Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
14 août 2019 3 14 /08 /août /2019 14:39

15 AOUT

Pélerinage à

Notre-Dame de Grosbois à Bois Fleuri

 

 

 Dans les années 40 et 50 le pèlerinage à Notre Dame de Gros Bois avait lieu chaque année le 15 août, à la fête de l’Assomption

 

Souvenir d’un enfant de chœur en 1950

 

Le rendez-vous fut donné vers 15 heures au « gros chêne », à Bois Fleuri, à l’entrée de l’allée  de Grosbois par Monsieur le Doyen Ducerf. Nous, les enfants de chœur décidons de partir à pied à 13h30.

Arrivés sur place, nous retrouvons Monsieur le Curé qui a fait le chemin dans sa vieille Rosengart, il a transporté quelques personnes âgées : Mesdemoiselles Laure et Irma Rouquier et Mathilde Moulaine. Dès notre arrivée, nous endossons notre soutanelle rouge et notre surplis blanc, et Monsieur le Curé s’habille. Le cortège se met en place : d’abord la croix, puis  deux enfants de chœur avec leurs cierges allumés. Le dais est soutenu par Messieurs Letellier, Aubry, Tannet et Maitre Bertrand. Monsieur le Curé, revêtu de la lourde chape dorée, tient dans ses mains, l’ostensoir. Derrière, les enfants de chœur restant, puis les enfants du catéchisme et enfin la masse des fidèles : une centaine de personnes.

 

 Nous chantons tous ensemble des cantiques de Marie et tous, petits et grands, nous gravissons le chemin tous contents de nous retrouver autour de la Vierge.

Arrivés à la chapelle, nous nous mettons à genoux en silence pendant que Monsieur le Doyen bénit la statue, puis prononce une courte allocution et nous repartons en chantant à nouveau des cantiques de Marie, le cœur en paix pendant cette soirée d’été.

 

CP: F.Gagnepain

Photos: Hélène Thénault

 

ferme de GrosBois

ferme de GrosBois

chateau de Gros bois

chateau de Gros bois

chapelle

chapelle

ruines de la chapelle

ruines de la chapelle

la ferme actuellement

la ferme actuellement

Partager cet article
Repost0
5 juin 2019 3 05 /06 /juin /2019 11:50

 

NORMAN VINGOE

 

 

Monsieur Norman Vingoë est né à Cairns, dans le Queensland en Australie le 26 août 1922, où son père travaillait dans une compagnie minière ; quand la société a fermé, son père avec toute la famille, est rentré en Angleterre, puis il a finalement trouvé un poste à Paris dans une entreprise fabriquant du verre pour phares d’automobiles.

 En 1927, les Vingoë déménagent pour Mitry-Mory, rue de Boulogne. Norman a 5 ans. Son père s’est associé à un Belge, devenant le patron du cinéma de la Gare. La famille habite à l’étage avant de déménager à Villeparisis. Des deux frères ainés de Norman, l’un travaille dans une banque parisienne, l’autre dans une entreprise de peinture, près du canal de l’Ourcq. Mais tous trouvent le temps d’aider au cinéma : le premier tient la caisse et vend les friandises. Le second s’occupe du générateur produisant l’électricité nécessaire à l’éclairage et au projecteur. Il n’y a alors pas d’éclairage public. Leur mère cuisine sucettes et glaces. Les films et les actualités Gaumont arrivent alors de Paris par le train.

 

 

Norman est d’abord allé à l’école à Mitry où il a appris le français, puis au cours supérieur à l’école Anatole France. Il obtint le Certificat d’études en 1934 (à l’âge de 12 ans). C’est alors que son père se fâche avec son associé, qui ouvre un autre cinéma non loin. La concurrence est fatale à l’entreprise familiale. Avec regret, Norman Vingoë et les siens repartent en Angleterre.

 

 

Norman ne revint en France que le matin du Débarquement, le 6 juin 1944 à Juno Beach. Il est chargé, alors du ravitaillement des aérodromes établis par les Alliés après le Débarquement. Au fil des années, le vétéran  qui a, depuis, fait carrière dans les transports ferroviaires) est souvent retourné en Normandie lors de commémorations.

Décoré par la Reine, il a également été nommé « Chevalier de la Légion d’Honneur » comme tous les vétérans survivants qui ont permis la libération de la France en 2015 et a reçu sa décoration à l’ambassade de France à Londres.

En juin 2016 et 2018, lors de vacances en France, il revint à Villeparisis rendre visite  à l’école de son enfance Anatole France.

