Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
6 juillet 2021 2 06 /07 /juillet /2021 15:31

 

Les grandes vacances scolaires

 

Origine

 

Si l’école n’est pas obligatoire au Moyen Age, il n’est pas rare, à la fin de la période, que le curé du village accueille les enfants, filles et garçons, pour leur enseigner quelques rudiments de lecture et de calcul en échange de dons en nature. Mais cet enseignement n’a lieu qu’en hiver, car, aussitôt que les activités des champs reprennent, les enfants abandonnent les bancs de l’école. Si la notion d’année scolaire et celle de vacances n’existent pas encore, en 1231, le pape Grégoire IX se préoccupe de limiter ces absences. Il accorde des vacances pour les travaux agricoles. Ces vacances, qui ne devaient pas excéder un mois, portaient le nom bien significatif de « vendanges ».  En réalité, chaque établissement, chaque école appliquait divers systèmes de vacances. L’ensemble des jours de congés scolaires indiscutablement ancré dans la vie religieuse suivait le calendrier des fêtes religieuses chrétiennes. Ces vacances avoisinaient 80 jours annuels. La Révolution et l’Empire édictèrent une réglementation unifiant les congés scolaires sur l’ensemble du territoire français.   ​​​​​​​

 

 En 1800, les seules vacances  accordées commençaient le 5 août, pour se terminer le 20 septembre. Ces vacances correspondaient à l’aide que les enfants devaient apporter lors des vendanges et de la moisson.  Il  faudra attendre 1860 pour que Napoléon III accorde  5 jours de vacances supplémentaires pour les fêtes de Pâques.

La IIIe République uniformise les congés scolaires des premier et second degrés (écoles, collèges et lycées) par un arrêté en date du 11 février 1939 : Toussaint : 2 jours, Noël : du 23 décembre au 2 janvier, Pâques : 2 semaines, grandes vacances : du 15 juillet au 30 septembre. Ces 10 semaines de congés accordées en été exauçaient les voeux des populations paysannes. En 1950, 49% de la population française  exerçait encore une profession rurale. La moisson et les vendanges s’étalaient d’août à la fin septembre et exigeaient la présence de nombreux bras, dont ceux des adolescents scolarisés.

Cependant, l’instauration des congés payés en 1936 bouleverse complètement l’ordonnance du calendrier scolaire. En effet, à partir 1955, avec l’aisance économique accompagnant « les trente glorieuses », de très nombreuses familles salariées partent régulièrement en vacances dès le 1er juillet, désorganisant l’agencement de la fin de l’année scolaire située entre le 1er et le 15 juillet.

SOURCE : Petite histoire des grandes vacances ( communication, informatique et pédagogie de D.Moati)

CP: F.Gagnepain

 

TRAVAUX DES CHAMPS

Fermes de Villeparisis 

 

 

Histoire des vacances
Histoire des vacances
Histoire des vacances
Histoire des vacances
Histoire des vacances
Histoire des vacances
Histoire des vacances
Partager cet article
Repost0
17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 15:14

 

 

FETE DES PERES

 

Origine

.

C’est aux Américains, semble-t-il, que l’on doit l’idée de rendre hommage aux papas.

En effet, l’idée est née à Spokane (état de Washington) : Sonora Smart Dodd fut la première personne à proposer la fête des pères. En écoutant un sermon le jour de la fête des mères en 1909, elle s’interrogea sur cette célébration : elle avait été élevée par son père, Henry Jackson Smart, après la mort de sa mère et elle voulait lui faire savoir à quel point elle lui était reconnaissante.

Comme son père était né en juin, elle choisit ce mois pour organiser la première fête des pères à Spokane le 19 juin 1910.

En 1924 le Président Calvin Coolidge soutint l’idée d’une journée nationale de fête des pères. Mais il fallut attendre 1966 et le Président Lyndon Johnson pour que fut signée la proclamation officielle d’un « Father’s Day » le troisième dimanche de juin.

C’est en 1952 que la France institua la première fête des pères.

En Belgique, elle a lieu le deuxième dimanche de juin ;

En Italie, c’est le 19 mars, jour de la Saint-Joseph.

Certains pays ont un ou deux jours de congé pour fêter les pères.

 

Poème de Stéphane Mallarmé (1842-1898)

 

Mon cher  papa (écrit à l’âge de douze ans)

 

J’avais appris un compliment,

Et j’accourais pour célébrer ta fête,

On y parlait de sentiment

De tendre amour, d’ardeur parfaite ;

Mais j’ai tout oublié,

Lorsque je suis venu

Je t’aime est le seul mot que j’ai bien retenu.

