Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 04:48

 

COMMEMORATION

DE SEINE ET MARNAIS

  

 

André LE NÔTRE

 

 

lenotre-197x227[1]

 

 

Cette année marque le 400ème anniversaire de la naisssance de Le Nötre (1613-1700). Il fut l’auteur des plus beaux jardins du XVIIème siècle et fit de Versailles son chef-d’œuvre.

Il est lié à la Seine et Marne, par ses travaux pour Fouquet à Vaux le Vicomte qui lui attirent gloire et fortune.

En effet, il y a 360 ans, en 1653-1654, Nicolas Fouquet confiait à André Le Nôtre la rénovation du jardin de son domaine de Vaux

 

 

 

 120px-Vaux le vicomte 1[1]

th[3] 

 

 

vaux-le-vicomte-chateau-3[1]

 

 

 

 th[5]

 

 

 

 

th[6] 

 

 

 

 

«««««

 

Jacques AMYIOT

1513-1593

 

 

 

280px-Jacques Amyot par Léonard Gaultier[1] 

 

 

 

 

Jacques Amyot est né dans une maison de la «  Grande Rue » de Melun, aujourd’hui le 46 rue Saint-Aspais où a été apposé une plaque commémorative. Ses parents y tenaient un commerce de peaux et d’aiguillettes. Une statue a été érigée en son honneur  en 1860 et se trouve toujours  à son emplacement initial dans la cour de l’Hôtel de Ville à Melun.

 

 

 

450px-Amyotmaison[1]

 

 

 

 

 

 

 

Humaniste et traducteur de nombreux textes anciens comme ceux de Plutarque, proche de François Ier, Jacques Amyot est le précepteur de Charles IX  et de Henri III .Il est nommé professeur de latin et de grec à l’université de Bourges, ensuite  le pape Pie V le nomme évêque d’Auxerre et Grand Aumônier  de France et de l’ordre du Saint-Esprit.

Son influence sur la langue française est considérable. Ses traductions de textes anciens, dont Plutarque, sont un modèle de pur langage français et ont contribué à fixer la langue. Il exerça ainsi une grande influence sur plusieurs générations d’écrivains français.

 

Montaigne lui rend un chaleureux hommage dans ses Essais : « Je donne, avec raison, la palme à Jacques Amyot sur tous nos écrivains français » et « Nous autres ignorants étions perdus, si ce livre ne nous eût relevé du bourbier ».

 

 800px-Statueamyot[1]

 

 

 

 

 

  

Source : Archives de Seine et Marne

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 07:32

5 septembre 1914

à Villeroy

 

Mort de Charles Péguy

 charles péguy 

 

Charles Péguy, (né le 7 janvier 1873 à Orléans) écrivain, poète et essayiste français, lieutenant de réserve, part en campagne dès la mobilisation en août 1914, dans la 19e compagnie du 276e régiment d'infanterie.

Il meurt au combat la veille de la bataille de la Marne, tué d'une balle au front, le 5 septembre 1914 à Villeroy.

  

Mémorial à Villeroy

DSC00896   

 

 

DSC00897  Le nom de Péguy se trouve en haut à droite

 

DSC00893

La croix marque l’emplacement où est tombé Charles Péguy

  

 

DSC00888  détail de la croix

 

  

DSC00890

  Poème de Charles Péguy sur la stèle à côté de la croix

 

  

DSC00891

 Table d’orientation montrant les positions des armées

  

 

 

   

La vie et l’oeuvre de Charles Péguy:

 

Charles Péguy est né en 1873 à Orléans. Après des études dans sa ville natale, il va à Paris préparer le concours de l'École Normale Supérieure, auquel il est reçu en 1894. En 1896, il écrit un drame, Jeanne d'Arc. Attiré par les idées socialistes, il expose son point de vue dans Marcel, premier dialogue de la cité harmonieuse (1898) et milite pour la révision du procès Dreyfus.

Bientôt, il abandonne la carrière universitaire, se sépare du parti socialiste et fonde, en 1900, une revue indépendante, les Cahiers de la Quinzaine, qui se propose d'informer les lecteurs et de « dire la vérité ». C'est de « la Boutique », installé en face de la Sorbonne, que Péguy mènera le combat; en dépit des difficultés financières, les Cahiers, auxquels collaborent Jérôme et Jean Tharaud, Daniel Halévy, François Porché et Romain Rolland, paraîtront jusqu'à la guerre de 1914.

