Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 07:42

1er MAI

Le temps de mugueter

 

muguet[1]

 

Le 1er mai, fête du travail, les syndicats défilent et tout le monde offre du muguet.

Mais d’où vient cette coutume ?

 

« En mai, fais ce qu’il te plait…,mais n’oublie pas  le joli brin de muguet… » Parfumées, ce fleurs à clochettes viennent du Japon, même si la légende raconte qu’Apollon les aurait créées pour ses muses. Dès le Moyen Age, le muguet devint le symbole du printemps et du renouveau. Le 1er mai 1561, le roi Charles IX décida d’en offrir à toutes les  dames de la cour. A l’époque, mai   était le mois des accordailles, le temps des  fiançailles pendant lequel les jeunes gens se promettaient le mariage. Devenu porte-bonheur et symbole de galanterie en France, mais aussi en Suisse, en Belgique et en Andorre, le muguet engendre alors ce joli verbe de mugueter qui sous la plume de Corneille, donnera : « Vous muguetez sa fille, elle a de quoi vous plaire. »

 

Le 1er mai prend une coloration sociale à la fin du XIXème siècle. Le 1er mai à Chicago, aux Etats-Unis, les syndicats réclament la journée de 8 heures. En 1889, l’Internationale socialiste décide que le 1er mai sera une journée mondiale des revendications. En Allemagne, les manifestants arborent, dès lors, un oeillet à la boutonnière tandis qu’en France, ils portent un triangle rouge symbolisant leurs exigences : 8 heures de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de loisirs. Très vite, ils le remplacent par une églantine puis, en 1907 par le symbole du printemps : un brin de muguet attaché par un ruban rouge. En 1909, l’Humanité écrit : «  Le 1er mai n’est pas seulement une journée de revendications ouvrières. C’est aussi la fête du muguet et des petites jeunes femmes qui s’en font offrir par leurs soupirants. »

 

A partir de 1936, les autorités tolèrent la vente du muguet dans la rue. Dès lors, le muguet est associé à la fête du travail. Aujourd’hui, les trois quarts du muguet vendu en France sont produits dans la région nantaise. Chaque année, on en achète plus de 50 millions de brins pour un chiffre d’affaires d’environ 25 millions d’euros.

 



Source: d'après Jean-Pierre Raymond "Mai, le temps de mugueter".

Repost 0
Published by villepage - dans Histoire en général
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 04:56

Portrait d’une Seine et Marnaise remarquable

 

ROSA BONHEUR

1822-1899

 

 

220px-Rosa Bonheur with Bull , by E L Dubufe[1]

 

 

Marie Rosalie Bonheur, dite Rosa Bonheur, née le 16 mars à Bordeaux et morte le 25 mai à Thomery en Seine et Marne, est un peintre et sculpteur  animalier. Elle connut le succès tant en France qu’en Angleterre ou aux Etats-Unis.

 

 

portrait rosa bonheur 10 ans

 

 

Portrait de Rosa Bonheur à 10 ans

 

Élève de son père (peintre et professeur à Bordeaux), elle expose pour la première fois au Salon en 1841. Elle obtient une médaille de 3e classe au salon de 1845 et une médaille d'or au salon de 1848.

 

 

 120px-Labouragenivernais[1]

 

  

L'année suivante, elle y expose le Labourage nivernais (Musée d'Orsay), commande de l'État. Avec le Marché aux chevaux (MET, New York), présenté au salon de 1853, elle connaît une gloire internationale qui lui vaudra d'effectuer des voyages au cours desquels elle sera présentée à des personnalités telles que la reine Victoria[]. Elle rencontrera aussi l'impératrice Eugénie, ou encore le Colonel Cody (Buffalo Bill)[], qui lui offrira une authentique panoplie de Sioux.

 

 

  images[2]

  

 

120px-Rosa bonheur horse fair 1835 55[1]

 

En 1859, elle s'installe à By, coteau viticole de la commune de Thomery en Seine-et-Marne, où elle installe son atelier et aménage des espaces pour ses animaux.

