en passant par la rue de Vaujours, la rue Jean Jaurès et retour par la rue de la Gare.

 

 
20051208 052 

Lancement du poids

Au sol on peut voir, au centre de la photo, des cailloux régulièrement espacés qui indiquent la distance du jet.

 
20051208 045

 

 
 

Course en sac

 
 
 
20051208 051
 
 
 

Jeu du baquet

 
20051208 050
 
     

Jeu de la poêle

 
  Source : Mémoire en images : Villeparisis  
   
    

 

Repost 0
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 04:00

 

 

 

14 juillet 1936

 

Cette photo a été prise le 14 juillet 1936 à Villeparisis à l’occasion d’une manifestation lors du Front populaire.

 

  carte 14 juillet 0001 NEW 

 

 

 

Cette photo (appartenant à Madame  Monique Piera-Lime, fille ainée de Jacques Lime) a été transmise à la Société d’histoire « Villeparisis et son passé » par Jean-Philippe Damie, petit-fils de Jacques Lime que nous remercions vivement.

 

Il faut rappeler que Jacques Lime est né à Villeparisis en 1920. Il épousa Jeannine Arpin, (originaire de Villeparisis également) en 1942. Ils eurent 4 filles (les 3 premières nées à Villeparisis), 11 petits-enfants (dont une habite encore Villeparisis), 17 arrière-petits-enfants.


Il débuta sa carrière dans la police au commissariat de Mitry-Mory (Officier de Police : Inspecteur divisionnaire honoraire de police à Grasse au moment de sa retraite).

 

S’il quitta la Seine-et-Marne en 1950 pour s’installer à Grasse (06), il garda un attachement fort à la ville, venant régulièrement en visite à Villeparisis où l’une de ses 4 filles résida jusqu’à sa mort en 2009 et où l’une de ses 11 petits-enfants a choisi de rester !

 

Artiste durant ses temps libres, il créa une centaine de sculptures en bois d’olivier et rédigea une trentaine de livres (dont le dernier en 2011) (poèmes, récits autobiographiques, Histoire…) dont 6 consacrés à Villeparisis et à son histoire :

 

- Villeparisis Jadis et Naguère (1988)

- Villeparisis au fil du temps (1990)

- Villeparisis et l’abbaye saint Victor de Paris (1991)

- Un Villeparisien dans la tourmente (1991)

- Signification des patronymes villeparisiens (2002)

- Les vieilles maisons de Villeparisis ( 2003)


Ses ouvrages sont disponibles à la bibliothèque municipale et au musée de l’Histoire locale

Parc Balzac, 60 rue Jean Jaurès

77270 Villeparisis

 

http://villeparisis-histoire.over-blog.com/

 

Repost 0
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 00:18
 
 
 
Les grandes vacances scolaires
 
Origine
Les  travaux agricoles d’été mobilisent l’ensemble de la famille, des plus âgés aux plus jeunes. Ces derniers aident leurs parents au moment des moissons et gardent également les troupeaux.
 images[3]
 
 
 
 
En effet, dès 1231, le pape Grégoire II accordait des vacances pour les travaux agricoles. Ces vacances, qui ne devaient pas excéder un mois, portaient le nom bien significatif  de « vendanges ».  En réalité, chaque établissement, chaque école appliquait divers systèmes de vacances. L’ensemble des jours de congés scolaires indiscutablement ancré dans la vie religieuse suivait le calendrier des fêtes religieuses chrétiennes. Ces vacances avoisinaient 80 jours annuels. La Révolution et l’Empire édictèrent une réglementation unifiant les congés scolaires sur l’ensemble du territoire français.
 En 1800, les seules vacances  accordées commençaient le 5 août, pour se terminer le 20 septembre. Ces vacances correspondaient à l’aide que les enfants devaient apporter lors des vendanges et de la moisson.  Il  faudra attendre 1860 pour que Napoléon III accorde  5 jours de vacances supplémentaires pour les fêtes de Pâques.
 
 
images[2]
 
La IIIe République uniformise les congés scolaires des premier et second degrés (écoles, collèges et lycées) par un arrêté en date du 11 février 1939 :
 Toussaint : 2 jours, Noël : du 23 décembre au 2 janvier, Pâques : 2 semaines, grandes vacances : du 15 juillet au 30 septembre.
L’instauration des congés payés en 1936 bouleverse le calendrier. A partir de 1955, avec l’aisance économique des « Trente glorieuses », de très nombreuses familles partent dès  le 1er juillet, bouleversant le calendrier de la fin de l’année scolaire.
 images[1]
 
 images[10]
 