Les grandes œuvres en prose de Péguy y trouvent place; ce sont Notre Patrie (1905), où il dénonce le danger allemand et la menace de guerre, Notre jeunesse (1910), où il oppose mystique et politique, l'Argent (1913), où il évoque le monde de son enfance qui ne connut pas la fièvre de l'argent (en effet, il est d’origine modeste, sa mère est rempailleuse de chaises).

L’influence de son maître Bergson y est visible. Son style est très curieux : encombré de parenthèses et d’incessantes répétitions, comme si l’écrivain ne trouvait jamais l’expression définitive, il est souvent, surtout dans la polémique, dru, vigoureux, pittoresque.

 

En 1908, il déclarait à Joseph Lotte: « J'ai retrouvé la foi ». De sa méditation, naissent de grandes œuvres poétiques: le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc (1910), le Porche du mystère de la deuxième vertu (1911) et le Mystère des saints-innocents (1911). Reprenant le geste du bûcheron qui, dans le Porche du mystère de la deuxième vertu mettait ses enfants sous la protection de la Vierge, Péguy fait, en 1912, plusieurs pèlerinages à Notre-Dame de Chartres. On retrouve l'écho de ces événements dans la Tapisserie de Sainte Geneviève et de Jeanne d'Arc (1912), écrite en reconnaissance pour la guérison de son fils Pierre, et dans la Tapisserie de Notre-Dame (1912); Péguy n'hésite pas à écrire Ève (1913), une œuvre d'une longueur inusitée, qui comporte huit tragédies en cinq actes et 8000 alexandrins.

Ch. Péguy retrouve dans sa poésie le souffle de l’épopée, où merveilleux chrétien et merveilleux humain étaient inséparables.

 

Photos : H.T

Partager cet article
Repost0
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 06:55

Musée de la Grande Guerre de l'agglomération du Pays de Meaux

 


 

Cette exposition a pour objet de présenter le futur musée, son projet architectural et une sélection des collections à travers les thèmes suivants : la Première Bataille de la Marne, la vie des soldats dans les tranchées, la mondialisation du conflit, le rôle des Etats-Unis et les illusions de la victoire.


La collection exceptionnelle qui sera exposée dans ce musée de la Grande Guerre a été acquise par la communauté d'Agglomération du Pays de Meaux à un seul homme, Jean-Pierre Verney, suite à une exposition mise en oeuvre en 2004 pour les 90 ans de la bataille de la Marne.

 

 

   

 

 

Détails des collections

























Ce musée de la grande guerre sera situé près du Monument aux Morts Américain sur la route de Varreddes.  L'inauguration aura lieu le 11/11/11 à 11h11.

Photos: F.Gagnepain

Partager cet article
Repost0
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 07:15
Les inventions de Louis Braille
 Dans l'alphabet Braille chaque caractère  (lettre, chiffre, ponctuation etc..) comporte 6 points en relief ou points saillants disposés sur 2 colonnes de 3 points. L'apprentissage du braille utilise l'image suivante: Les points du haut correspondent à nos épaules, les deux points situés au milieu, à nos hanches et les deux points du bas, à nos genoux. Avec 63 combinaisons possibles, ce système permet la représentation très complète de tous les caractères usuels.

On lit ces 6 points en relief, regroupés sur la feuille (la distance entre deux points est de 2 à 2,5 mm) par le passage de l'index sur la ligne d'écriture.



L’alphabet braille complet

 

 

Pour communiquer avec les voyants, Louis Braille invente également un système d'écriture, le décapoint, constitué d'une tablette et d'une grille numérotée servant de repère.
En 1839 afin d'optimiser ce procédé peu rapide, il met au point le raphigraphe ou planche à pistons avec François-Pierre Foucault, un de ses compagnons d'école.
L'unique poinçon est alors remplacé par dix pointes à ressorts. C'est le précurseur de l'imprimante à aiguille. Les caractères de l'alphabet classique (utilisé par les voyants) sont formés par une succession de points imprimés et en relief sur le papier, à l'aide de petites pointes encrées. Une manivelle fait avancer l'appareil, pour former les mots. Ce système demandait une grande connaissance des différentes combinaisons de touches. Certaines lettres, exposées au musée laissent admiratif par la perfection de l'écrit réalisé.
Le raphigraphe a été utilisé pendant plus de cinquante ans avant l'apparition de la machine à écrire.



Le Raphigraphe

 

 

Sources : Conseil Général de Seine-et-Marne et site de la ville de Coupvray : http://www.coupvray.fr/


 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 07:35

A l'occasion du bicentenaire de la naissance de Louis Braille, une visite de sa maison natale, ouverte toute l'année, pourrait être l'occasion pour tous de découvrir où il vivait, qui il était, et de rendre hommage à l' inventeur génial du système d'écriture qui a radicalement changé la vie des aveugles.


