Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 05:39

 

 

Les JARDIES (1837-1840)

 

Ville d’avray

 

  

10775939[1] 

10775933[1] 

  

La maison des Jardies

 

 

 

 

Cette demeure fut occupée peu de temps par Balzac de 1837 à 1840 ; Balzac avait fait le projet de vendre des parcelles à lotir dans les terrains qu’il avait acquis, non loin de la voie ferrée qui venait d’être créée entre Paris et Versailles, et ainsi de faire fortune, mais cela se termina par un fiasco. L’histoire de la plantation d’ananas aurait été racontée par Théophile Gautier et ne serait qu’une légende.

 

 

 

 

jardies 0001 NEW 

 

 

Cette aquarelle de Paul Chardin représente Balzac et ses amis costumés en paysans un jour dee fête à Ville d’Avray. On reconnaît Gozlan, rencontré chez Mme Vve Béchet, Laurent-Jan, Gavarni et peut-être Théophile Gautier.

 

En novembre 1840, il doit liquider à perte Les Jardies  que vient de quitter  la Comtesse Guidoboni-Visconti, excédée par toutes ces histoires d’argent.

«  J’étais sans argent, mais sans argent exactement, il pleuvait à torrents et j’allais à pied de Passy à mes affaires, trottant le jour et écrivant la nuit. Je ne suis pas devenu fou, je suis tombé malade. »

«  lettre de Balzac à l’avoué  chargé de le défendre contre les créanciers. »

 

 

 

 

vente jardies NEW

 

 

  

Ensuite, la maison fut occupée par Gambetta qui y  mourut en 1882 

 jardiesbigdss[1]

 

 

 Photo0019 018

 

 

 Photo0026 025

 

 

 

 

Photo0027 026

 

 

 

Photo0029 028

 

 

 

 

 

Photo0031 030

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 03:53

PARIS

 

Rue des Batailles (1835-1838)

 

  

 

640px-Place d iena[1]

 

 

Le 13 rue des Batailles, aujourd’hui avenue d’Iéna, où il s’installa sous le nom de Veuve Durand et où il se fit aménager  le somptueux intérieur  transposé dans La fille aux yeux d’or. On y entrait en donnant un mot de passe.

Là, dès 1835, il pouvait recevoir sa nouvelle conquête : une blonde Anglaise, Sarah Lowell, comtesse Guidoboni-Visconti. S’explique peut-être ainsi la naissance de Lionel-Richard le 29 mai 1836 ; Sarah compta pendant cinq ans. Balzac s’est inspiré d’elle pour créer le personnage de Lady Dudley dans Le Lys dans la vallée.

 

 

Elle était pleine d’admiration pour Balzac qui lui offrit le manuscrit de La Vieille Fille et qu’elle sauva de situations financières désastreuses.

 

 

fils balzac NEW

 

 

Lionel-Richard (fils présumé de Balzac et de la comtesse Guidoboni-Visconti)

Partager cet article
Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 03:34

 

 

Paris : Rue Visconti : L’imprimerie (1826-1828)

 

Visconti rue 17-19 Imprimerie de Balzac 41 mini[1]

 

 

 

 

ChambreBalzac t[1] visconti

 

 

 

 

            Elle a été achetée grâce à l’argent de ses parents et de Mme de Berny ; après la faillite, elle a été reprise par Alexandre Deberny qui la fit prospérer et elle deviendra au XXème  siècle la célèbre  Fonderie Deberny et Peignot qui disparaîtra en 1972

 

 

 

 

PARIS : Rue Cassini (1828-1835)

 

  

 cassini

 

 

 

Balzac s'installe dans une petite maison en 1828, 1 rue Cassini. Endetté après l'échec de son entreprise comme éditeur, imprimeur et fondeur de caractères, il loue son appartement sous le nom de son beau-frère, Surville.
De 1831 à 1837, il reste au 1 rue Cassini mais occupe un autre appartement, plus grand.
Le dessin d'Auguste Régnier a été commandé par Balzac en 1833. Lithographié par Jean Jacques Champin, il a été reproduit dès 1834 dans la série des Habitations des personnages les plus célèbres de France depuis 1790 jusqu'à nos jours.  La maison de la rue Cassini a été détruite en 1897.