Première femme artiste à avoir été nommée Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur en 1865 — elle reçoit cette distinction des mains de l'Impératrice elle-même[] — elle sera promue officier de cet ordre en avril 1894. Elle décède le 25 mai 1899 au château de By et est inhumée au cimetière du Père-Lachaise (division 74). 

 

 220px-Bonheur psd[1]

 

 

 

De nos jours, l'atelier de Rosa Bonheur est ouvert au public dans le musée-château de By, à Thomery, près de la forêt de Fontainebleau.

 

 

 Chateau[1]

 

Repost 0
Published by villepage - dans Histoire en général
commenter cet article
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 04:32

 

Pourquoi le vendredi 13 est une journée si particulière

  

 

 

1bctu96n[1] 

 

 

On peut le craindre, mais on peut aussi estimer qu’aujourd’hui il porte bonheur. En tout cas, plusieurs millions de Français vont tenter leur chance aux jeux de hasard.

Aujourd’hui, les superstitieux se divisent en deux camps. D’un côté, ceux qui frissonnent, qui croisent les doigts pour ne pas rencontrer un chat noir, qui redoutent que le ciel ne leur tombe sur la tête. De l’autre, ceux qui jubilent, qui sont convaincus qu’ils vont rencontrer l’âme sœur en bas de chez eux, mais aussi qu’une fortune tombée du ciel va atterrir sur leur compte bancaire.

 

 

Ce vendredi 13 est considéré par des millions de Français comme un jour de chance ou de malchance. Bien sûr, il y a aussi pléthore de cartésiens qui y sont totalement indifférents, refusant de croire, disent-ils, à « toutes ces sornettes ».

 

Les marchands de jeux se sont emparés du phénomène

 

  8tfk219w[1]

 

 

Pendant des siècles, ce jour vraiment pas comme les autres a été synonyme de malheur. Les phobiques semblent perdre du terrain ces derniers temps. « C’est peut-être lié à un recul de la religion. Et puis les gens ne vont pas se mettre la rate au court-bouillon à chaque vendredi 13. Quand ils voient qu’il ne s’est rien passé ce jour-là, ils finissent par se faire une raison » souligne Eloïse Mozzani, auteur du « Livre des superstitions ».

Mais depuis deux décennies, depuis que les marchands de jeux de hasard se sont emparés du phénomène, on lui attribue, à l’inverse, des vertus de porte-bonheur, on en vient à penser qu’il peut nous rendre brusquement multimillionnaire. Autant il est facile de trouver des explications aux origines maléfiques du vendredi 13, autant il est compliqué de savoir pourquoi il porterait chance. Il semblerait que la Française des jeux y soit pour quelque chose. Elle a réussi, à coups de jackpots élevés ces jours-là, et ce depuis 1991, a faire sacrément évoluer les mentalités. Près de huit millions de Français devraient valider une grille d’Euro Millions aujourd’hui. Parmi eux, il y a ceux qui tentent leur chance pour conjurer le sort. C’est une nouvelle façon de neutraliser le mauvais œil, mais il n’est pas prouvé que ce soit plus efficace que la patte de lapin, le fer à cheval ou le trèfle à quatre feuilles…

 

  7b893b59[1]

 

 Trois en 2012 (avril et juillet )et deux en 2013. Le nombre et la fréquence des vendredis 13 obéissent à la loi mathématique. Dans notre calendrier grégorien (conçu par le pape Grégoire XIII), l’écart maximal entre deux vendredis 13 est de 426 jours. Donc pas d’année sans le jour fatidique.

 

A l’inverse, le nombre maximum en un an est de trois. Chose possible à une seule condition. Le 1er janvier doit tomber un jeudi pour une année non bissextile ou un dimanche le cas échéant. Cumuler un vendredi 13 et saint est assez rare, mais possible. Il faut que le dimanche de Pâques, dont la date change, tombe un 15 avril. Mais il faudra attendre un peu avant de jouer sa grille de Loto à cette date : la prochaine est en 2063.

A jour particulier traitement spécial, le 13 du mois tombe plus souvent le vendredi que les autres jours de la semaine. En quatre mille ans, on en dénombre 6 880 contre 6 840 jeudis ou 6 850 lundis. Le vendredi 13 a donc encore de beaux jours devant lui.