 

Norman Vingoe à l'école Anatole France

Norman Vingoe à l'école Anatole France

certificat d'études

certificat d'études

lors du débarquement

lors du débarquement

lors du débarquement sur le bateau

lors du débarquement sur le bateau

retour en Normandie

retour en Normandie

remise de la Légion d'honneur

remise de la Légion d'honneur

Un Villeparisien le  6 juin 1944  débarque sur Juno beach
avec sa fille lors de la visite à Villeparisis

avec sa fille lors de la visite à Villeparisis

Partager cet article
Repost0
18 avril 2019 4 18 /04 /avril /2019 10:43

 

Les enfants de chœur et la semaine sainte

d’après Jacques Lime  VILLEPARISIS Jadis et Naguère

 

 

               

C’est le printemps 1901 ou 1902, dans les maisons, les femmes font le ménage à fond et mettent à bouillir dans leur lessiveuse le linge sale accumulé pendant l’hiver, car, maintenant il pourra sécher plus facilement.

La période de Carême s’achève et dimanche, ce sera Pâques, c’est la Semaine Sainte. Pour les enfants de chœur de Villeparisis, c’est un moment très important, car c’est celui où ils vont être récompensés de leur assiduité au service de l’Eglise.

Dès le Jeudi Saint, «  l’Emilie Camille », la grosse cloche qui veille en haut du clocher de l’église Saint-Martin se tait. C’est la seule époque de l’année où on ne l’entend plus.

Le Vendredi Saint, la cloche est toujours silencieuse.  On dit qu’elle est partie à Rome et qu’elle ne reviendra que pour Pâques.

Alors pour suppléer à cette défection, les enfants de chœur, dès 4 heures du matin ( ce n’était vraiment pas des paresseux !) passent dans les rues pour annoncer les offices en faisant retentir des crécelles, tout en chantant :

«  Réveillez-vous, gens qui dormez, Priez pour les trépassés ! »

Puis, nouveaux coups de crécelle et nouveaux appels. Certes, il fallait déambuler longtemps, la messe n’ayant lieu qu’à 8 heures. Mais c’était amusant.

Le Samedi Saint, dans l’après-midi, les enfants de chœur ( parmi lesquels Robert Lime, qui a transmis ce récit à Jacques Lime) vont asperger l’intérieur des maisons avec de l’eau bénite nouvelle, munis du goupillon et du bénitier, ainsi que d’un panier d’osier.

Après l’aspersion, ils chantent «  Alleluia » et mettent dans le panier les œufs et l’argent qu’on leur donne et qu’ils se partageront, le soir, les visites terminées.

En ce temps-là, l’abbé MARC était le curé du pays

 

 

Source: Jacques Lime Villeparisis, Jadis et Naguère              

Eglise Saint-Martin

Eglise Saint-Martin

Histoire de Villeparisis: coutumes de Pâques
Histoire de Villeparisis: coutumes de Pâques
Partager cet article
Repost0
29 mars 2019 5 29 /03 /mars /2019 16:24

 

 

DICTEE  INTERGENERATIONNELLE

23 MARS 2019

 

L’école primaire Anatole-France de Villeparisis a  ouvert ses portes, samedi 23 mars, aux cent cinq participants : un chiffre en progression selon les organisateurs : il s’agit en effet du double par rapport à l’année précédente.  En famille ou entre amis, ils se sont réunis autour d’une dictée extraite d’un livre de Romain Gary : «  Les vieilles choses ».

À la fin, chacun a reçu son certificat de dictée et un petit cadeau de la municipalité.

 Hervé Touguet, le maire de Villeparisis, a souhaité, pour la quatrième année, mettre en valeur la communication entre les membres d’une famille : « L’idée, c’est de trouver des prétextes pour que les gens passent des moments ensemble, en dehors de tous les jeux vidéos. Et franchement, ça marche bien ».

 

Voici le texte de la dictée

Les vieilles choses (de Romain Gary)

 

 

Les granges, que les locataires avaient utilisées comme garde-meubles, étaient pleines de valises que j’ouvrais délicatement en faisant jouer la serrure ; elles déversaient sur le sol toute une vie étrange d’objets vieillots et démodés parmi lesquels je passais des heures merveilleuses : chaque chapeau, chaque soulier, chaque coffret de boutons et de médailles me parlait d’un monde mystérieux et inconnu, le monde des autres…

Je demeurais assis sur la terre nue, le derrière glacé, à rêver devant les vieux livres, les montres cassées, les bouquets de fleurs artificielles, les habits de soirée, les vieux gants comme des mains oubliées… J’essayais d’imaginer la vie, les joies et les douleurs de ces gens à qui avaient appartenu ces objets qu’ils avaient aimés et qui, maintenant, gisaient, abandonnés…

 

Source : magjournal

​​​​​​​

Histoire de Villeparisis: dictée intergénérationnelle
Histoire de Villeparisis: dictée intergénérationnelle
Histoire de Villeparisis: dictée intergénérationnelle
Histoire de Villeparisis: dictée intergénérationnelle
Histoire de Villeparisis: dictée intergénérationnelle
Partager cet article
Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 16:19

 

2019

 

 

Deux débats suivis de remises de cahier de doléances ont eu lieu à Villeparisis: le premier, organisé par  Hervé Touguet, maire de Villeparisis  s'est tenu à l'école Anatole France le vendredi 1er février, le second au centre culturel à la demande du député,  Rodrigue Kokouendo le 8 mars en présence de Florence Parly, ministre des armées, de Madame la Préfète de Seine et Marne et Monsieur le Sous -préfet.