 

 

 

Histoire de la Fête des pères
Histoire de la Fête des pères
Histoire de la Fête des pères
publicité pour la fête des pères

publicité pour la fête des pères

Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 09:50

LA FETE DES MERES

 

Tout le monde connaît la fête des mamans, mais quelle est l’origine de ce mot « maman » ?

 

Ce mot vient d’une racine d’ancien latin « mama » qui signifiait mamelle, nourrice. Cette racine latine remonterait à l’indo-européen et signifiait « téter ». C’est un mot qu’on apprenait aux bébés et aux très jeunes enfants seulement ; il était abandonné dès que les enfants grandissaient et n’était jamais employé par des adultes. Autrefois, on appelait sa mère « Madame ou ma mère » selon qu’on était noble ou paysan ( voir les pièces de théâtre de Molière) . Ce n’est qu’au 18ème siècle que le mot « maman » fut employé par tous, quel que soit l’âge.

 

UN PEU D’HISTOIRE

Dans la Grèce antique, les historiens ont décelé dans les rites printaniers de Rhéa, la Mère des Divinités, la trace d’une célébration particulière en l’honneur des mamans.

La première mère qui a été fêtée, c’est celle des dieux, Cybèle. On a commencé à la fêter en Phénicie puis dans l’empire romain. La fête durait chaque année du 15 au 27 mars. Ce culte a été abandonné au IVème siècle après Jésus-Christ.

 

LA FETE DES MERES ACTUELLEMENT

L’origine de cette célébration nous vient des Etats-Unis : C’est l’auteur Julia Ward Howe qui fut la première à suggérer que la fête des mères soit célébrée un jour chaque année dès 1872 : la « Mother’s day proclamation »

Ecrite en 1870, la « Mother’s day Proclamation de Howe fut d’abord une réaction pacifiste au carnage de la Guerre de Sécession aux Etats-Unis et à celui de la guerre de 1870 entre la France et la Prusse. Cette proclamation était liée à la croyance féministe de Howe, c'est-à-dire que les femmes ont une responsabilité dans la direction des affaires politiques.

.Julia Ward Howe organisait une réunion de la journée des mères à Boston chaque année. Mais la plupart des personnes ne prirent pas son idée au sérieux. Et ce n’est qu’ en 1907 que les choses bougèrent avec Anna Jarvis. Ayant perdu sa mère le second dimanche du mois de mai 1907, une Américaine, Anna M.Jarvis, institutrice, entreprit une démarche auprès des autorités de son état : la Virginie, pour célébrer un service religieux en l’honneur de toutes les mamans lors du second dimanche du mois de mai. L’année suivante, la première Fête des Mères sous la forme que nous connaissons aujourd’hui fut célébrée à Grafton, lieu de naissance d’Anna Jarvis.

Sa campagne sembla émouvoir la population, car l’usage s’implanta bien dans le reste de la Virginie. En 1914, le président Woodrow Wilson institua le second dimanche de mai comme journée de fête officielle en l’honneur de toutes les mamans. Plus tard, c’est en 1917 que les soldats américains, entrés dans le premier conflit mondial, propagèrent cette célébration en Europe. Les Américains qui avaient opté pour un vrai « Mother’s Day » le développèrent ardemment durant la première guerre mondiale et les Français chargés du courrier constatèrent des envois massifs à cette date qui leur était mystérieuse. Et comme la France avait encore plus besoin de se repeupler après la guerre 14-18, cette coutume allait faire des émules.

Dès juin 1918, prenant modèle sur les soldats américains, les Français célébrèrent la première fête des mères. En 1920, le Ministre de l’Intérieur créa le 19 décembre « la première journée des mères de famille nombreuse ».

Cette fête était à l’origine un instrument de la politique nataliste de l’époque. La fécondité était alors érigée en vertu civique. Cette aspiration, puissamment relayée par un courant patriote, fut officialisée en 1926. Mais, la Fête des Mères, sous sa forme actuelle, c’est-à-dire célébrant toute les femmes ayant connu la maternité sans discrimination par rapport au nombre d’enfants date du Gouvernement de Vichy.

