Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 08:29

6 septembre : ouverture du musée : matin et après-midi de 10h à 12h et de 14h à 18h.

 

7 septembre : présence de l’Association au Forum des associations au gymnase Aubertin, rue de Ruzé à Villeparisis

 

20 et 21 septembre : Journées du Patrimoine :

Ouverture du musée matin et après-midi de 10h à 12h et de 14h à 18h ;

Exposition des œuvres pour le concours et remise des prix le 21 septembre à 18h

 

4 octobre : visite de la chocolaterie Menier à Noisiel

 

11 octobre : sortie en car : visite de la mine de Lewarde et de la ville d’Arras

 

décembre : repas annuel de l’association au restaurant

 

Le Musée d’Histoire Locale est ouvert tous les samedis de 10h à 12h et sur rendez-vous.

 

Pour tous renseignements concernant ces activités ou les visites du musée sur rendez-vous : Tel : 01 64 27 20 29

 

Le Musée d’histoire locale

Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès

77270 Villeparisis

Repost 0
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 09:30

LES AUBERGES

A cette époque, Villeparisis était un bourg essentiellement rural qui connaissait une certaine animation grâce à sa situation sur la route d’Allemagne. C’était donc un important point d’étape à sept heures de Paris. Aussi  prospérèrent de grandes auberges, munies de hangars où l’on remisait les voitures et où les voyageurs passaient la nuit.

Six auberges furent fondées : Le Cadran bleu, le Cheval blanc, l’Ecu, l’Etoile, le Grand Monarque et la Croix blanche qui s’appela le Grand Vainqueur au XIXème siècle (en l’honneur de Napoleon Bonaparte, alors Premier Consul, qui, croit-on, y aurait couché en revenant de campagnes). Le Grand Monarque, la plus prestigieuse de ces auberges ( qui abrite aujourd’hui la Mairie de Villeparisis) fut construite vers 1750 par la famille Huppeau en bordure de la route vers l’Allemagne. En 1754, Anne Huppeau, héritière de l’auberge, épousa le seigneur de Montzaigle : Jean-Joseph Michaut de Saint-Pierre. L’auberge fut alors confiée à des tenanciers.

Le XIXème siècle porta un coup fatal à l’hôtellerie villeparisienne ; en effet, le déclin du transport routier fut provoqué par le développement du canal de l’Ourcq, puis du chemin de fer. Les hôtelleries fermèrent les unes après les autres.

En 1862, sous le mandat de Monsieur de Ruzé, une partie du bâtiment de l’auberge du Grand Monarque fut requise par la commune qui en fit une mairie et une école. C’est en 1865 que l’hôtel fut entièrement racheté par la ville.

 
Sources : Villeparisis et son histoire et 

Bref tableau de l’histoire de Villeparisis de B.Ruff

 


Ferronnerie provenant des dépendances de l’auberge du Grand Vainqueur ( musée)
 
ancienne auberge du Grand Monarque



Repost 0
4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 12:00

Le château de Villeparisis, aujourd’hui entièrement disparu, a été construit entre 1650 et 1660, par Jacques Caillard,  avocat au Parlement. D’autres sources font de Jacques Caillard un bourgeois anobli exerçant la profession de médecin. Il était protestant et sa femme se nommait Marie Grossetête. ( cf : articles précédents)

Cet édifice était placé au sud-ouest de l’église Saint-Martin, au bout de l’actuelle avenue du Parc. Cette avenue était une majestueuse allée plantée de quatre rangées de peupliers qui menait au château. A droite de cette allée se trouvait un parc de 8 hectares, à gauche les communs.

Le Passage des Preux menait à la place de l’église et était fermé par deux grilles ; on voit encore les gonds de l’une d’elles à proximité de l’orangerie. A l’extrémité du Passage des Preux, il reste le puits séparé en deux par un mur car les villageois pouvaient puiser l’eau d’un côté tandis que l’autre côté était  réservé au château.