1809-1852

 

Sa vie :

C’est dans l’atelier de son père, qui était bourrelier, que Louis, âgé de trois ans, se blessa à un œil. A cette époque, les soins étaient insuffisants et l’infection gagna l’autre œil, il perdit définitivement la vue à l’âge de cinq ans.


A l'école de Coupvray, il suivit une scolarité brillante jusqu'à l'âge de dix ans, très entouré par sa famille, son instituteur Antoine Becheret et l'abbé Palluy qui fut un des premiers à combattre l'exclusion des aveugles, très marquée à cette époque.


En 1819, sur les conseils de l'abbé et de l'instituteur et afin de bénéficier d'un enseignement digne de ses capacités, il quitta l'école de Coupvray pour une école spécialisée à Paris.

Brillant élève, il apprend aussi  le piano et l’orgue.

Il  travaille à l’élaboration de son système d’écriture à partir de l’âge de douze ans. En 1821, un capitaine de l’armée vint exposer à l’Institution royale des aveugles, un système basé sur l’écriture en relief des sons, utilisé par l’armée pour permettre aux militaires de communiquer la nuit. Louis Braille s’y intéresse et cherche à l’améliorer en remplaçant les sons par des lettres, en ajoutant des caractères manquants comme les notes de musique, la ponctuation. L’ouvrage sur la méthode est achevé en 1837 et définitivement adopté par les aveugles du monde entier en 1844. Elle est encore universellement utilisée aujourd’hui.

En 1835, Louis Braille atteint de tuberculose, a un premier accident pulmonaire. En grande partie due à l'insalubrité des locaux de l'Institut de la rue Saint-Victor, cette maladie s'aggrave au fil  des années.

En 1847, une légère amélioration de son état de santé lui permet de reprendre l'enseignement qu'il avait abandonné.
Il revint régulièrement dans sa famille jusqu'à la fin de sa vie.
Le soir du 6 janvier 1852, il meurt à l'âge de 43 ans.



 

Le village de Coupvray


Au centre, la place arborée abrite l'église Saint-Pierre où il fût baptisé le 8 janvier 1809, la mairie et le monument élevé à sa mémoire en 1887 par le sculpteur Etienne Leroux.


 
La maison natale :


 

Sa maison se situe à l'extrémité du village dans la rue rebaptisée "rue Louis Braille" (autrefois le Chemin des Buttes).
 

Cette maison briarde typique a conservé son aspect authentique, paysan, massif. Elle est aujourd'hui classée monument historique. La commune de Coupvray, actuel propriétaire en a fait le musée Louis Braille en 1952, avec l'Organisation Mondiale des Aveugles et le Comité Louis Braille. L atelier de son père est aujourd'hui conservé comme au XVIIIème siècle.




Une peinture d'André Harfort accrochée au mur, retrace l'accident de 1812.


La salle commune, pièce à vivre de cette famille qui comptait quatre enfants (Monique-Catherine, Louis-Simon, Marie-Céline et Louis, le benjamin).





Tout ici est typiquement briard et chaque objet évoque la vie quotidienne de cette époque: l'évier, le four à pain, la niche à fromage, l'âtre, l'alcôve (lit briard avec encadrement en chêne). En passant par le jardin, on atteint à l'étage la salle du haut est consacrée aux inventions liées à l'écriture braille.

 

On peut y voir les premières tablettes braille, une machine à écrire le braille, un appareil d'écriture courante assez inconnue: le raphigraphe avec lequel Louis Braille écrivit à sa famille,et d'autres objets directement liés à sa vie ou à son œuvre.



Le Raphigraphe


Chaque visiteur peut ici faire un essai d'écriture en relief à l'aide d'une tablette et d'un poinçon.


Sources : Conseil Général de Seine-et-Marne et site de la ville de Coupvray : http://www.coupvray.fr/

Plus excentré, le cimetière où il fût enterré le 10 janvier 1852, à côté de son père et de sa sœur Marie. Sur sa tombe aujourd'hui, se trouve une petite urne contenant une relique de ses mains. En 1952, son corps fut transféré au Panthéon, en hommage national.

Partager cet article
Repost0
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 07:26

Afin de compléter la visite du Musée Alfred Bonno, voici quelques éléments de l’histoire de Chelles.



Les premiers hommes, dont la présence a été découverte grâce à des outils, des silex taillés, appelés “coups de poing chélléens” sont arrivés à Chelles, il y a 300 000 ans.

