Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 05:41

Visite de l’usine élévatoire de Trilbardou

 

2 juin 2012

 

sortie trilbardou 003

 

 

L’usine élévatoire de Trilbardou est une machine hydraulique qui permet d’alimenter le Canal de l’Ourcq en eau de la Marne. Elle se trouve à 39 kms du bassin de laVillette.

 

 

sortie trilbardou 001

 

 

 

   

Cette machine, datant de 1865 et classée monument historique en 1989, est toujours en état de fonctionnement, mais l'alimentation en eau du canal est désormais essentiellement assurée par des pompes électriques installées dans un bâtiment à l'entrée du site.

 

Le barrage sur la Marne fournissait l'énergie à l'usine élévatoire, avant que la roue Sagebien soit relayée par des pompes électriques.

Une autre usine existe à Villers les Rigault construite sous Napoléon III .

 

 sortie trilbardou 036

 

 

 

 

 sortie trilbardou 049

 



sortie trilbardou 053

 

 

 sortie trilbardou 054

 

  Les membres de l'association très attentifs

 

sortie trilbardou 062 sortie trilbardou 061

 

 

 

 sortie trilbardou 069

 

 

   

sortie trilbardou 083

 

 

 sortie trilbardou 035

 

 

 

 

 

sortie trilbardou 023

 

 

  

 

sortie trilbardou 039

 

 

 

 

sortie trilbardou 041

 

Photos : D.Bernal

 

 

Repost 0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 07:25

 

Mai 1979

 

MATTA

L’homme descend du signe

 

 

tableau matta mai 1979

 

 Matta revista cleaned[1]

 

 

Roberto Antonio Sebastián Matta Echaurren, connu sous le nom de Matta, est un peintre  chilien, né le 11 novembre 1911, à Santiago du Chili, et mort à Civitavecchia (Italie), le 23 novembre 2002.

 

 

 

 

matta 2

 

 

 

matta 3 NEW

 

 MATTA NEW

 

 tableau matta mai 1979 n°2

 

  

« Matta prétend qu’il n’est pas peintre…Il dit : «  Un peintre c’est quelqu’un qui sait peindre, qui sait faire des fleurs, des mains, moi je ne sais pas. » Il veut faire fonctionner des  vraies femmes et des vrais hommes dans un vrai espace fonctionnant comme un espace fonctionne vraiment au XXème siècle. C’est pourquoi les critères habituels de la « peinture », ça n’est pas ça qui l’intéresse.

Matta aime bien marquer les différences. Ce sont les différences qui font les unités. Alors, la peinture ? C’est quelque chose qui fait signe. « L’homme descend du signe » dit Matta et vous fait signe. »

Jean-Pierre Jouffroy, catalogue de l’exposition.

 

 

  

 

 

12 avril-25 mai 1980

 

Exposition

Hugh WEISS

  weiss catalogue

 

 220px-Weiss[1]

 

 

 

Hugh Weiss est né en 1925 à Philadelphie, aux États-Unis. Et est mort à Paris le 1er octobre 2007.

En 1948, Il vient vivre à Paris.
En 1949, il voyage en Italie et rencontre Sabine Weber qu'il épouse et qui devient connue comme photographe sous le nom de Sabine Weiss.

Entre 1950 et 1975, il présente 25 expositions dans des galeries et musées en Europe et aux États-Unis. En 1977, il est lauréat du Grand prix du salon de Montrouge. En 1995, il obtient la nationalité française. Si le mouvement CoBra a influencé son travail, la peinture onirique de Hugh Weiss qui propose des voyages imaginaires, « histoires à tiroirs tragi-comiques », échappe à toute classification.





  WEISS 4 NEW

 

  

  

WEISS 2

 

 

 

 

 WEISS NEW

 

 

 

WEISS 3 0001

 

 

 

 

« Il peut paraître parfois se moquer de l’art, railler et parodier les styles, être du côté de la dérision. En même temps, il donne à la peinture une fonction presque exorbitante : recréer à chaque instant l’existence de celui qui peint, le sauver à chaque moment de sa propre abolition…. » Gilbert Lascault , catalogue de l’exposition au Centre Culturel de Villeparisis.

 

 

 

Sources : catalogues des expositions ( prêt de M.Daugé)

   

Repost 0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 01:04

 

Le baccalauréat

 

Des milliers d’élèves passent leur baccalauréat en ce moment, mais en connaissent-ils l’origine et l’histoire ?