Pendant l’Ancien Régime, le château connut des vicissitudes : il fut partiellement incendié en 1683, ce qui amena Caillard, comme on l’a vu précédemment, à se convertir au catholicisme. Au milieu du XVIIIème siècle, il appartenait à la veuve du fermier général Delay de La Garde qui possédait aussi la ferme du Vieux-Château. Selon certaines sources, Madame de La Garde aurait été guillotinée pendant la Terreur. Ses héritiers vécurent à Villeparisis jusqu’en 1808. Ensuite il fut occupé par différents propriétaires avant de tomber en désuétude vers 1840.  A la fin du siècle, il n’existait plus que des ruines qui disparurent dans les années 1920 quand on lotit le parc. 




Carte postale représentant le Château Caillard

 
 

plaque de cheminée, vestige présumé du Château Caillard


 
Cartes postales représentant la ferme du Château



Source : Villeparisis et son Histoire; Cartes postales- collection privée

Repost 0
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 12:20

Parenté des familles
 CLUTIN et CAILLARD

(source Richard de Thouars, René de Fougerolle, Geoffroy d’Aillières, 2005)

 

Nicolas, sr de THOUARS

(Avt 1494 – vs 1570)

ép 1525

Louise d’ANGENNES

ê                                                                                                          ê

Louise de THOUARS

(+ av 1569)

ép 18-4-1547

Joachim I LE VASSEUR

(1517-1572)

sr de Cogners et d’Aillières

gouverneur du Vendômois

ê

 

Jeanne de THOUARS

Ep

Henri IV CLUTIN,

                        Sr de Villeparisis

Ambassadeur du Roi

+ 1566

vice – roi d’Ecosse

ê

Joachim II LE VASSEUR

(+ 1624)

Sr d’Aillières

Ep 23-6-1590

 Elisabeth d’ARGENSON

(+ v 1609)

ê

 

Marie CLUTIN,

Héritière d’Henri IV CLUTIN

Ep 1° Claude de LAUBESPIN

, conseiller du Roy (+ 1571)

2° en 1572 Georges de CLERMONT, marquis de GALLERANDE

 

Jean-Antoine  LE VASSEUR

(1603- + v 1653)

sr d’Aillières

ép 1640

Judith CONSEIL (+ v 1654)

ê

 

 

Judith LE VASSEUR

(v 1642-+ 1687)

dame d’Aillières

ép 16-1-1668 à Paris

Abraham II CAILLARD

( 1620-1699)

Sr de la Monnerie, puis sr d’Aillières

ê

 

 

 

ç Frère de è

 

Jacques I CAILLARD,

(Alençon 1631- Paris 1673)

avocat au parlement,

sr de Villeparisis

(1666-1673)

ép 1653

Marie Grostête

ê

 

 

Famille des CAILLARD,

Seigneurs d’Aillières

puis

CAILLARD d’AILLIERES

 

 

 

Jacques II CAILLARD

(1657-1742)

Lieutenant - général à la Connétablie

(1695-1724)

sr de Villeparisis (1673-1698)

ép 1694 à Paris

Marie Madeleine CHRESTIEN (+ 1751)

 

Sans descendants

Vend Villeparisis à Ricouard d’Hérouville en 1698

 


 Notes :
 
Thouars : fief situé commune de St Mars sous Ballon , Sarthe

Cogners, commune de Cogners, Sarthe

La Monnerie, commune d’Arçonnay, Sarthe

Aillières, commune d’Aillières-Beauvoir, Sarthe

Gallerande, fief en Sarthe

Famille d’Angennes, au Perche, seigneurs de Rambouillet et de Maintenon 

Repost 0
Published by villepage - dans Généalogie
commenter cet article
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 12:01

Famille CLUTIN

(source Geoffroy d’Aillières, 2005)


 

Repost 0
Published by villepage - dans Généalogie
commenter cet article
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 12:01

Famille CLUTIN

(source Geoffroy d’Aillières, 2005)


(Volume IV, p.93 r°)

Généalogie de la Maison de Clutin, srs de VilleParisis :

 

Henry I Clutin,

Changeur du trésor du Roy espousa delle Jeanne Luillier, fille de Robert Luillier, chevalier, et de Alice de Laistre.