SOURCE : Petite histoire des grandes vacances ( communication, informatique et pédagogie de D.Moati)
 
Repost 0
Published by villepage - dans Histoire en général
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 03:51

 

 

 

 

 

La Société d’Histoire Locale

Villeparisis et son passé

 

Samedi 5 octobre 2013

Crépy en Valois et la vallée de l’Automne

                        

 

 

8h30 : départ en car de Villeparisis : Centre Culturel

10h : Visite guidée du château de Crépy en Valois et du Musée de l’Archerie :

Le nom de Valois  évoque le souvenir des rois  qui se sont succédés sur le trône de Hugues Capet : de Philippe VI roi en 1328 à Henri III qui meurt en 1589. Pendant plus de deux cents ans la France est gouvernée par des Valois

Dans l'Ancien Donjon du Château, le  Musée de l'Archerie et du Valois présente au travers d’une  collection unique en France  l'évolution de l'arc et de  ses traditions depuis le Moyen Age (les archers anglais infligèrent de sévères défaites à la France à Azincourt et Crécy).

 

Déjeuner à Crépy au restaurant «  Le Pot d’Etain »

Menu 

 Kir au vin blanc

Feuilleté de saumon sur salade verte

Carbonade de bœuf flamande, pommes vapeur

Brie de Meaux et salade

Vacherin glacé vanille/ fraise et son coulis de fruits rouges

1/3 vin, eau en carafe, café

Après-midi : De 14h30 à 17h30, notre guide nous accompagne en car afin de nous conter l'évolution historique, naturelle, patrimoniale de la Vallée de l'Automne et pour une visite commentée de l’abbaye de Morienval

 

Coût de la sortie : 62 euros pour les adhérents

                                                                   67 euros pour les non-adhérents

( transport en car grand tourisme, visite guidée, repas, assurance et pourboires)

Attention : inscription avant le 1er août 2013

"""""""""""""""""""""""""""""""""

Inscription à la sortie Crépy en Valois

Coupon à renvoyer avec un chèque à l’ordre de « Villeparisis et son passé » au Musée

Parc Honoré de Balzac, 60 rue Jean Jaurès, 77270 Villeparisis

 

NOM………………………………………………Prénom(s)………………………………….Adresse…………………………………………………………………………………………..

Tel :………………………………………………..Portable……………………………………

Nombre d’adhérents…………………………x 62 euros=……………………………………..

Nombre de non-adhérents……………………x67 euros=…………………………………….

Repost 0
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 07:27

DSCN2066

VISITE DE L’HOTEL DE VILLE DE PARIS

 

4 JUIN 2013

 

Un groupe d’adhérents de la Société d’Histoire « Villeparisis et son passé » a pu visiter,  avec une guide, l’Hôtel de Ville de Paris et admirer les salons, plafonds, sans oublier le grand escalier.

 DSCN2039

Un peu d’histoire :

Etienne Marcel fait l’acquisition de « La Maison aux Piliers » au nom de la municipalité de Paris en 1367. Elle est remplacée au 16 ème siècle par un palais dessiné par l’Italien Boccador. Pendant la Commune, elle est incendiée le 24 mai 1871 et complètement détruite ; les archives et la bibliothèque  sont perdues à jamais. Le bâtiment est reconstruit entre 1874 et 1882 sur les plans des architectes Ballu et Deperthes.  

 La place de Grèves est rebaptisée Place de l’Hôtel de Ville le 19 mars 1803.

     DSCN2059

 DSCN2047

DSCN2069

 

 

 

Mairie frcs 017

 

 

 

Mairie frcs 011

 

 

 

 

DSCN2074

 

 

 

DSCN2090

 

 

 

 DSCN2094

 

 DSCN2098

 

 

 

 

Mairie frcs 038

  Mairie frcs 052

 

 

Mairie frcs 045

 

 

 

Mairie frcs 031

 

 

 

 

DSCN2127

 

 

 

 

 

 

 

DSCN2126

 

 

 

 

 

 

Mairie frcs 072

 

 

 

 

 

 

 

DSCN2160photos: D.BERNAL  & F.GAGNEPAIN

Repost 0
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 07:36

 

 

 

Le baccalauréat

 

Des milliers d’élèves passent leur baccalauréat en ce moment, mais en connaissent-ils l’origine et l’histoire ?