 

 porte-bonheur-et-porte-malheur-un-marche-florissant-o20472[

 

 

 

 

 

Un chiffre maudit de tout temps

 

 

Les pouvoirs maléfiques accordés au vendredi 13 sont vieux comme le monde, ou presque. La connotation négative du chiffre 13 remonte au moins à l’Antiquité. A cette époque, c’est le 12 qui faisait la loi : il y avait 12 lunes dans l’année, 12 dieux de l’Olympe, 12 travaux d’Hercule ou 12 signes du Zodiaque.

 

Le 13 avait très mauvaise réputation parce qu’il suivait ce 12 parfait, rompant l’harmonie et menant tout droit au désordre. Dans la Rome antique, le vendredi était, lui, considéré comme un jour néfaste puisqu’on y exécutait les condamnés. Il y a aussi des origines chrétiennes. Jésus a été crucifié le Vendredi saint. Lors de son dernier repas, la Cène, en présence des 12 apôtres, dont le traître Judas, ils étaient 13 à table.

 

Le vendredi était le jour des pendus en Angleterre

 

A en croire certains biblistes, c’est aussi un vendredi qu’Adam et Eve auraient croqué dans la pomme interdite, ce qui leur a valu d’être chassés du paradis. Un peu plus proche de nous, c’est un vendredi 13 de l’année 1307 que le roi Philippe le Bel a ordonné l’arrestation de tous les chevaliers de l’ordre du Temple. Parmi les 140 Templiers de Paris remis aux mains des inquisiteurs, 54 ont été brûlés après avoir avoué des crimes hérétiques comme celui d’avoir craché sur la croix. Enfin, en Angleterre, le vendredi était le jour des pendus. Aujourd’hui, tous les pays du monde n’ont pas décrété le vendredi 13 comme leur journée porte-malheur. En Italie, malgré la présence du Vatican, le 13 ne fait guère trembler. C’est plutôt lors d’un vendredi 17 que les superstitieux transalpins retiennent leur souffle. Car 17 en chiffres romains s’écrit XVII, dont l’anagramme est « VIXI » qui signifie « j’ai vécu » en latin. En Amérique latine, en Espagne ou en Grèce, c’est le mardi 13 qui provoque des émois. Tandis qu’en Chine, c’est le 4 : la prononciation de ce nombre est très proche du mot voulant dire… « mort »!

 

 doc-536[1]

 

 

Repost 0
Published by villepage - dans Histoire en général
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 07:11

Cette tradition trouve son origine chez les Celtes et les Romains qui décoraient leurs maisons de branches d’épicéa ou de sapin lorsqu’ils célébraient le Soleil ou Saturne à la fin décembre. C’est au XVème siècle dans l’Europe médiévale que les sapins sont apparus timidement, décorés de pommes rouges, symboles du paradis. Cette pratique est très vite condamnée par l’Eglise qui y voit des relents de paganisme.

 

Il existe des documents attestant d'une fête le 24 décembre 1510 à Riga en Lettonie où des marchands dansaient autour d'un arbre décoré de roses artificielles avant de le brûler.

 

C’est en 1521 que le sapin, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est mentionné pour la première fois en Alsace. En 1546, dans la ville de Sélestat, la coupe des arbres en forêt est autorisée au cours de la nuit de la Saint Thomas le 21 décembre.

 

En 1560, au moment de la Réforme, la tradition du sapin de Noël se répand dans les pays d’ Europe Protestante, en Allemagne et en Scandinavie.

C’est au XIXème siècle que le sapin de Noël prend son essor : d’abord en Grande Bretagne où la Reine Victoria, en 1840, en mit un au château de Windsor ; puis ce furent les Etats –Unis, à la Maison Blanche.

 

En France, l'arbre de Noël fut introduit à Versailles par Marie Leszcynska, femme de Louis XV en 1738. En 1837, Hélène de Mecklembourg, duchesse d'Orléans d'origine allemande, fait installer et décorer un sapin aux Tuileries.