Il fut seigneur de Villeparisis et mourut dès l’an 1438. Il eut pour enfants :

-          Pierre (qui suit)

-          Nicolas, fut notz. et secrétaire du Roy, vivoit en 1484, et eut posterité, et entre autres enfants :

                                       - Pierre Clutin, Coner clerc au parlement de Paris, vivant en 1529. (Blanchard, en son cathalogue du Parlement, dit qu’il estoit fils de Pierre !)

Marguerite, qui épousa N… de Paris

-          Jeanne, qui épousa le 20-10-1443 Pierre des Landes, fils de Berthault des Landes et de Philippote Culdoé

 

(Volume IV, p93 r°)

Pierre Clutin,

Seigneur de Villeparisis, conseiller du Roy en la cour de Parlement.

Il eut pour espouse damoiselle …. ?..... de Gentian ( ?)

Dont il eut un fils :

-          Henry II  Clutin (qui suit)
 

(p.93 v°)

Henry II  Clutin :

Seigneur de Villeparisis, qui fut aussi conseiller au mesme parlement en 1464 et mourut en 1514. Il avoit eu pour espouse Jeanne de Louviers et en eut deux fils,

-          Henry III (qui suit)

-          Pierre, en 1508 notz. et secrétaire du Roy, en 1522 conseiller au Parlement, en 1524 président aux enquêtes et en 1532 pourveu d’un canonicat de St Aignan, mourut en 1533. Il gist dans l’église de St Jean en greve(?), audessoubs d’une épitaphe, dressé à sa mémoire qui y estoit autrefois en une chapelle en une vitre de laquelle se voient encore peintré ses armes escartelées (de Gensien).

 

Henry III Clutin:

Seigneur de Villeparisis en 1517, épousa Jeanne Chasteigner que l’estime avoir esté fille de Guy Chastigner, sgr de la Rocheposé [=Roche-Posay]

Ils eurent :

-          Henry IV (qui suit)

-          Regnault, abbé de Flavigny, sgr de Villeparisis (p.8)

 

(Volume IV, p.93 v°)

Après la mort de Henry Clutin, Jeanne Chasteigner convola en 2ème noces avec Jean de la Forest, baron de Grissé

 

Henry IV Clutin :

Sgr. d’Oisel

(p.13) seigneur de Saint Aignan dès le 20-11-1553,

Seigneur de Ville-Parisis, chevalier des ordres du roi, lequel, en 1566, meurt à Rome, où le roi Charles XI en Angleterre l’avait envoyé en ambassade auprès du pape.

(p93 v°) ambassadeur du Roy Charles IX en Angleterre en 1562 vers la Reyne Elisabet et en 1563 à Rome.

(p.13) Henry IV Clutin avait épousé

                1e: Jeanne de Thouars (en St-Mars-sous-Ballon), dont une fille :

                                               -  Marie

(p.7) et un fils :                    -  Jacques

 

(p.13)  2: Jeanne de Chasteigner, dont il eut une autre fille appelée :

                                               -  Angela

 

 

(p.7) Le 11 octobre 1558, deux donations successives sont effectuées au sein de la famille Clutin. La première s’effectue entre Henri Clutin et son épouse Jeanne de Thouars. La seconde au profit de Jacques et Marie, leurs enfants.

(p.8) Henri Clutin étoit décédé à Rome en 1566. Par son trépas étoit délaissé laditte damoiselle Marie Clutin, agée de dix ans à onze ans, fille mineure d’ans, sa fille d’avec feue dame Jeanne de Thouars jadis sa femme en premières nopces.

L’orpheline doit être placée sous la curatelle de l’un de ses parents. C’est son oncle paternel, révérend père en Dieu messire Regnault de Clutin, abbé de Flavigny, seigneur de Villeparisis qui est élu le 10 juillet 1566, conseiller du Roi, gentilhomme ordinaire de sa chambre et garde de la prêvoté. Il signe le 21 mars 1567 un règlement avec Jeanne de Chateigner, belle-mère de Marie, par lequel laditte Marie Clutin demeure propriétaire des ¾ de 15236 livres de rente en 3 parties constituées sur l’hôtel de ville de Paris au profit d’Henri Clutin, le dernier quart devant être divisé entre Marie et sa demi-sœur Angela, ce qui fait d’elle [=Marie] la principale héritière de son père.