 

Pendant la période gauloise, Chelles est un village qui devient ensuite une agglomération à l’époque romaine.

 

A 6ème siècle, Clotilde, femme de Clovis crée l’Eglise Saint Georges. A cette période, les souverains effectuent de fréquents séjours dans leur villa de Chelles, qui fut un centre de décisions du pouvoir royal, pendant toute l’époque mérovingienne. Au 7ème siècle, la femme de Clovis II, la reine Bathilde, fonda l’Abbaye royale.

 


Maquette de l’abbaye (Musée Alfred Bonno)

 

Du Moyen âge à la Révolution, l’histoire de la ville est étroitement liée à celle de l’abbaye. Et une ordonnance royale autorisa la fortification de Chelles en 1411.

Sous la Révolution Française, en 1790 et 1796, l’abbaye est pillée et vendue. Puis elle est peu à peu détruite pendant la période révolutionnaire (les vestiges de l’abbaye sont encore visibles à l’emplacement de l’Hôtel de Ville actuel).


Au 19ème siècle, plus particulièrement en 1848, le chemin de fer arrive à Chelles. Une gare est créée, située sur la ligne Paris-Meaux. Grâce à sa gare, Chelles s’urbanise, s’ouvre à l’extérieur, beaucoup de Parisiens y séjournent et s’y installent. Cela provoque un accroissement important de la population. Ce qui s’est traduit des années plus tard par la construction  des premiers lotissements au début du 20ème siècle. (en 1896 : Les Coudreaux ; en 1913 : Chantereine)

 

En 1865, un canal allant à Neuilly-sur-Marne est construit, ce qui permet de contourner la Marne non- navigable sur cette portion.

Après la guerre de 1870, le Fort de Chelles est édifié. Il fait partie de l’un des nombreux forts de la ceinture stratégique de Paris.

 

En 1924, la gare de triage est construite. Puis en 1926, la Compagnie des chemins de fer de l’Est créé la cité des cheminots.





La « petite » Histoire de Chelles :


Victor Hugo a fait plusieurs séjours à Chelles, à l’hôtel du Cheval blanc, situé dans la rue Gambetta. Il a célébré la ville dans un de ses poèmes, et une partie de l’histoire des Misérables se déroule dans la forêt de Montfermeil et le bois des Coudreaux.

Du “chemin du Sempin”, on peut découvrir, au loin, le moulin de Jean Valjean à Montfermeil. Ce moulin est le dernier survivant des moulins à vent de la Seine Saint Denis datant de 1738. Appelé à disparaître dans les carrières de gypse, il fut reconstruit à l’identique, de 1986 à 1988, avec ses pierres d’origine, à 140 mètres de son emplacement initial, il est l’un des rares moulins en Ile de France, qui pour la démonstration et la nostalgie, remoud selon la tradition ancestrale.


Sources : http://www.ville-chelles.fr

              Musée Alfred Bonno de Chelles

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 08:00

Canton de Claye 1790 : Claye, Annet s/Marne, Carnetin, Charmentray, Charny, Compans, Courtry, Fresnes, Gressy, Messy, Mitry, Mory, Le Pin, Précy sur/Marne, Saint Mesmes, Souilly, Trilbardou, Vignely, Villeparisis, Villeroy, Villevaudé 

Canton de Claye 1801 : Claye, Annet sur/Marne, Carnetin, Charmentray, Charny, Compans, Courtry, Fresnes, Gressy, Isles-Les Villenoy, Iverny, Messy, Mitry, Mory, Nantouillet, Le Pin, Plessis-aux-bois, Précy sur/Marne, Saint Mesmes, Souilly, Trilbardou, Vignely, Villeparisis, Villeroy, Villevaudé.

Canton de Claye-Souilly 1929 : Claye-Souilly, Annet sur/Marne, Carnetin, Charmentray, Charny, Compans, Courtry, Fresnes sur/Marne, Gressy, Iverny,  Messy, Mitry-Mory, Nantouillet, Le Pin, Plessis-aux-bois, Précy sur/Marne, Saint Mesmes, Trilbardou, Vignely,Villeparisis, Villeroy, Villevaudé.

Canton de Claye-Souilly 1962 : Claye-Souilly, Annet sur/Marne, Charmentray, Charny, Compans, Courtry, Fresnes sur/Marne, Gressy, Iverny, Messy, Mitry-Mory, Nantouillet, Le Pin, Plessis-aux-bois, Précy sur/Marne, Saint Mesmes, Villeparisis, Villeroy, Villevaudé.

Canton de Claye-Souilly 1982 : Claye-Souilly, Annet s/Marne, Courtry, Le Pin, Villeparisis, Villevaudé.