 

Le mot «  baccalauréat » vient du latin bacca laurea , baie de lauriers. C’est un diplôme indispensable à l’entrée de l’enseignement supérieur, il a été créé  dans sa version moderne sous Napoléon 1er par le décret organique du 17 mars 1808  et est considéré comme le premier grade universitaire. Il a une double fonction : couronner les études secondaires et ouvrir la porte de l’enseignement supérieur, ce qui constitue une originalité du système français.

 

 

Les premiers baccalauréats datent du Moyen Age  avec l’apparition de l’Université de Paris : il est alors conféré dans les 4 facultés : arts, médecine, droit et théologie.  Le bachelier (il ne s’agit que de garçons) peut ensuite préparer la licence de sa faculté afin d’obtenir le droit d’enseigner (licencia docendi) dans celle-ci.

 

Après la Révolution qui supprime les universités, le baccalauréat a été réorganisé pour les 5 disciplines d’alors  (sciences, lettres, droit, médecine, théologie) par Napoléon 1er en 1808. Le baccalauréat devient alors un grade d’état. Les baccalauréats de chaque discipline ne sont pas de même niveau, ainsi le baccalauréat es lettres est un préalable à la présentation aux autres baccalauréats.

 

 

bac 2008 p4 27956[1]

 

 

 

 

 

 

Pour le passer, il suffit d’avoir 16 ans et de répondre aux questions «  sur tout ce qu’on a appris » depuis l’école ; c’est un examen  uniquement oral.

 

 

 

Quelques dates dans l’évolution du baccalauréat :

En 1808, il y eut 21 bacheliers.

En 1830 est introduite la première épreuve écrite : composition française ou traduction d’un auteur classique, cette dernière épreuve fut remplacée par une version latine obligatoire en 1840.

En 1840, introduction des mentions très bien, bien et assez bien.

En 1853, introduction d’une épreuve de langue vivante au baccalauréat es sciences.

 

 

 

  imagesCAN7D6VP

 

 formulaire de bac de la Faculté de droit ( archives CG54)


 

Il était destiné initialement aux garçons de la bourgeoisie. La première femme à passer le baccalauréat est Julie-Victoire Daubie en 1861. C’est à partir de 1924 lorsque les programmes secondaires pour garçons et pour filles deviennent identiques que le baccalauréat s’ouvre largement.

 

Dès 1830, on relève des fraudes avec des candidats qui en paient des plus doués pour passer les trois-quarts d’heure d’oral à leur place !!

 

 

Quelques chiffres :

 

De 1930 à 1948 : le nombre de candidats reçus passe de 15000 à 30000.

En 1973, il atteint 150 000, en 1985 250000 et en 1998 470 000.

En 2011 : 567 000 : 283 121 bacheliers généraux

                                128 832 bacheliers technologiques

                                155 502 bacheliers professionnels

 

 

 

Julie Victoire Daubié

 1824-1874

 

Première lauréate 

 

 

J.V Daubi%C3%A9[1]  

 

 

 

 

 Julie-Victoire Daubié (1824-1874) fut la première femme française ayant obtenu le droit de se présenter au baccalauréat, qu'elle obtint à Lyon en 1861, elle y avait été refusée à Paris et à Aix au seul motif qu’elle était femme. En 1871, elle devint la première licenciée es lettres. En 1866, elle publia « La femme pauvre au XIXème siècle », dans lequel elle désignait l’état comme responsable de l’inégalité hommes-femmes dans l’emploi et en matière de salaires. Elle fut une militante féministe : droit de vote des femmes, défense des mères célibataires, dénonciation de la prostitution. Son combat pour l'éducation des femmes et leur accès à l'enseignement supérieur a inspiré la féministe anglaise Joséphine Butler qui a traduit en langue anglaise une partie de ses œuvres

 

 

Sources : extraits d’articles de C.Proust, F.Labalette. (Historia, Le monde )

 

 

 

     

 

Repost 0
Published by villepage - dans Histoire en général
commenter cet article
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 05:42

  

 

FETE DES PERES

 

Origine

   

2553-Petit%20guitariste%20bonne%20fete%20papa mini[1]

  

 

 

En Italie, au Portugal ou en Espagne, les pères étaient fêtés depuis le Moyen Age le 19 mars, jour de la Saint-Joseph. L’habitude de les célébrer en juin vient des Etats-Unis.

.

1405-Carte%20ancienne%20je%20fais%20comme%20papa maxi[1]

 

 

 

 

 

En effet, l’idée est née à Spokane (état de Washington) : Sonora Smart Dodd fut la première personne à proposer la fête des pères. En écoutant un sermon le jour de la fête des mères en 1909, elle s’interrogea sur cette célébration : elle avait été élevée par son père, Henry Jackson Smart, après la mort de sa mère et elle voulait lui faire savoir à quel point elle lui était reconnaissante.