 

sapin de Nöel 

 

Il faut attendre la guerre de 1870 et l’exil des familles alsaciennes réfugiées en France  pour que cette coutume se propage sur tout le territoire.

 

Les premières décorations avec des ampoules électriques apparurent aux Etats-Unis à partir de 1880, mais elles étaient très onéreuses: au début du XXème siècle, le prix d’une guirlande d’ampoules représentait un salaire hebdomadaire moyen.


 
 

Source : Historia n°769

Repost 0
Published by villepage - dans Histoire en général
commenter cet article
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 03:41

LA FETE DES MERES

 

Tout le monde connaît la fête des mamans, mais quelle est l’origine de ce mot « maman » ?

 

Ce mot vient d’une racine d’ancien latin « mama »  qui signifiait mamelle, nourrice. Cette racine latine remonterait à l’indo-européen et signifiait «  téter ».

C’est un mot qu’on apprenait aux bébés et aux très jeunes enfants seulement ; il était abandonné dès que les enfants grandissaient et n’était jamais employé par des adultes. Autrefois, on appelait sa mère «  Madame ou ma mère » selon qu’on était noble ou paysan ( voir les pièces de théâtre de Molière) . Ce n’est qu’au 18ème siècle que le mot « maman » fut employé par tous, quel que soit l’âge.

 

UN PEU D’HISTOIRE

Dans  la Grèce antique, les historiens ont décelé dans les rites printaniers de Rhéa, la Mère des Divinités, la trace d’une célébration particulière en l’honneur des mamans.

La première mère qui a été fêtée, c’est celle des dieux, Cybèle. On a commencé à la fêter en Phénicie puis dans l’empire romain. La fête durait chaque année du 15 au 27 mars. Ce culte a été abandonné au IVème siècle après Jésus-Christ.

  

LA FETE DES MERES ACTUELLEMENT

 

L’origine de cette célébration nous vient des Etats-Unis :

C’est l’auteur Julia Ward Howe qui fut la première à suggérer que la fête des mères soit célébrée un jour chaque année dès 1872 : la « Mother’s day proclamation »

 

 julia-ward-howe[1]

 

 

Ecrite en 1870, la «  Mother’s day Proclamation de Howe fut d’abord une réaction pacifiste au carnage de la Guerre de Sécession aux Etats-Unis et à celui de la guerre de 1870  entre la France et la Prusse. Cette proclamation était liée à la croyance féministe de Howe, c'est-à-dire que les femmes ont une  responsabilité dans la direction des affaires politiques.

.Julia Ward Howe organisait une  réunion  de la journée des mères à Boston chaque année.  Mais la plupart des personnes ne prirent pas son idée au sérieux. Et ce n’est qu’ en 1907 que les choses bougèrent avec Anna Jarvis.

 

images[3]

 



Ayant perdu sa mère le second dimanche du mois de mai 1907, une Américaine, Anna M.Jarvis, institutrice, entreprIT une démarche auprès des autorités de son état : la Virginie, pour célébrer un service religieux en l’honneur de toutes les mamans lors du second dimanche du mois de mai. L’année suivante, la première Fête des Mères sous la forme que nous connaissons aujourd’hui fut célébrée à Grafton, lieu de naissance d’Anna Jarvis. Sa campagne sembae émouvoir la population, car l’usage s’implanta bien dans le reste de la Virginie. En 1914, le président Woodrow Wilson institua le second dimanche de mai comme journée de fête officielle en l’honneur de toutes les mamans.

Plus tard, c’est en 1917 que les soldats américains, entrés dans le premier conflit mondial, propagèrent cette célébration en Europe.

Les Américains qui avaient opté pour un vrai «  Mother’s Day » le développèrent ardemment durant la première guerre mondiale et les Français chargés du courrier constatèrent des envois massifs à cette date qui leur était mystérieuse. Et comme la France aavait encore plus besoin de se repeupler après la guerre 14-18, cette coutume allait faire des émules.

  

 

Dès juin 1918, prenant modèle sur les soldats américains, les Français  célébrèrent la première fête des mères. En 1920, le Ministre de l’Intérieur créa le 19 décembre «  la première journée des mères de famille nombreuse ».