Le mot «   baccalauréat » vient du latin bacca laurea , baie de lauriers. C’est un diplôme indispensable à l’entrée de l’enseignement supérieur, il a été crée  dans sa version moderne sous Napoléon 1er par le décret organique du 17 mars 1808  et est considéré comme le premier grade universitaire. Il a une double fonction : couronner les études secondaires et ouvrir la porte de l’enseignement supérieur, ce qui constitue une originalité du système français.

 

 

 

 

  bac 2008 p4 27956[1]-copie-1

 

 

 

 

Les premiers baccalauréats datent du Moyen Age  avec l’apparition de l’Université de Paris : il est alors conféré dans les 4 facultés : arts, médecine, droit et théologie.  Le bachelier (il ne s’agit que de garçons) peut ensuite préparer la licence de sa faculté afin d’obtenir le droit d’enseigner (licencia docendi) dans celle-ci.

Après la Révolution qui supprime les universités, le baccalauréat a été réorganisé pour les 5 disciplines d’alors  (sciences, lettres, droit, médecine, théologie) par Napoléon 1er en 1808. Le baccalauréat devient alors un grade d’état. Les baccalauréats de chaque discipline ne sont pas de même niveau, ainsi le baccalauréat es lettres est un préalable à la présentation aux autres baccalauréats.

 

 

Pour le passer, il suffit d’avoir 16 ans et de répondre aux questions «  sur tout ce qu’on a appris » depuis l’école ; c’est un examen  uniquement oral.

 

 

 

imagesCAN7D6VP

 

 

  formulaire de bac de la faculté de droit (archives cg54)

 

 

 

Quelques dates dans l’évolution du baccalauréat :

En 1808, il y eut 21 bacheliers.

En 1830 est introduite la première épreuve écrite : composition française ou traduction d’un auteur classique, cette dernière épreuve fut remplacée par une version latine obligatoire en 1840.

En 1840, introduction des mentions très bien, bien et assez bien.

En 1853, introduction d’une épreuve de langue vivante au baccalauréat es sciences.

Il était destiné initialement aux garçons de la bourgeoisie. La première femme à passer le baccalauréat est Julie-Victoire Daubie en 1861. C’est à partir de 1924 lorsque les programmes secondaires pour garçons et pour filles deviennent identiques que le baccalauréat s’ouvre largement.

 

 

Dès 1830, on relève des fraudes avec des candidats qui en paient des plus doués pour passer les trois-quarts d’heure d’oral à leur place !!

 

 Quelques équivalences internationales :

Abitur en Allemagne, Matura en Autriche, GCE Alevel au Royaume –Uni, High School Diploma aux Etats-Unis

 

Il ne doit pas être confondu avec le «  bachelor’s degree » du système anglo-saxon qui est un diplôme universitaire, équivalent à la licence en France.

 

 

 

 

 

Julie Victoire Daubié 1824-1874

 

  J.V Daubi%C3%A9[1]

 

 Julie-Victoire Daubié (1824-1874) fut la première femme française ayant obtenu le droit de se présenter au baccalauréat, qu'elle obtint à Lyon en 1861, elle y avait été refusée à Paris et à Aix au seul motif qu’elle était femme. En 1871, elle devint la première licenciée es lettres. En 1866, elle publia « La femme pauvre au XIXème siècle », dans lequel elle désignait l’état comme responsable de l’inégalité hommes-femmes dans l’emploi et en matière de salaires. Elle fut une militante féministe : droit de vote des femmes, défense des mères célibataires, dénonciation de la prostitution. Son combat pour l'éducation des femmes et leur accès à l'enseignement supérieur a inspiré la féministe anglaise Joséphine Butler qui a traduit en langue anglaise une partie de ses œuvres

 

 

 

Sources : extraits d’articles de C.Proust, F.Labalette. (Historia, Le monde )

 

 

 

Repost 0
Published by villepage - dans Histoire en général
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 05:10

 

 

FETE DES PERES

 

Origine

 

 

sonora louise smart dodd[1]

 

 

  Sonora Smart Dodd

 

 

 

C’est aux Américains, semble-t-il, que l’on doit l’idée de rendre hommage aux papas.

En effet, l’idée est née à Spokane (état de Washington) : Sonora Smart Dodd fut la première personne à proposer la fête des pères. En écoutant un sermon le jour de la fête des mères en 1909, elle s’interrogea sur cette célébration : elle avait été élevée par son père, Henry Jackson Smart, après la mort de sa mère et elle voulait lui faire savoir à quel point elle lui était reconnaissante.