Le 25 mai 1941, le Maréchal Pétain institua définitivement « la journée nationale des mères ». A l’époque, l’image que l’on véhiculait de la mère était totalement différente de celle qui existe actuellement : il s’agissait d’une mère au foyer, bonne cuisinière, peu éduquée, relativement soumise aux exigences masculines. Cette fête laïque très populaire en France a été instaurée officiellement en mai 1950, sous la présidence de Vincent Auriol (loi n°50.577 du 24 mai 1950). C’est sous le Général de Gaulle que la fête est fixée au dernier dimanche de mai. Chaque année des médailles sont remises aux mères de famille nombreuse :

Médaille d’or, lorsque le nombre d’enfants est de 8 ou plus

Médaille d’argent : pour 6 ou 7 enfants

Médaille de bronze : pour 4 ou 5 enfants. La fête des mères a lieu dans la plupart des pays d’Europe, mais à des dates différentes.

Julia Ward Howes

Julia Ward Howes

Anna Jarvis

Anna Jarvis

a mother'sday cake en Angleterre

a mother'sday cake en Angleterre

Histoire de la Fête des mères
Partager cet article
Repost0
30 avril 2021 5 30 /04 /avril /2021 14:03

 

1er MAI

 

Le 1er mai, fête du travail, les syndicats défilent et tout le monde offre du muguet.

Mais d’où vient cette coutume ?

Dans l'Antiquité, la date du 1er mai correspondait au jour où les marins reprenaient la mer. Depuis la fin du XIXè siècle, le 1er mai commémore ce jour de 1886 où plus de 400 000 ouvriers sont descendus dans la rue pour revendiquer et obtenir la journée de travail de 8h. En 1889, le Congrès international socialiste de Paris adopte le 1er mai comme jour de revendication des travailleurs.

 

Pourquoi le muguet ?

 

« En mai, fais ce qu’il te plait…,mais n’oublie pas  le joli brin de muguet… » Parfumées, ce fleurs à clochettes viennent du Japon, même si la légende raconte qu’Apollon les aurait créées pour ses muses. Dès le Moyen Age, le muguet devint le symbole du printemps et du renouveau. Le 1er mai 1561, le roi Charles IX décida d’en offrir à toutes les  dames de la cour.

Le muguet fleurit au début du printemps, il est donc idéal pour fêter les beaux jours!

Devenu porte-bonheur et symbole de galanterie en France, mais aussi en Suisse, en Belgique et en Andorre, le muguet engendre alors ce joli verbe de mugueter qui sous la plume de Corneille, donnera : « Vous muguetez sa fille, elle a de quoi vous plaire. A l’époque, mai  était le mois des accordailles, le temps des  fiançailles pendant lequel les  jeunes gens se promettaient le mariage. »

Le 1er mai prend une coloration sociale à la fin du XIXème siècle. Le 1er mai à Chicago, aux Etats-Unis, les syndicats réclament la journée de 8 heures. En 1889, l’Internationale socialiste décide que le 1er mai sera une journée mondiale des revendications. En Allemagne, les manifestants arborent, dès lors, un oeillet à la boutonnière tandis qu’en France, ils portent un triangle rouge symbolisant leurs exigences : 8 heures de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de loisirs. Très vite, ils le remplacent par une églantine puis, en 1907 par le symbole du printemps : un brin de muguet attaché par un ruban rouge. En 1909, l’Humanité écrit : «  Le 1er mai n’est pas seulement une journée de revendications ouvrières. C’est aussi la fête du muguet et des petites jeunes femmes qui s’en font offrir par leurs soupirants. »

A partir de 1936, les autorités tolèrent la vente du muguet dans la rue. Dès lors, le muguet est associé à la fête du travail. Aujourd’hui, les trois quarts du muguet vendu en France sont produits dans la région nantaise. Chaque année, on en achète plus de 50 millions de brins pour un chiffre d’affaires d’environ 25 millions d’euros.

Source : archives de la Société d’histoire

 

 

La Société d’Histoire vous souhaite beaucoup de bonheur.

 

Histoire du 1er mai
Partager cet article
Repost0
4 mars 2021 4 04 /03 /mars /2021 15:55

 

8 mars

Journée internationale des droits des femmes

 

Origine

 

Au début du XXe siècle, des femmes de tous pays s’unissent pour défendre leurs droits et réclamer le droit de vote.
La création d’une Journée internationale des femmes a été proposée pour la première fois en 1910, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin, et s’inscrivait alors dans une perspective révolutionnaire.
La date n’est tout d’abord pas fixée, et ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier.