 

Photos: D.Bernal

Ecole Anatole France

Ecole Anatole France

Ecole Anatole France

Ecole Anatole France

Ecole Anatole France

Ecole Anatole France

Ecole Anatole France

Ecole Anatole France

Ecole Anatole France

Ecole Anatole France

Ecole Anatole France

Ecole Anatole France

centre culturel

centre culturel

centre culturel

centre culturel

centre culturel

centre culturel

Histoire de Villeparisis: débat et cahier de doléances (2)
Partager cet article
Repost0
13 février 2019 3 13 /02 /février /2019 14:05

 

Histoire de Villeparisis 

 La Révolution

 

Villeparisis en 1789

 

 

 

A la fin de l’Ancien Régime, Villeparisis compte environ 300 habitants. Comme dans toute la France, en cette fin de règne de Louis XVI, Villeparisis connaît une période économique et sociale désastreuse, aggravée par les mauvaises récoltes de 1786 et de 1788. Le 13 juillet 1788, une grêle épouvantable s’est abattue sur les récoltes et le mécontentement gronde.

A l’occasion de la réunion des Etats Généraux de mai 1789, la population de Villeparisis rédigea un cahier de doléances : les auteurs s’appellent Delamotte ( futur maire de Villeparisis sous le nom de Compagnot de la Motte) et Dufour.

 

 

 

Le cahier de doléances

 

 

 

Il a servi à noter toutes les plaintes des habitants :

Ils critiquent le haut clergé qui touche les revenus de la commune tout en résidant à Paris : les moines de Saint-Victor sont accusés « de s’engraisser des travaux et de la sueur des habitants », car l’Abbaye de Saint-Victor possédait une grande partie des terres de la commune depuis le Moyen-Age. Mais les Villeparisiens défendent le bas clergé, en fait leur curé «  qui n’a qu’ une portion congrue insuffisante, ce qui l’oblige à faire des dettes » ; non seulement, on demande  que le curé jouisse de moyens plus importants, mais aussi qu’il soit secondé par un vicaire.

On espère de meilleures récoltes et que les nobles ne chassent plus sur les terres arables.

 

 

 

cahier de doléances ( musée de l'histoire à Villeparisis)

cahier de doléances ( musée de l'histoire à Villeparisis)

détail

détail

tableau des doléances (musée de l'histoire

tableau des doléances (musée de l'histoire

Partager cet article
Repost0
11 août 2018 6 11 /08 /août /2018 14:40

 

Le 15 août : pèlerinage à Notre-Dame de Grosbois

à Bois Fleuri

 

 

 Dans les années 40 et 50 le pèlerinage à Notre Dame de Gros Bois avait lieu chaque année le 15 août, à la fête de l’Assomption.

 

 

Souvenir d’un enfant de chœur en 1950

 

Le rendez-vous fut donné vers 15 heures au « gros chêne », à Bois Fleuri, à l’entrée de l’allée  de Grosbois par Monsieur le Doyen Ducerf. Nous, les enfants de chœur décidons de partir à pied à 13h30.

Arrivés sur place, nous retrouvons Monsieur le Curé qui a fait le chemin dans sa vieille Rosengart, il a transporté quelques personnes âgées : Mesdemoiselles Laure et Irma Rouquier et Mathilde Moulaine. Dès notre arrivée, nous endossons notre soutanelle rouge et notre surplis blanc, et Monsieur le Curé s’habille. Le cortège se met en place : d’abord la croix, puis  deux enfants de chœur avec leurs cierges allumés. Le dais est soutenu par Messieurs Letellier, Aubry, Tannet et Maitre Bertrand. Monsieur le Curé, revêtu de la lourde chape dorée, tient dans ses mains, l’ostensoir. Derrière, les enfants de chœur restant, puis les enfants du catéchisme et enfin la masse des fidèles : une centaine de personnes.

 

 Nous chantons tous ensemble des cantiques de Marie et tous, petits et grands, nous gravissons le chemin tous contents de nous retrouver autour de la Vierge.

Arrivés à la chapelle, nous nous mettons à genoux en silence pendant que Monsieur le Doyen bénit la statue, puis prononce une courte allocution et nous repartons en chantant à nouveau des cantiques de Marie, le cœur en paix pendant cette soirée d’été.