Comme son père était né en juin, elle choisit ce mois pour organiser la première fête des pères à Spokane le 19 juin 1910.

 

 En 1924 le Président Calvin Coolidge soutint l’idée d’une journée nationale de fête des pères. Mais il fallut attendre 1966 et le Président Lyndon Johnson pour que fut signée la proclamation officielle d’un « Father’s Day » le troisième dimanche de juin.

C’est en 1952 que la France institua la première fête des pères.

En Belgique, elle a lieu le deuxième dimanche de juin ;

En Italie, c’est le 19 mars, jour de la Saint-Joseph.

 

 

7abd587c344c69bd4586b2ff6f54fade[1]

 

 

 

 

 

images[4]

 

 

 

 

 

 

 

Quelques citations

 

 

«  Un  homme n’est jamais si grand que lorsqu’il est à genoux pour aider un enfant » Pythagore

 

« Un père a deux vies, la sienne et celle de son fils » Jules Renard

 

« L’amour d’un père est plus haut que la montagne » proverbe japonais

 

«  L’age de mon père, c’est vingt-cinq ans de plus que moi, et ça n’a jamais changé. »

Marcel Pagnol  La gloire de mon père

 

« Il n’y a que le père qui n’envie pas le talent de son fils » . Goethe

 

«  Quand elles m’appellent papa, il me semble encore les voir petites, elles me rendent fous »

Honoré de Balzac  Le Père Goriot.

 

 

«  Regarde-moi, c’est cela devenir un homme, voir le visage de son père en face, un jour »

Jean Anouilh  Antigone

 

« Mon père, ce héros au sourire si doux » Victor Hugo  Après la bataille.

 

 

 

Poème de Stéphane Mallarmé (1842-1898)

 

Mon cher  papa (écrit à l’âge de douze ans)

 

 

 

 

J’avais appris un compliment,

Et j’accourais pour célébrer ta fête,

On y parlait de sentiment

De tendre amour, d’ardeur parfaite ;

 

Mais j’ai tout oublié,

Lorsque je suis venu

Je t’aime est le seul mot que j’ai bien retenu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by villepage - dans Histoire en général
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 04:03

6 octobre-10 novembre 1979

Exposition

DANIEL MILHAUD

 

 

milhaud

 

 

 

 

 

 

 

 

Daniel Milhaud est né en 1930 à Paris. Il a étudié aux Etats-Unis, en Autriche (auprès d’Oskar Kokoschka) et en France. Depuis les années 80, ses œuvres ont été présentées dans de nombreux lieux d’expositions, en Italie, en France, en Allemagne et aux Etats-Unis.

 

«  Les dimensions mentales de l’acte créatif, chez Daniel Milhaud, sont bien celles du défi. C’est pour cette raison que les secrets de la technique utilisée ne sauraient expliquer le pouvoir des volumes sur le regard : il y a une anxiété infuse, un mode interrogatif d’affirmation qui tient lieu de science et d’intuition. »  Anne Tronche.

 

milhaud 0001 NEW 

 

milhaud 0002 NEW 

 

 

 milhaud 0003 NEW

 

 

 

 

 

 

 

17 février-22 avril 1979

 

GAÏTIS

 

 

« Yannis Gaïtis nous donne à voir, avec une spontanéité enfantine, son anthropomorphisme très individualisé. Son monde est, en réalité, constitué par l’archétype multiplié d’une figure schématisée ne possédant pas de caractère individuel .Sa progression, constante et imperceptible, ce communique de la façon la plus convaincante par des scènes de la vie de tous les jours impliquant la présence des masses ; manifestations, parades, défilés composés d’observateurs et de spectateurs, qui constituent une masse figée, neutre, indifférente, inerte ; au sein de la collectivité, le paradoxe est atteint : dialogue muet, incommunicabilité absolue, mort. » 

Sonia Dimitrova, directrice du Musée d’Art moderne de Skopje.