La date est réinvestie avec le regain féministe des années 70 et la Journée internationale des femmes est reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977, et en France en 1982.

 

 

Quatre femmes  pionnières sont honorées à Villeparisis : en effet trois écoles et un collège portent leur nom : les écoles  Joliot-Curie, Séverine et Pauline Kergomard et le 3ème collège Marthe Simard 

 

MARTHE SIMARD

1901-1993

Première parlementaire

 

Marthe Simard, née Marthe Caillaud, le 6 avril 1901 en Algérie est décédée à Québec le 28 mars 1993 où elle vivait avec son mari, le Docteur Simard, franco-québécois.

Fondatrice en décembre 1940 du Comité France Libre de Québec, elle est la première femme française à avoir siégé dans une assemblée parlementaire.

L’ordonnance du 17 septembre 1943 crée, à Alger, l’Assemblée consultative provisoire. Ses membres ne sont pas élus, mais choisis. Parmi eux, pour la première fois, siège une femme Marthe Simard, nommée le 20 octobre 1943, après avoir été désignée par les représentants des mouvements de la Résistance extérieure pour y représenter le Canada..En novembre 1944, l’Assemblée quitte Alger pour Paris, Marthe Simard est alors l’une des 10 femmes parlementaires aux côtés, notamment de Lucie Aubrac, Gilberte Brossolette, Andrée Viénot.

Sur proposition d’André Malraux, elle est promue Chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur dès la première promotion «  Victoire » du 3 mai 1946

Source : Ces femmes qui ont réveillé la France  de J-L Debré

 

 

SEVERINE

née Caroline Rémy, le 27 avril 1855 à Paris, décédée le 24 avril 1929 à Pierrefonds est une  écrivaine, journaliste libertaire et  féministe française.

Elle dirige Le cri du peuple avec Jules Vallès, puis seule à la mort de ce dernier en 1885. Elle fut la première femme « patron » d’un grand quotidien. Dans ses articles, elle s’engage dans la  lutte pour le droit des femmes. Elle s’engage aussi dans l’affaire Dreyfus. Elle contribue à la création de La ligue des droits de l’homme.

 

PAULINE KERGOMARD

Elle est née le 24 avril 1838 à Bordeaux et est décédée  le 13 février 1925 à Saint-Maurice. Elle épouse Jules Kergomard,  tient une école privée et devient la directrice de l’Ami de l’Enfance, revue pour les salles d’asile.

Elle est à l’origine de la transformation des salles d’asile en écoles maternelles. Elle introduit le jeu qu’elle considère comme pédagogique, les activités artistiques et sportives. Elle prône une initiation à la lecture, à l’écriture et au calcul avant 5 ans.  Bien avant Maria Montessori, elle fait acter que le jeu est le premier travail du jeune enfant et réclame un mobilier adapté. Elle est nommée inspectrice générale, poste qu’elle occupe jusqu’en 1917 ; elle crée en 1887 L’Union française pour le sauvetage de l’enfance. Cette association existe encore aujourd’hui

 

IRENE JOLIOT-CURIE

1897-1956

 

Née à Paris, Irène Joliot-Curie est la fille de Pierre et Marie Curie. Pendant la Première Guerre mondiale elle accompagne sa mère sur le front pour pratiquer des radiographies des blessés afin d'aider les chirurgiens. A partir de 1918, elle devient l'assistante de sa mère Marie Curie à l'Institut du Radium de Paris. Elle y fait la connaissance de Frédéric Joliot, lui aussi assistant, qu'elle épouse en 1926 et avec qui elle aura deux enfants.

Avec son mari, elle travaille sur la radioactivité naturelle et découvre la radioactivité artificielle. Leurs recherches, qui portent notamment sur l'action des neutrons sur les éléments lourds, constituent une avancée importante vers la découverte de la fission nucléaire. Conjointement avec Frédéric Joliot, elle obtient le Prix Nobel de chimie en 1935.

Militante des droits des femmes, Irène Joliot-Curie entre en 1936 au gouvernement du Front populaire comme sous-secrétaire d'Etat à la Recherche scientifique. Mais des problèmes de santé l'obligent à démissionner de son poste au bout de trois mois. L'année suivante elle devient maître de conférences puis professeur sans chaire à la Faculté des sciences de Paris.