Cette fête était à l’origine un instrument de la politique nataliste de l’époque. La fécondité était alors érigée en vertu civique. Cette aspiration, puissamment relayée par un courant patriote, fut officialisée en 1926. Mais, la Fête des Mères, sous sa forme actuelle, c’est-à-dire célébrant toute les femmes ayant connu la maternité sans discrimination par rapport au nombre d’enfants date du Gouvernement de Vichy.

 

 

 

Le 25 mai 1941, le Maréchal Pétain institua définitivement « la journée nationale des mères ». A l’époque, l’image que l’on véhiculait de la mère étaitt totalement différente de celle qui existe actuellement : il s’agissait d’une mère au foyer, bonne cuisinière, peu éduquée, relativement soumise aux exigences masculines.

Cette fête laïque très populaire en France a été instaurée officiellement en mai 1950, sous la présidence de Vincent Auriol (loi n°50.577 du 24 mai 1950).

C’est sous le Général de Gaulle que la fête est fixée au dernier dimanche de mai.

Chaque année des médailles sont remises aux mères de famille nombreuse :

   

Médaille d’or, lorsque le nombre d’enfants est de 8 ou plus

Médaille d’argent : pour 6 ou 7 enfants

Médaille de bronze : pour 4 ou 5 enfants.

La fête des mères a lieu dans la plupart des pays d’Europe, mais à des dates différentes.

 

 

old-mothers-day-card[1]

 

Article publié dans le bulletin de liaison de la Société d'Histoire " Villeparisis et son passé' n°49

Repost 0
Published by villepage - dans Histoire en général
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 05:22

8 mars

  Journée internationale des droits des femmes

 

 

Origine

 

Au début du XXe siècle, des femmes de tous pays s’unissent pour défendre leurs droits et réclamer le droit de vote.
La création d’une Journée internationale des femmes a été proposée pour la première fois en 1910, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin, et s’inscrivait alors dans une perspective révolutionnaire.
La date n’est tout d’abord pas fixée, et ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier.La date est réinvestie avec le regain féministe des années 70 et la Journée internationale des femmes est reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977, et en France en 1982.

 

Quelques grandes figures 

 

 

Olympe de Gouges 1748-1793

  

Marie Gouze, dite Marie-Olympe de Gouges, née à Montauban le 7 mai 1748 et morte guillotinée à Paris le 3 novembre 1793, est une femme de lettres française, devenue femme politique et polémiste

   235px-Marie-Olympe-de-Gouges[1]

 

 En 1791, Olympe de Gouges publie un ouvrage "féministe" : "la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne". Elle y prône l’émancipation féminine, notamment au travers de l’égalité entre les sexes. Selon son ouvrage, la femme devrait être considérée comme citoyenne à part entière. Le préambule du texte s’adresse à Marie-Antoinette, à qui elle implore de défendre jusqu’au bout le "sexe malheureux". Ses actions ne se limitent toutefois pas à la condition de la femme. Olympe de Gouges s’était déjà engagée corps et âme dans la Révolution. Elle soutiendra également les Girondins au travers de ses écrits et ira jusqu’à défendre le roi Louis XVI. Ses agissements lui vaudront d’être guillotinée en 1793. Elle sera considérée plus tard comme l’une des toutes premières "féministes"

 

 

«««««««

   

Mary Wollstonecraft  1759-1797

      images[8] 

  La femme de lettres britannique Mary Wollstonecraft publie « Vindication of the Rights of Woman » (« Défense des droits de la femme »). Selon elle, les femmes devraient bénéficier d’une éducation semblable à celle de l’homme et devraient pouvoir jouir de la même liberté.

Pendant la Révolution française, Mary Wollstonecraft quitte l'Angleterre pour s'installer, en 1792, à Paris, où elle vit avec un Américain. Lorsqu’il l’abandonne avec leur fille, elle épouse William Goldwin et mettra au monde une certaine Mary, connue plus tard sous le nom de Shelley. Mary Wollstonecraft sera considérée comme l’un des précurseurs du mouvement féministe

 

 

«««««««

 

Flora Tristan   1803-1844

 

AVT2 Tristan 1426[1]

 

 

Franco-péruvienne descendante de Montézuma, Flora Tristan était femme de lettres, militante socialiste et féministe, elle fut l'une des figures majeures du débat social dans les années 1840, et participa aux premiers pas de l'internationalisme.