 

 

 

gaitis NEW

 

 

 gaitis 2 NEW

 

 

 

gaitis 3 NEW

 

 

 

 

gaitis 5 NEW

 

 

 

 

 

 

1er décembre 1979- 20 janvier 1980

Exposition

Travaux sur papier, objets

 

« D’une année à l’autre, l’exposition » Travaux sur papier-Objets » tente de faire découvrir les travaux d’artistes peu connus ou presqu’inconnus, parisiens, provinciaux ou étrangerss  ( cette année, large participation d’artistes américains, italiens, belges, suisses et allemands) très jeunes,parfois moins jeunes malgré l’extrême invention de leurs travaux. Ils ne se réclament souvent d’aucune école, mais leurs références et leurs choix individuels les regroupent, parfois malgré eux, autour de différentes options. »  Dany BLOCH 

 

 

  expo 79 NEW

  expo 79 0001 NEW

 

 expo 79 0002 NEW

  expo 79 NEW 0001

 

 

 

Sources : catalogue des expositions ( prêt de M.Daugé)

 

 

 

 

 

   

Repost 0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 05:45

1978

 

EXPOSITION

Dans le cadre de l’inauguration de la nouvelle salle polyvalente.

 

14 octobre-30 novembre 1978

VASARELY ,YVARAL

 

yvaral 0001 NEW

 

 

yvaral 0002 NEW

 

 

Victor Vasarely, peintre français, est  né à Pécs en Hongrie en 1906 et décédé à Paris en 1997.

Il suivit une formation en médecine, qu'il quitta au bout de deux ans. Il s'intéressa alors à l'art abstrait et à l'enseignement du Bauhaus au Műhely de Budapest

 

En 1930, Vasarely s'installa à Paris où il débuta comme artiste graphiste dans des agences publicitaires comme Havas, Draeger, Devambez. C'est là qu'il effectua son premier travail majeur, Zebra (1940), considéré aujourd'hui comme le premier travail dans le genre Op art. Pendant les deux décennies suivantes, il développa son propre modèle d'art abstrait géométrique, travaillant dans divers matériaux, mais employant un nombre minimal de formes et de couleurs.

Vasarely travailla pour de nombreuses entreprises et métamorphosa, avec son fils Yvaral, en 1972, le logo de Renault.

vasarely expo 

 

 

vasarely expo 3 

 

 

 

vasarely NEW

 

 

vasarely suite NEW

 

 

Jean-Pierre Vasarely dit « Yvaral » est né le 25 janvier 1934 à Paris et est mort le 4 août 2002 , il est le  co-fondateur du Groupe de Recherche d'Art Visuel (GRAV) en 1960. Il est probablement à l'origine de l'expression « art numérique » qu'il utilise depuis 1975, « Numérique » signifiant ici « régi par les nombres » et non « informatique ».

 

 

 yvaral NEW 0001

 

 yvaral 1

 

 

 

 yvaral 2 NEW

 

 

 yvaral NEW 

 

 

Sources : catalogue de l’exposition

 

 

 

.

Repost 0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 01:26

1978

 

BALMES, Michel GERARD, IMAGES, MESSAGES d’AMERIQUE LATINE

 

4 février -31 mars 1978

José Balmes et Gracia Barrios

 

 

« La peinture de José Balmes ne cherche pas à reproduire le réel mais à produire le sens du réel. Elle ne s’en tient ni aux circonstances ni aux apparences de l’évènement du fait brut : elle compose avec le document, elle traite plastiquement l’information et l’idéologie qu’il véhicule, selon un processus d’élaboration dont le système de figuration fonctionne par plans rapprochés et séquences juxtaposées. Il en va pareillement de la peinture de Gracia Barrios….Partageant une expérience commune de la vie et de la lutte, José et Gracia partagent dans leur travail des préoccupations semblables mais qu’ils formulent différemment. »

 

Source : Raoul-Jean Moulin, Extrait du livret de présentation de l’exposition

 

 

balmes barrios 78 NEW

 

 

 

 

balmes barrios 78 2 0002 

 balmes barrios 78 3 NEW

 balmes barrios 78 4 NEW

 

 

 balmes barrios 78 5 NEW

 

 

 

 

 

 

29avril-28 mai 1978

Michel Gérard

 

« Les sculptures de Michel Gérard attirent le regard, mais pour dénoncer aussitôt leur premier abord. C’est que sur leur surface, généralement chromée, offre l’aspect d’un fini, qui, dès qu’on le regarde, détériore doublement la vue par le reflet et par la lézarde. »

 

 Source : Bernard Noel, Extrait du livret de présentation de l’exposition.

 

 

 

  gerard 78gerard 78 2

   

 

 

   

 

 

 

3 juin-2 juillet 1978

Images/messages d’Amérique latine

 

« Cette exposition ne peut, naturellement, rompre les barrières qu’engendrent l’isolement et le manque de communication. Mais elle aspire à faire passer, au travers d’elles, le message vivant des créateurs latino-américains, dans toute sa diversité et sa complexité. »

 

Source : José Balmes, Carmelo Carra, Alejandro Marcos, Jack Vanarsky : extrait de l’introduction à l’exposition.