 

 



 

 

 

Chez laure de berny

 

Laure-de-Berny-2.jpg 

 

La Bouleaunière à Grez sur Loing

 

 

 bouleauniere.jpg

 

La Bouleaunière est la propriété de campagne de Laure de Berny, maîtresse et confidente de Balzac pendant près de quinze années. L'écrivain séjournera à la Bouleaunière en sa compagnie à plusieurs reprises, entre 1829 et 1835. Laure de Berny y meurt en 1836. Le dessin de A. H. Hamouis a été exécuté pour Alexandre de Berny, fils de Laure. Il nous permet d'imaginer le pavillon tel que Balzac l'a connu.

 

 

 

 

La Grenadière à Saint-Cyr-sur-Loire

 

  

  

grenadiere  

 

 

  

Balzac séjourne à la Grenadière avec Laure de Berny de juin à septembre 1830.

 

 

"La Grenadière est une petite habitation située sur la rive droite de la Loire, en aval et à un mille environ du pont de Tours. En cet endroit, la rivière, large comme un lac, est parsemée d'îles vertes et bordée par une roche sur laquelle sont assises plusieurs maisons de campagne, toutes bâties en pierre blanche, entourées de clos de vigne et de jardins où les plus beaux fruits du monde mûrissent à l'exposition du midi. [...] La Grenadière, sise à mi-côte du rocher, à une centaine de pas de l'église, est un de ces vieux logis âgés de deux ou trois cents ans qui se rencontrent en Touraine dans chaque jolie situation." (La Grenadière, Pléiade, t. II, p. 421)

 

 

 

 

 

  

Partager cet article
Repost0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 03:47

PARIS : les premières années

 

 

La rue Lesdiguières 1819-1820

 

 

 

rue lesdiguieres

 

 

"Je demeurais alors dans une petite rue que vous ne connaissez sans doute pas, la rue de Lesdiguières :
elle commence à la rue Saint-Antoine, en face d'une fontaine près de la place de la Bastille et débouche
dans la rue de la Cerisaie
" (Facino Cane, Pléiade, t. VI, p. 1019).

 

 

Le domicile de la rue Lesdiguières est le premier logement parisien où s'installe Balzac, en 1819.  Il a décidé de se lancer dans une carrière d'écrivain et ses parents acceptent qu'il quitte le domicile familial pour écrire et tenter sa chance.

Ce logement, détruit lors du percement du boulevard Henri IV, était situé à proximité de la bibliothèque de
l'Arsenal que Balzac a fréquentée.  


««««

 

 

 

VILLEPARISIS : 1820 -1826

 

 Plan-de-Villepa-corrig--copie-2.png

maison ballzac villep

 

 

La maison des parents de Balzac

 

La famille de Balzac habite à Villeparisis entre 1819 et 1827.

Laure de Berny, épouse et mère de neuf enfants, y rencontre Balzac en 1822. Elle a 22 ans de plus que l'écrivain et se laisse séduire. Quelques années plus tard, Balzac lui dédie son roman Louis Lambert en ces termes : Et nunc et semper dilectae dicatum (Dédié à la femme chérie maintenant et toujours).

 

 

La maison de Laure de Berny  à Villeparisis

 

 villeparisis

 

 

 

 

 

 

DSC01315

 

 

 

Le banc de Madame de Berny à Villeparisis, maintenant à Saché

Partager cet article
Repost0
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 04:11

Les demeures de balzac

 

 

 

TOURS  tours

 

 

Balzac est né à Tours le 20 mai 1799. Ses parents y ont vécu jusqu'en 1814, date de leur installation à Paris.

Adulte, Balzac se rend à Tours à plusieurs reprises.

La ville sert également de cadre à certains romans de La Comédie humaine, au Curé de Tours notamment.          