 

Après la mort (en 1566) de Henri Clutin, vice-roi d’Ecosse, Jeanne de Chasteigner se remaria à Gaspard de Schomberg. Ils eurent un fils Henri.

Jeanne de Chasteigner était fille de Jean III de Chasteigner (1480-1567), sgr de la Roche-Posay, compagnon d’armes de François I, et de Claude de Montléon, dame de Touffou.

 

(p.8) Marie Clutin :

L’unique héritière d’Henri Clutin, seigneur d’Oisel, de Villeparisis et de Saint-Aignan, se maria à :

                1e : Claude de Laubespin(e), conseiller du Roy et l’un de ses secrétaires d’Estat. Elle est veuve dès 1571 à l’âge de 16 ans, son époux étant puis peu de temps allé de vie à trepas en ceste ville de Paris.

                2e : par contrat du 27 septembre 1572 : Georges de Clermont, marquis de Gallerande

Marie Clutin n’est plus en vie en 1648. Demeurée châtelaine de Saint-Aignan, on peut supposer que son frère ne lui survécut pas. Elle transmit donc la châtellerie de Saint-Aignan à ses descendants de Clermont.

Repost 0
Published by villepage - dans Généalogie
commenter cet article
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 12:16

Le premier mariage protestant eut lieu à Villeparisis au début du XVIIème siècle : la mariée était Marie Clutin, héritière du vice-roi d’Ecosse et  Dame de Villeparisis, le marié s’appelait Loiseleur et habitait Claye-Souilly. Le père de la mariée, Henri Clutin, fut président au Parlement en 1526.

 

Après 1675, divers incidents se produisirent : diputes dans les cimetières, cris et violences à l’église à l’occasion d’un  baptème  parce que les domestiques de Jacques Caillard s’opposaient à ce qu’on sonnât les cloches.

Après 1679, on en vient aux « dragonnades » et à Villeparisis, le château Caillard est incendié. Son seigneur ,un des protestants les plus influents du village,en vient à la conversion. Jacques Caillard est avocat au Parlement et sa carrière est fortement menacée. Peu après la Révocation de l’Edit de Nantes ( 18 octobre 1685), il abjure solennellement son hérésie le 12 novembre. Jusqu’en février 1686, les conversions se multiplient à Villeparisis : au moins 18 sont consignées au registre paroissial.

On sait aussi que de nombreux protestants ( un fils Caillard, entre autres) plutôt que d’abjurer leur foi, se résolurent à l’exil, notamment vers l’Angleterre ou l’Allemagne.

Château Caillard

Repost 0
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 12:10

Villeparisis était un gros village qui vivait de diverses cultures, de vignes et de l’élevage de moutons.

La forte implantation des abbayes parisiennes (cf. article sur Le Moyen Age) s’était maintenue et leur protection  profitait aux paysans.

De nouveaux seigneurs firent leur apparition dont la noblesse n’est pas très ancienne :

 

 1517 : Renaud de PARIS (Ecuyer du Roi)

1580 : Louis du CROCQ (Ecuyer du Roi)

1586 : Henri Clutin ( président au Parlement)

1600 : Gaspard de Schomberg ( conseiller d’Henri IV)

 

Le plus important au 16ème siècle fut l’apparition du protestantisme.

Vers 1560, on estime que la moitié de la population est protestante ; la répression catholique frappe : un vigneron villeparisien, Pierre Chevet, fut brûlé vif en place de Grève pour crime d’hérésie en 1559. Toute la région connut de terribles atrocités. Certains affirment que le château de Montzaigle fut brûlé à cette occasion, mais il n’y a aucune preuve.









le massacre de la Saint-Barthélémy
(24 août 1572)












Gaspard de Schomberg, seigneur de Villeparisis, Allemand d’origine protestante se rallia au roi Charles IX qui le naturalisa en 1570. Il fut char gé par Henri IV de préparer l’Edit de Nantes. Le calme ne revint qu’après 1598 (date de la signature de l’Edit de Nantes).