 

 

 

 

  expo messages 78 NEW

 

 

 

expo messages 78 2 NEW

 

 

expo messages 78 3 NEW

 

 

Les artistes exposants viennent d’Argentine, de Bolivie, du Brésil, du Chili, de Colombie, de Cuba, d’Equateur, du Guatemala, du Mexique, du Paraguay, du Pérou, d’Uruguay, et du Venezuela.

 

Source :documents prêtés par M.Daugé

 

Repost 0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 03:27

La  guerre 14-18

 

Suite à la visite du Musée de la Grande Guerre à Meaux, voici un récit rapporté par Jacques Lime dans Villeparisis au fil du temps.

 

 

Ce récit concerne un Villeparisien, André Arpin qui a exploité la quincaillerie de la Place du Marché et qui fut prisonnier de guerre plus de 4 ans.

 

 mudée mesux 154

 

 

 

Voici le récit de sa capture rapporté par Jacques Lime ( gendre d’André Arpin)  :

« Nous sommes très bien dissimulés par le feuillage d’un arbre placé ç quelques mètres de nous. Nous avons les hausses à 1800 mètres. Nous sommes ravitaillés en cartouches par des enfants qui vont vider les cartouchières des blessés de l’ambulance située plus haut. L’adjudant  fait prendre nos noms par un caporal du 160è. Vers 14h, l’artillerie recommence de nouveau et nous ne pouvons rester plus longtemps ici. Nous essayons de nous sauver par les issues du village, mais il n’y a plus rien à espérer : nous sommes encerclés. Les  majors de l’ambulance nous conseillent d’éviter toute résistance afin d’épargner de nouvelles souffrances aux blessés. Nous restons à l’ambulance où nous sommes tous faits prisonniers vers 15h. » …

 

mudée mesux 150

 

«  Je fus dirigé sur Darmstadt, puis sur Königsbrück en Saxe. Connaissant l’allemand, j’entrai comme interprète à l’infirmerie. Au mois de juillet 1915, les infirmiers étant rapatriés, je m’improvisai infirmier et soignai mes camarades, puis vers août 1915, je me mis à écrire à ma famille avec de l’encre invisible (citron, oignon, etc…). Je racontai ce qui se passait au camp, la façon dont nous étions traités, etc. »… «  Les Allemands découvrirent mon subterfuge.. Je passai  devant le conseil de guerre( pour avoir écrit que la nourriture était exécrable , en ce sens que je portai atteinte à l’honneur des officiers allemands chargés de la nourriture des prisonniers.) Je fus condamné à 6 mois de forteresse pour injures et calomnies envers mes supérieurs. Je purgeai ma peine à la forteresse de Dresde, en cellule continuellement et sans colis (sans compter 15 jours de cachot). Le 1er septembre 1916, je fus envoyé à la compagnie des condamnés au camp de Cottbus où je fus de nouveau unfirmier-interprète. Je m’adressai à différents services de la Croix Rouge qui m’envoyèrent quelques médicaments nécessaires aux malades dont je m’occupais. Vers la fin septembre 1918, je fus envoyé à la forteresse de Cologne. »

 

 

 

musée meaux F 050

 

Jacques Lime : « C’est au camp de Cottbus-Sielow dans le Brandebourg qu’il fit la connaissance de Roger Salengro, prisonnier lui aussi. Ce dernier fut en 1930 ministre de l’Intérieur  dans le ministère de Léon Blum et se suicida à la suite d’une campagne de presse calomnieuse. Un procès s’en suivit auquel André Arpin apporta son témoignage pour prouver que rien n’avait entaché l’honneur de son camarade pendant sa détention. Mon beau-père, en sa qualité d’infirmier, s’était occupé des papiers nécessaires au rapatriement de Roger Salengro qui était malade. Ce dont ce dernier lui garda une reconnaissance fidèle.

C’est aussi à Cottbus qu’il fréquenta le peintre Desponts-Moralès qui en 1917 fit son portrait au milieu des fioles et des seringues de l’infirmerie. »

 

 

 

 

musée meaux F 059

 

 

 

 

 

Jacques Lime est né à Villeparisis  en 1920. Il épousa Jeannine Arpin, (originaire de Villeparisis également) en 1942. Ils eurent 4 filles (les 3 premières nées à Villeparisis), 11 petits-enfants (dont une habite encore Villeparisis), 17 arrière-petits-enfants

 

Il débuta sa carrière dans la police au commissariat de Mitry-Mory (Officier de Police : Inspecteur divisionnaire honoraire de police à Grasse au moment de sa retraite).