 

Tours-39-rue-Nationale-01[1] 

   

 

Les parents de Balzac ont habité successivement deux domiciles à Tours, rue Nationale
(ancienne rue Royale) : au n° 39 puis au n° 53, alors que l'aisance de la famille s'est accrue. 
La maison reproduite ci-dessus est le premier domicile des Balzac, celui où est né l'écrivain.
Cette maison n'existe plus aujourd'hui, seule une plaque signale son emplacement
 

 

 

 

pension-Le-Guay-1950[1]

 

Pension Le Guay à Tours, rue de la Scellerie où il resta de 1804 à 1807 

 

 

 

VENDOME

 

 

 

 

  College de Vendome[1]

 

 

 

Balzac est scolarisé au collège de Vendôme à l'âge de huit ans et y reste près de six années,
ne voyant sa famille qu'à de rares occasions. Élève de niveau moyen, il est cependant un lecteur avide.
Le collège de Vendôme a été décrit quelques années plus tard par Balzac dans le roman
intitulé Louis Lambert.

 

 

 

   

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 04:43

HENRY DE BALZAC

 

1807-1858  

 

Henry  est le quatrième enfant de Bernard-François Balzac et de son épouse, Anne-Charlotte-Laure Sallambier : Honoré était l’aîné, ensuite Laure, Laurence et Henry.

 

 Lorsque naquit en 1807 le petit Henry Balzac, la rumeur courut que l’enfant était le fils naturel de Jean de Margonne, châtelain de Saché (ce que Balzac et le testament de M. de Margonne confirmèrent des années plus tard). Mme Balzac prodigua d’ailleurs à son petit dernier une tendresse folle, dont on ne manqua pas de remarquer qu’elle contrastait vivement avec le traitement réservé à ses autres enfants.

Henry de Balzac fut un enfant choyé par sa mère, trop choyé même au point d’en être indolent et dépendant, de rater complètement sa scolarité …jusqu’au jour où son frère le mit au défi de réussir enfin quelque chose dans sa vie…et pourquoi pas aller aux Indes où parait-il on peut aisément faire fortune

  

 

En route pour les Indes, il fit escale à l’île Maurice, alors sous domination anglaise : il y fit une rencontre décisive mais dilapida une fortune aisément acquise. Il avait épousé  Marie-Françoise Dupont née Balan,  riche veuve d'un capitaine au long cours du nom de Fidèle Constant Dupont qui  avait laissé, outre quelques enfants, une petite plantation à la tête de laquelle Henry se trouvait désormais, sans y avoir été préparé.  Il menait avec son épouse une existence oisive et brillante, galopant sur le rivage ou présidant de belles tablées de colons, inspirant à son frère, Honoré, le personnage de  Louis Gaston dans La Grenadière, parti aux Indes faire fortune.

Après avoir donné un filleul à son frère comme lui prénommé Honoré, il revint en France, sans le sou avec sa femme.

Il repartit à l’île de la Réunion où son frère, Honoré, le recommanda au gouverneur Charles-Léon Bazoche qui le prit sous sa protection et le nomma arpenteur-juré et le fit participer à l'édification de la nouvelle capitale, Saint Denis.

Honoré de Balzac, pour remercier ce derneir  lui dédicaça son roman "L'Interdiction", ainsi qu'un exemplaire de ses œuvres complètes

Après le départ du gouverneur Bazoche, il retomba dans l'infortune et mourut à l'hôpital militaire de Mayotte en 1858 dans la misère, peu avant que son vrai père, Jean de Margonne, ne meure en lui lèguant une  fortune (200000 francs or), dont la famille n'a pu profiter selon une clause dudit testament.

 

Son fils, Honoré, atteint par des fièvres, disparut 4 ans plus tard en 1864 à Saint-Denis de La Réunion.