 

 

 

Source : Marcel Ruffin, octobre 1991, publié dans Clio à…

CP : F.G

 Photo : HT

 

 

Histoire de Villeparisis: 15 août
Histoire de Villeparisis: 15 août
la chapelle aujourd'hui

la chapelle aujourd'hui

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2018 7 15 /07 /juillet /2018 17:19
L'étang aujourd'hui

Le 30 juin, les Villeparisiens ont pu se retrouver au bord de l'étang pour un pique nique et un après-midi de jeux pour tous, petits et grands

Photos: Daniel Bernal

 
Histoire de Villeparisis: l'étang, hier et aujourd'hui (2)
Histoire de Villeparisis: l'étang, hier et aujourd'hui (2)
Histoire de Villeparisis: l'étang, hier et aujourd'hui (2)
Histoire de Villeparisis: l'étang, hier et aujourd'hui (2)
Histoire de Villeparisis: l'étang, hier et aujourd'hui (2)
Histoire de Villeparisis: l'étang, hier et aujourd'hui (2)
Partager cet article
Repost0
9 juillet 2018 1 09 /07 /juillet /2018 21:46

 

L'étang hier

 

Promenades du dimanche, baignade, pêche en famille
 
Cartes postales: F.Gagnepain
Histoire de Villeparisis: l'étang, hier et aujourd'hui (1)
Histoire de Villeparisis: l'étang, hier et aujourd'hui (1)
Histoire de Villeparisis: l'étang, hier et aujourd'hui (1)
Histoire de Villeparisis: l'étang, hier et aujourd'hui (1)
Histoire de Villeparisis: l'étang, hier et aujourd'hui (1)
Partager cet article
Repost0
3 mai 2018 4 03 /05 /mai /2018 16:11

 

SOUVENIR DES DEPORTES

 

 

Au Parc Honoré de Balzac, devant le musée de l’histoire locale, une plaque fut  inaugurée en avril 2003 en hommage à deux Villeparisiens morts en camp de déportation et un Villeparisien fusillé le 17 avril 1942 au Mont Valérien : Monsieur Julien Delespinay, Monsieur Gabriel Rey et Monsieur Guisco Spartaco.

Monsieur Julien Delespinay a été arrêté le 8 octobre 1941 pour faits de résistance à l’ennemi. Chargé de la répartition et de la distribution de tracts appelant à la résistance, Monsieur Delespinay fut le seul de son groupe à être arrêté. Du 8 octobre 1941 au 22 mars 1944, il fut emprisonné successivement à la prison de Meaux, à la prison de la Santé à Paris, à  Fresnes puis à Caen, Fontevrault, Blois et Compiègne.

En mars 1944, Monsieur Delespinay fut déporté au camp de Mathausen où il resta  jusqu’en décembre 1944, date à laquelle il fut déporté à Auschwitz. Lors de l’évacuation sur Jaworzno,iI fut abattu sur la route le 18 ou 19 janvier 1945. Le numéro de matricule de Monsieur Delespinay était le 201.694.

Monsieur Gabriel Rey fut également résistant de la première heure. Arrêté par les Allemands, il fut emprisonné et déporté dans le camp d’Auschwitz où il mourut en 1941.

Monsieur Guisco Spartaco faisait partie des francs-tireurs et partisans français qui effectuaient des reconnaissances avec le groupe de Fabien aux environs de Nantes. Suite à l’exécution d’un groupe de jeunes Français par les Allemands, Guisco Spartaco avec son groupe de résistants, en guise de représailles, capturèrent un gradé allemand dans un hôtel de Nantes avant de le fusiller sur une des places de la ville.

Monsieur Guisco Spartaco fut arrêté  et fusillé au Mont Valérien le 17 avril 1942 avec 22 de ses camarades à la suite de cette action de résistance

 

RESISTANCE

 

Suite à la découverte du corps d'un officier Allemand dans les bois près du canal, 20 jeunes Français pris au hasard furent fusillés au même endroit. Dans les bois de Morfondé, plusieurs patriotes français des environs furent également fusillés pour actes de résistance.

Une croix existe à l'emplacement, et une cérémonie a lieu tous les ans lors de l'anniversaire de la libération de Villeparisis. C'étaient 2 jeunes résistants d' Aulnay-sous-Bois.

 

Source: archives de la Société d'histoire "Villeparisis et son passé" au Musée de la société d'histoire, rue Jean Jaurès à Villeparisis

stèle devant le musée

stèle devant le musée

détail de la stèle

détail de la stèle

M Guisco Spartaco

M Guisco Spartaco

stèle à Morfondé

stèle à Morfondé

détail

détail

Partager cet article
Repost0