Il rédigea une trentaine de livres (dont le dernier en 2011) (poèmes, récits autobiographiques, Histoire…) dont 6 consacrés à Villeparisis et à son histoire ; il est décédé en 2011.

  



 

Source : Villeparisis au fil des temps de Jacques Lime

Photos du Musée de Meaux : F. Gagnepain et D.Bernal

 

 





Repost 0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 05:49

 

 

Visite du Musée de la Grande Guerre de Meaux

 

 

12 mai 2012

 

  

musée meaux F 006 

 

Une trentaine d’adhérents de la Société d’Histoire de Villeparisis  ont visité le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux. Erigé sur le territoire historique de la première bataille de la Marne (au pied du monument américain), le musée évoque cet épisode comme point d’entrée pour appréhender la Grande Guerre dans son ensemble. C’est avant tout un musée d’histoire et de société, témoin des bouleversements sociaux, techniques, militaires, géopolitiques du monde durant cette période.

Ce musée abrite la collection  ( 50000 pièces) de Jean-Pierre Verney.

 

 mudée mesux 151

 

 

 

musée meaux F 003

 

 

 mudée mesux 152

 

 musée meaux F 030

 

 

 musée meaux F 031

 

 

 

 musée meaux F 032

 

 

 musée meaux F 033

 

 

 musée meaux F 036

 

  mudée mesux 018

 mudée mesux 030

 

  "taxi de la Marne"

 

mudée mesux 053

 

 mudée mesux 020

 

  camion pigeonnier

 

 

 

musée meaux F 041

 

 

mudée mesux 026

 

 

tranchée française

 

 mudée mesux 119

mudée mesux 110

 

 

musée meaux F 084

 

monument américain

 

 

Photos : D.Bernal, F.Gagnepain.

Repost 0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 07:42

La Société d’Histoire Locale

Villeparisis et son passé

Dimanche 7 octobre 2012

Une journée à Chantilly

 

Journée exceptionnelle à la découverte de la cité du cheval et du domaine de Chantilly :

Le château : les grands appartements, les galeries de peinture, la bibliothèque, la chapelle, les jardins français de Le Nôtre, le jardin anglais,  ainsi que les  Grandes Ecuries du 18ème siècle et le spectacle d’écuyères en costume.

 

9h : départ de Villeparisis : Centre Culturel ( car ART grand tourisme)

10h : Visite des grands appartements, et visite des galeries, de la chapelle

12h : déjeuner au restaurant du château : la Capitainerie :

Menu :       Tarte chaude aux légumes du soleil, salade de mâche au balsamique

Suprême de pintadeau à la crème de chorizo, riz aux amandes, épinards en branche au beurre meunière

Entremets au chocolat, crème anglaise au café, crème Chantilly « vanille bourbon »

1/3 vin rouge, eaux minérales, café

14h : visite des grandes écuries et  spectacle équestre : «  Ecuyères »

16h : visite libre du parc (balade en train : 5 euros, si le train fonctionne ce jour-là)

vers 17h : retour à Villeparisis

INSCRIPTION AVANT LE 1er JUIN 2012

 

TARIF : 78 euros pour les adhérents (transport, visites, repas, spectacle, assurance)

                          82 euros pour les non-adhérents

 

40 PERSONNES MINIMUM

S’il y a moins de 40 participants, la sortie sera annulée.

En cas de désistement après le 21 septembre 2012, il n’y a pas de remboursement

En cas de hausse importante du prix du carburant, le coût du transport augmentera.

 

××××××××××××××××××××××××××××××××××××××××××××××××××××××××

  

 

Inscription pour la visite de Chantilly le 2 octobre 2012

Coupon à envoyer  au Président de la Société d'histoire

Musée

Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès  77270 Villeparisis

Avec un chèque  à l’ordre de « Villeparisis et son passé »

 

NOM…………………………………………………..PRENOM(S)……………………….

ADRESSE ……………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………………….

TEL ………………………………………..PORTABLE ……………………………………

Nombre d’adhérents…………x 78 euros =………………………….

Nombre de non-adhérents…………x 82  euros………………………..





Pour tous renseignements sur cette sortie, le musée est ouvert le samedi matin de 10h à 12h.

 

 

Repost 0