 

 

      cimetière mayotte

Cimetière de Mayotte où repose Henry de Balzac

 

  tombe henry de balzac

 

 

Sources : Balzac de Gonzague Saint-Bris 

               Henry de Balzac, enfant de l’amour de Michel Thouillot

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 07:20

Galerie de portraits de Balzac

 

DSC00657

H. de Balzac jeune à 5 ans


1_Balzac-jeune---Villeparisis-1820.jpg

H. de Balzac jeune à Villeparisis en 1820 - Crayon et lavis à la sépia attribué à Eugène Devéria



2_Balzac.jpg

H. de Balzac, dessin à la sépia exécuté par Louis Boulanger vers 1828 (Musee de Tours)



3_Balzac.png
H. de Balzac – Image Encyclopédie suédoise (Nordisk familjebok)


4 Balzac Daguerréo-type 1842

Peinture en couleur d'après la seule photographie de H. de Balzac qui existe, réalisée par Louis-Auguste Bisson, en 1842. Ce daguerréotype de 1842 et son double inversé sont conservés à l’Institut de France.


6_Balzac.jpg
H. de Balzac – daguerrotype original par Louis-Auguste Bisson


5_Balzac.jpg

H. de Balzac - Tableau réalisé par Maxime Dastugue d'après Louis Boulanger

 

 


7-Balzac-Pere-Lachaise.jpg
H. de Balzac- Buste au cimetière du Père Lachaise - Paris



8Honore_de_Balzac_Rodin_1898.jpg
H. de Balzac – Sculpture de Rodin - 1898




9-Balzac_by_David_d_Angers_1843.jpg
H. de Balzac par David d’Angers-1843




91-Buste
H. de Balzac – Etude de buste de Rodin




92-Buste_Rodin-Balzac_1892-copie-1.jpg
H. de Balzac- Bronze de A. Rodin 


Balzac_by_Vallotton-1895.jpg
H. de Balzac par Félix Vallotton (source : La Revue blanche- 2ème semestre 1895)

Source :Wikimédia commons

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 07:55

Balzac dans son siècle et dans le monde:

Les événements qui le précédèrent, qui lui ont été contemporains et qui lui succédèrent:

 


balzac timeline




balzac signature

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 07:50

Villeparisis au temps de BALZAC




En se promenant dans Villeparisis en 1825, Balzac aurait pu voir :


L’Eglise Saint-Martin




Les auberges





La ferme



Le canal de l’Ourcq


Partager cet article
Repost0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 07:48

Villeparisis dans La Comédie Humaine


Indépendamment de Mme de Berny , immortalisée sous les traits de Mme de Mortsauf dans Le Lys dans la vallée, plusieurs personnages de Balzac portent des noms qui évoquent Villeparisis. Dans L’héritière de Birague, la famille Cabirolle apparaît plusieurs fois, or, à Villeparisis, les époux Cabirol étaient voisins des Balzac. Dans Wann-Chlore ou Jeanne la pâle, les héroines sont Eugénie d’Arneuse et sa mère ( l’Arneuse est une rivière qui séparait Villeparisis de Mitry. Les noms de Lenfant et Vinet dans Wann-Chlore  appartiennent à des Villeparisisiens que Balzac a rencontrés. Le Colonel Chabert, en rentrant de captivité en 1815, couche, la veille de son arrivée dans les bois de Villeparisis. Il se pourrait que Balzac ait trouvé la matière des chapitres des Paysans dans le conflit qui opposa les habitants du village au châtelain. On peut aussi citer Lantimèche, personnage des Petits Bourgeois.


Le beau-frère, Armand de Montzaigle, aurait pu servir de modèle au marquis d’Aiglemont  qui apparaît dans La Duchesse de Langeais, La Femme de trente ans, La Maison Nucingen. Il est aussi question d’une famille d’Hérouville, or des seigneurs de ce nom fixés à Claye possédaient des terres à Villeparisis.

Cette liste n’est pas exhaustive, toute l’œuvre de Balzac est émaillée de souvenirs des habitants de Villeparisis, surtout de Mme de Berny, la « Dilecta » qui apparaît, non seulement dans Le Lys dans la vallée, mais qu’on retrouve sous les traits d’autres personnages.


Source :Balzac et sa famille à Villeparisis de L.Risch

Partager cet article
Repost0