Source : Médiathèque Meaux

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 08:00

Extrait d’une notice de M. Th. Lhuillier :
" Une loi de décembre 1789 supprima les anciennes divisions provinciales, puis, dans la séance du 15 janvier 1790 l’Assemblée nationale constituante adoptant les idées émises par Siéyès décréta la division de la France en département." 

 Une commission composée de députés de l’Ile de France et de représentants des communes appelés, comme députés indirects, se réunit à Paris le 22 janvier 1790 pour partager cette province en 6 départements.

Cette commission avait à fixer le nombre de district, plus tard arrondissements, et à désigner la ville qui serait provisoirement le chef-lieu du département, honneur que se disputaient Melun, Meaux et Provins.

Sur le procès-verbal qui fixe les limites, on trouve les noms de :

-         l’abbé de Ruallem député suppléant du clergé de Meaux, Curé-Prieur d’Isles-les-Villenoy,

-         Houdet, député de Meaux du Tiers-état, maire,

-         Le marquis d’Aguesseau de Fresnes

-         De Saint Mars,

-         Blanc, député de Senlis.

 

Après un long travail et des réclamations très vives de toutes les communes importantes qui réclamaient le premier rang, la commission établit les répartitions suivantes :

-         Melun      9 cantons  122 communes

-         Meaux     8 cantons  165 communes

-         Provins    7 cantons  108 communes

-         Nemours  8 cantons    99 communes

-         Rozoy      5 cantons    80 communes

                    ----             ----

                     37 cantons  574 communes

 

Parmi les communes d’abord désignées comme chefs-lieux de canton et plus tard perdirent cet avantage figure Crouy-sur-Ourcq.

Dès les premiers jours de février 1790 commencèrent les élections des maires, officiers municipaux et notamment dans toutes les communes.

Le nom de Seine et Marne apparaît pour la première fois dans les lettres de patentes signées le 4 mars suivant par Louis XVI, ratifiant les décisions de l’assemblée, on l’avait désignée d’abord sous le nom de département de Melun, de Brie et du Gatinais.

Ces mêmes lettres indiquent Melun comme lieu de réunion de l’Assemblée départementale appelée à choisir définitivement le siège de l’administration centrale de Seine et Marne.

Les électeurs communaux se réunissent le 24 mai dans les bâtiments du couvent des Carmes et y restèrent en permanence jusqu’au 2 juin.

Le président d’âge fut un vénérable oratorien de la maison de Juilly, Henri Dotteville, connu par ses traductions de Tacite et Salluste. Dans un discours applaudi il manifesta des sentiments patriotiques.

On nomma 36 administrateurs du département dont 8 pour le district de Meaux :

-         Hervieux J.B. de Meaux.

-         Lhoste de Meaux.

-         Frager cultivateur Esbly.

-         Hébert cultivateur Précy (député en 1791).

-         Béjot cultivateur Messy (député en 1791), mort à Paris sous la Restauration.

-         Godart de Sapenay Magistrat Meaux.

-         Dupré de Maulny de Saint Soupplets.

-         Gibert de Tancrou..

 

Le débat pris une animation extrême pour le choix du chef-lieu du département et Rozoy, chef lieu de district peu important, faillit l’emporter à cause de sa situation centrale. Provins ancienne résidence des comtes de Champagne, Meaux, évêché et ville la plus peuplée élevaient avec Melun une telle compétition que, pour les partager, on fut sur le point de choisir Rozoy.

En effet Melun ne l’emporta que de 8 voix : Melun 239, Rozoy 231.

Le district de Meaux fonctionna à la fin de Juin 1790 ayant à sa tête P.O. Haquin de Juilly.

En 1791 Rozoy continuait encore à disputer à Melun son titre de chef-lieu.

An l’an VIII, quand les arrondissements remplacèrent les administrations cantonales qui avaient elles-mêmes succédé aux districts, Fontainebleau et Coulommiers devinrent des centres administratifs, au désavantage de Nemours et Rozoy, réduits au rôle plus effacé de chef-lieu de canton.

 

Depuis, la constitution du département, de ses arrondissements, de ses cantons, n’a pas subi de changement.

 

L’esprit provincial moins marqué dans l’Ile de France que dans des autres provinces n’eut pas à s’effacer et il ne reste aucune trace des querelles d’origine ou de clocher qui se sont à peine fait sentir même  au début de cette réforme pourtant si profonde.  L.D.

 

Source : La petite Gazette de Dammartin et sa région 22/7/1894
Partager cet article
Repost0