En 1939, Irène Joliot-Curie travaille avec son mari, alors directeur du laboratoire de synthèse atomique, sur la réaction en chaîne dans l'uranium avec la perspective de libérer l'énergie contenue. Ces travaux déboucheront sur le dépôt de brevets de "faisabilité" de la bombe atomique, par l'équipe de Frédéric Joliot. Après la Seconde Guerre mondiale, elle dirige l'Institut du Radium et obtient la chaire de physique générale. Elle participe à la création du Commissariat à l'énergie atomique.

 

Irène Joliot-Curie reçoit en 1950 le Prix international de la paix du Conseil mondial de la paix. Elle meurt en 1956 d'une leucémie consécutive à son exposition aux rayonnements radioactifs durant sa vie professionnelle.

 

Marthe Simard

Marthe Simard

Severine et des suffragettes

Severine et des suffragettes

Pauline Kergomard

Pauline Kergomard

Irène Joliot -Curie et son mari, Frédéric Joliot

Irène Joliot -Curie et son mari, Frédéric Joliot

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2021 7 31 /01 /janvier /2021 17:36

 

CHANDELEUR

2 Février

 

 

La Chandeleur commémore la présentation de Jésus au Temple, quarante jours après sa naissance et sa reconnaissance par le prophète Syméon comme «Lumière d'Israël».

 

À l’époque romaine, on fêtait vers le 15 février, le dieu de la fécondité Lupercus, car c’était le début de la saison des amours chez les oiseaux ! Les Celtes aussi fêtaient la fin de l'hiver début février.

 

C'est en 472 que la fête de la Présentation du Seigneur au Temple a été associée aux « chandelles » (d'où le nom de Chandeleur) par le pape Gélase Ier qui organisa le 2 février des processions aux flambeaux, reprenant des rites païens au compte de l’Église. Peu à peu, les flambeaux des processions furent remplacés par des cierges bénis allumés dans les églises, rappelant que le Christ est la « lumière du monde ».

 

Le même pape qui christianisa la Chandeleur faisait distribuer des crêpes aux pèlerins qui arrivaient à Rome. Ainsi serait née la tradition qui voulait que l’on fasse des crêpes avec la farine de l’année précédente, symbole de prospérité pour l’année à venir.

Petites coutumes et superstitions :

Pour s’assurer de bonnes récoltes à venir, les paysans devaient faire sauter la première crêpe dans la main droite tout en tenant un Louis d’or dans l’autre. Ensuite, ils glissaient la pièce dans la crêpe qu’ils déposaient en haut d’une armoire… jusqu’à l’année suivante.

 

Tableaux représentant la Présentation de Jésus au temple

 

HISTOIRE: LA CHANDELEUR
HISTOIRE: LA CHANDELEUR
Notre Dame de  Candelaria ( patronne des Canaries)

Notre Dame de Candelaria ( patronne des Canaries)

HISTOIRE: LA CHANDELEUR
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 14:55
FETES: L'histoire du marché de Noël

La société d'histoire "Villeparisis et son passé'' vous souhaite de Bonnes Fêtes

 

En 1294, en Autriche, in arrêté municipal viennois atteste la présence d'un marché de  la Saint-Nicolas qui se généralise ensuite dans tout le Saint Empire romain germanique.

1434: Frédéric II de Saxe autorise la tenue d'un marché à Dresde, le Striezelmarkt ( d'après le nom du traditionnel gâteau de la ville, le Strietzel) le lundi précédant Noël.

1570 Réforme protestante oblige, apparition à Strasbourg du marché de l'Enfant Jésus, le Christkindelsmarik, marché de Noël qui remplace les précédents, jugés trop paiens; il s'implantera par la suite à Nurmberg, Munich, Cologne et Rothenbourg.

V.D   hISTORIA 865; JANVIER 2019;

marché de Nuremberb 19 ème siècle

marché de Nuremberb 19 ème siècle

Partager cet article
Repost0
15 juin 2019 6 15 /06 /juin /2019 10:59

 

FETE DES PERES

 

 

Origine

 

En Italie, au Portugal ou en Espagne, les pères étaient fêtés depuis le Moyen Age le 19 mars, jour de la Saint-Joseph. L’habitude de les célébrer en juin vient des Etats-Unis.

 

 

C’est aux Américains, semble-t-il, que l’on doit l’idée de rendre hommage aux papas.