  

 

sonora louise smart dodd[1]

 

 

 

 

Comme son père était né en juin, elle choisit ce mois pour organiser la première fête des pères à Spokane le 19 juin 1910.

En 1924 le Président Calvin Coolidge soutint l’idée d’une journée nationale de fête des pères. Mais il fallut attendre 1966 et le Président Lyndon Johnson pour que fut signée la proclamation officielle d’un « Father’s Day » le troisième dimanche de juin.

 

 

7abd587c344c69bd4586b2ff6f54fade[1]

 

 

                   

C’est en 1952 que la France institua la première fête des pères

 

 

En France, les publicitaires  ont lancé cette fête dans les années 1950 avec cette publicité imaginée par l’inventeur du premier briquet à gaz : « Fête des Pères ! Offrez-lui un Flaminaire. Le briquet qui tient ses promesses ! »

 

 

 

publicite-ancienne-fete-des-peres-pour-le-briquet-flaminair

 

 

 

Source : J-P Raymond

 

Repost 0
Published by villepage - dans Histoire en général
commenter cet article
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 04:01

 

Chez Eve Hanska en Ukraine

 

 

 

Eveline Hanska

 

 

ukraine

 

 

Wierzchownia est un château de la fin du 18e siècle, construit par l'architecte italien Blerio.
Il a appartenu à Madame Hanska et à son époux, Monsieur Hanski, mort en 1841.
Balzac y a séjourné à plusieurs reprises : entre septembre 1847 et janvier 1848 puis, très malade, entre octobre 1848 et avril 1850.

Cette demeure était somptueuse, comme en témoigne une lettre envoyée par Balzac à sa soeur  où il relate son installation :

«  En  ce moment, j'ai un délicieux petit appartement composé d'un salon, un cabinet et une chambre à coucher ; le cabinet  est en stuc rose, avec une cheminée, des tapis superbes et des meubles commodes, les croisées sont toutes en glace sans tain, en sorte que je vois le paysage de tous les côtés. Ceci peut te faire imaginer ce que c'est que ce Louvre de Wierzchownia, où il y a cinq à six appartements de ce genre à donner ». (A Laure Surville. - Correspondance de Balzac . - Paris : Éditions Garnier frères, 1969 . - tome V. - p. 265. Cité dans PIERROT Roger. - Honoré de Balzac. - Paris : Librairie Arthème Fayard, 1994. - p. 466)

 

 

 

 

 

PARIS : Les dernieres années

 

 

 

fortunee2

 

 

 

 

fortunee3

 

 

 

La maison de Balzac rue Fortunée à Paris


Il s'agit d'une ancienne dépendance de la chartreuse Beaujon, ayant appartenu au financier Nicolas Beaujon.
Balzac l'acquiert en 1846, afin d'y résider avec Madame Hanska, sa future épouse.
 

 

 

 

L'hôtel comprend un corps de logis encadré par deux cours, ainsi qu'une chapelle (la chapelle Saint-Nicolas, dépendant de l'église Saint-Philippe du Roule). Le corps de logis est nettement visible sur la photographie ci-dessus. La chapelle, quant à elle, se trouve derrière, dans la partie gauche du cliché : on distingue le dôme qui la surmontait.

Balzac avait luxueusement aménagé cette maison pour Madame Hanska, comme en témoignent les aquarelles qu'il commande à l'architecte Santi, l'inventaire dressé par ses soins en 1848 et une porte en marqueterie aujourd'hui conservée au musée Balzac.


Balzac meurt le 18 août 1850 dans ce domicile. La rue Fortunée, visible au premier plan sur la photographie, est rebaptisée rue Balzac l'année de son décès.

Cet hôtel a été revendu en 1882 après le décès de Madame Hanska, puis a été détruit pour laisser place à l'hôtel Salomon de Rothschild (la photographie de Cary restitue l'état de l'hôtel de Balzac quelques temps avant sa destruction). Son emplacement est aujourd'hui occupé par le Centre national de la photographie

 

Vous pourrez retrouver tous les articles sur les demeures de Balzac dans le jeu des 7 familles:

"Balzac, sa vie, son oeuvre, son époque"

 vendu par la Société d’Histoire «  Villeparisis et son passé » 

conçu et réalisé par D & H  Thénault pour la Société d'Histoire "Villeparisis et son passé"

disponible au musée à Villeparisis.

      

MUSEE

Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès

77270 Villeparisis

 

 

 

 

Repost 0