En 1838, victime de la cruauté de son mari qui tira sur elle,  Flora Tristan lutta alors activement pour la liberté de la femme et, surtout, pour la restitution du divorce. Initiatrice du mouvement féministe à venir, elle étendit aussi ses actions socialistes aux droits des travailleurs.

 Elle écrivit plusieurs ouvrages : Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères (1835) ( écrit de sensibilité), Pérégrinations d'une paria (1838), Promenades dans Londres (1840), et Unité ouvrière (1843). 

 Sa fille, Aline était la mère de Paul Gauguin .

 

 

«««««««

    

Julie Victoire Daubié 1824-1874

   

J.V Daubi%C3%A9[1]

 

 Julie-Victoire Daubié (1824-1874) fut la première femme française ayant obtenu le droit de se présenter au baccalauréat, qu'elle obtint à Lyon en 1861, elle y avait été refusée à Paris et à Aix au seul motif qu’elle était femme. En 1871, elle devint la première licenciée es lettres. En 1866, elle publia « La femme pauvre au XIXème siècle », dans lequel elle désignait l’état comme responsable de l’inégalité hommes-femmes dans l’emploi et en matière de salaires. Elle fut une militante féministe : droit de vote des femmes, défense des mères célibataires, dénonciation de la prostitution. Son combat pour l'éducation des femmes et leur accès à l'enseignement supérieur a inspiré la féministe anglaise Joséphine Butler qui a traduit en langue anglaise une partie de ses œuvres.

 

«««««««

 

Clara Zetkin  1857-1933

 

 

200px-Zetkin luxemburg1910[1]

     Clara Zetkin avec Rosa Luxembourg

   

 

C’est à Copenhague en 1910, lors de la 2ème conférence internationale des femmes socialistes, que l’allemande Clara Zetkin propose, pour la première fois, d’organiser une Journée internationale des femmes en vue de servir à la propagande pour le vote des femmes.  Le 8 mars 1914, les femmes réclament le droit de vote en Allemagne. Elles l’obtiennent le 12 novembre 1918

 

«««««««

 

                   

  1908 : les suffragettes

 

images[2]

images[3]

images[4]

 

suffragettes[1]

 

Le 21 juin quelque 250 000 femmes manifestent à Hyde Park, à Londres, pour demander le droit de vote des femmes. Le mouvement des "suffragettes" a été fondé cinq ans plus tôt par Emeline Pankhurst et sa fille Christabel. Celles-ci n'hésitent pas à recourir à des actes spectaculaires. Ainsi en 1905, Christabel a craché au visage d'un policier. En 1918, elles obtiendront une première victoire avec l'octroi du droit de vote des femmes de plus de 30 ans, elles ne l’obtiendront vraiment qu’en 1928.

 

 

«««««

 

 

 

Quelques dates concernant le droit de vote :

1893 : la Nouvelle Zélande est le premier pays à accorder le droit de vote aux femmes

En 1869, l’état du Wyoming avait attribué le droit de vote aux femmes (blanches), mais il fallut attendre 1920 que la constitution américaine soit modifiée et que le droit soit étendu à tous les états.

 

      

Quelques dates importantes en France

 

1850 : création d’écoles primaires pour filles

1861 : JulieVictoire Daubié : première bachelière

1863 : création de cours secondaires pour filles

1900 : Jeanne Chauvin première femme avocate.

1903 : Marie Curie reçoit le prix Nobel de Physique

1908 : Madeleine Brès, première femme à exercer la médecine

1936 : le gouvernement Léon Blum compte 3 femmes sous-secrétaires d'État

1941 : officialisation de la fête des mères

1944 : droit de vote

1945 : 34 femmes sont élues députées

1980 Marguerite Yourcenar, première femme à l'Académie française

Repost 0
Published by villepage - dans Histoire en général
commenter cet article