Les clefs de la ville (musée de l’histoire)


1-Porte du cimetière

2-Clef trouvée lors des fouilles de Montzaigle

3-Petite porte du clocher

4-Clef trouvée dans l’ancien cimetière

8-Portail de l’église

6-Porte du lavoir


Repost 0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 12:04

Réouverture

 

Le samedi 6 septembre 2008

 

De 10h à 12h  et de 14h à 18h

 

Dépôt des œuvres présentées

au concours organisé par

 

la Société d’Histoire Locale - Villeparisis et son Passé

 

Peinture, dessin, photo, marqueterie, sculpture

 

THEME

 

Le site, le monument, l’objet..préféré

dans le canton de Claye-Souilly

 

(Annet, Claye-Souilly, Courtry, Le Pin, Villeparisis, Villevaudé)

 

Exposition des œuvres au musée

 

POUR LES JOURNEES DU PATRIMOINE

20     et 21 septembre 2008

 

Remise des prix le 21 septembre à 18h

 

Renseignements  au Musée

Parc Honoré  de  Balzac, 60 rue Jean Jaurès

77270 VILLEPARISIS

ou téléphone : 01 64 27 20 29

 

Repost 0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 20:52

C’est vers la fin du XIIème siècle qu’apparaît l’existence d’une seigneurie à Villeparisis, ainsi que des indications sue les possesseurs.

La seigneurie de Villeparisis fut d’abord vassale de celle de Montjay (au sud-est de Villevaudé) qui commandait une grande partie de la région, mais rendait hommage à l’évêque de Paris. C’est sans doute à  Alberic de Montjay que devait allégeance le premier seigneur identifié de Villeparisis : Warnerius de Parisio, seigneur en 1096.

Parallèlement, la principale autorité ecclésiastique de Villeparisis semble être la puissante abbaye parisienne de Saint-Victor fondée en 1100 par Guillaume de Champeaux et qui se trouvait sur l’emplacement actuel de l’université de Jussieu. Pour une moindre part, les abbayes de Saint-Denis, Saint-Martin des Champs et Livry  profitaient des revenus des Villeparisiens.

 

Les premiers seigneurs :

 

1095 : Warnerius de PARISIO

1125 : Mathieu le BEL

1166 : Jean de PARISIACA

Les terres de Villeparisis semblaient appartenir à cette dernière famille. Ses fils sont Adam de Parisia et ses frères Baudoin, Guillaume, Anselme et Etienne. Ce dernier était curé de Villeparisis (ce qui atteste l’existence d’une paroisse à la fin du XIIème siècle. Adam de Villeparisis aurait participé à la Troisième Croisade, conduite en 1189 par Philippe Auguste et épousé là-bas une chrétienne de rite arménienne, ce qui explique le surnom de « Polain » porté par son fils.

1210 : Guillaume de PARISIS

 

 

Dès la fin du XIIème, le peuplement se composait d’agriculteurs et de vignerons, sans doute aussi d’ouvriers agricoles établis sur des petits lopins de terre concédés lors des défrichements.

 

La population à cette époque (XII ème siècle) est estimée à 69 feux : 1 feu représentant une maison, on peut donc évaluer la population de Villeparisis à 300/350 habitants.



Eglise Saint-Martin

On distingue la porte murée qui donnait sur la grange dîmeresse.

 

Peu après, la Guerre de Cent Ans apporta son cortège de troubles et de pillages : Jacqueries en 1358 ( ce mouvement paysan fut très actif à Chelles et dans les environs), passage des routiers ( des bandes «  navarraises »), guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons au début du XVème siècle.

En 1420, lors du traité de Troyes, toute la région se trouvait sous la domination des Anglais et de leurs alliés : les partisans du duc de Bourgogne.

 

 

Repost 0