En effet, l’idée est née à Spokane (état de Washington) : Sonora Smart Dodd fut la première personne à proposer la fête des pères. En écoutant un sermon le jour de la fête des mères en 1909, elle s’interrogea sur cette célébration : elle avait été élevée par son père, Henry Jackson Smart, après la mort de sa mère et elle voulait lui faire savoir à quel point elle lui était reconnaissante.

Comme son père était né en juin, elle choisit ce mois pour organiser la première fête des pères à Spokane le 19 juin 1910.

En 1924 le Président Calvin Coolidge soutint l’idée d’une journée nationale de fête des pères. Mais il fallut attendre 1966 et le Président Lyndon Johnson pour que fut signée la proclamation officielle d’un « Father’s Day » le troisième dimanche de juin.

C’est en 1952 que la France institua la première fête des pères.

En Belgique, elle a lieu le deuxième dimanche de juin ;

En Italie, c’est le 19 mars, jour de la Saint-Joseph.

Certains pays ont un ou deux jours de congé pour fêter les pères.

 

 

Quelques citations à propos des pères

 

 

«  Un  homme n’est jamais si grand que lorsqu’il est à genoux pour aider un enfant » Pythagore

 

« Un père a deux vies, la sienne et celle de son fils » Jules Renard

 

« L’amour d’un père est plus haut que la montagne » proverbe japonais

 

«  L’age de mon père, c’est vingt-cinq ans de plus que moi, et ça n’a jamais changé. »

Marcel Pagnol  La gloire de mon père

 

« Il n’y a que le père qui n’envie pas le talent de son fils » Goethe

 

«  Quand elles m’appellent papa, il me semble encore les voir petites, elles me rendent fous »

Honoré de Balzac  Le Père Goriot.

 

 

 

Histoire de la Fête des Pères
Histoire de la Fête des Pères
publicité fête des pères

publicité fête des pères

a poster announcing the centennial celebration of Father's day by Spokane Tourism

a poster announcing the centennial celebration of Father's day by Spokane Tourism

Partager cet article
Repost0
7 mars 2018 3 07 /03 /mars /2018 13:25

 

8 mars

 

Journée internationale des droits des femmes

 

En ce jour de commémoration des droits de la femme, voici quelques dates importantes en France et quelques portraits de femmes premières dans leur domaine.

 

 

 

1850 : création d’écoles primaires pour filles

1856 : Elisa Lemonnier crée La Société de protection maternelle (devenant  en 1862 Société pour l’enseignement professionnel des femmes)

1861 : JulieVictoire Daubié : première bachelière

1863 : création de cours secondaires pour filles

1875 : Madeleine Brès, première femme médecin, qui n’exerça pas, mais sera professeur d’hygiène, fondatrice d’une crèche, auteur de livres  de puériculture.

1881 : loi Ferry instaurant l’enseignement primaire obligatoire pour les filles comme pour les garçons

1900 : Jeanne Chauvin première femme avocate.

1903 : Marie Curie reçoit le prix Nobel de Physique

1907 : les femmes mariées peuvent disposer librement de leur salaire. Elles peuvent travailler sauf si le mari s’y oppose.

1920 : elles peuvent adhérer à un syndicat sans l’autorisation de leur mari.

1936 : le gouvernement Léon Blum compte 3 femmes sous-secrétaires d'État : Cécile Brunschvicg, Suzanne Lacore et Irène Joliot-Curie

1941 : officialisation de la fête des mères

1944 : droit de vote

1945 : 34 femmes sont élues députées

1972 : loi sur l’égalité de rémunération entre les femmes et les hommes

1975 : la loi Veil autorise l’IVG

1975 : obligation de la mixité dans les établissements scolaires publics

1980 Marguerite Yourcenar, première femme à l'Académie française

 

Elisa Lemonnier

Elisa Lemonnier

Clara Zetkin et Rosa Luxembourg

Clara Zetkin et Rosa Luxembourg

Olympe de Gouges

Olympe de Gouges

Flora Tristan

Flora Tristan

Madeleine Brès

Madeleine Brès

Julie Victoire Daubié

Julie Victoire Daubié

Louise Michel

Louise Michel

Marie Curie

Marie Curie

Louise Weiss

Louise Weiss

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2017 6 30 /12 /décembre /2017 16:42

 

La Société d’Histoire

« Villeparisis et son passé »

Vous présente  ses meilleurs vœux

Pour cette nouvelle année

"Villeparisis et son passé": meilleurs voeux
Partager cet article
Repost0