Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Villeparisis - Histoire
  • : blog de la Société d'Histoire de Villeparisis - Association Villeparisis et son passé (77270)
  • Contact

 
 

Recherche

Musée d'Histoire-Villeparisis


Parc Honoré de Balzac

60 rue Jean Jaurès 

77270 VILLEPARISIS

 Ouverture tous les samedis matins

de 10h à 12h

et sur rendez-vous

  Entrée gratruite

 
 
 
 
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 07:55

  La gare,  le marché et les rues avoisinantes

 

 

 

Perspective sur l’ancien bâtiment de la halte qui servit de gare pour Villeparisis et les lotissements  de  Mitry de 1883 à 1962

 

 




Vue du passage à niveau prise du Petit Robinson. A droite, longeant les voies ferrées et se dirigeant vers la gare de marchandise, un chemin de terre. A son emplacement, de nos jours, l’entrée du passage souterrain.





 Le  marché
 


En direction du vieux pays, la maison à gauche était un hotel-restaurant,qui devint  le « Modern’garage » au coin de l’avenue des Rossignols.

 

 

 

  

 
On remarque l’erreur sur la carte : Mitry à la place de Villeparisis



Sources:Villeparisis en cartes postales
CP: F.G.

Repost 0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 07:34

                                                                      

 

L’éloignement de la gare était un peu gênant, car on devait marcher à travers bois et marais le long de l’actuelle avenue du Général de Gaulle, alors avenue de la gare. L’instituteur Mary fait état d un service de  desserte par voitures établi en 1885. A cause de la boue, très fréquente sur ce parcours, les Villeparisiens prirent l’habitude de partir en sabots, tout en emportant leurs chaussures de ville dans un sac. Arrivés à la gare, ils faisaient l’échange avant de monter dans le train. Cette pratique était si répandue que le bureau de tabac proche de la gare louait des emplacements qui servaient de consigne aux sabots. On les y reprenait au retour pour regagner le village.

Les habitants de Courtry appelaient les Villeparisiens ‘ les claque-sabots’

 

 

 

 

 

sabots au  musée de l'histoire 
 

La campagne autour de Villeparisis  était très appréciée des Parisiens qui venaient y passer le dimanche : les trains étaient plus nombreux ce jour-là. Plus tard, après la création des lotissements, ce sont les habitants des nouveaux quartiers proches de la gare qui prirent chaque jour le train pour se rendre à leur travail.
  

   

 

 

 

CP : FG

Repost 0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 07:15

Villeparisis fut tardivement desservie par le chemin de fer : la principale ligne vers l’Est,  Paris-Strasbourg avait été réalisée à partir de 1842 et passait par Chelles et Vaires/Marne. En 1862, la ligne Paris-Soissons fut mise en service, elle franchissait le D84 sur un passage à niveau, remplacé depuis par un souterrain.

 

Il n’y eut, d’abord, qu’une gare à Mitry ( actuellement la gare de Mitry-Claye) qui desservait par omnibus les villages environnants. La halte de Villeparisis ne fut créée que vers 1883. Elle fut nommée Villeparisis dès l’origine pour éviter les confusions avec la gare de Mitry-Claye. Il fallait 50 minutes pour aller à la gare du Nord.

Le bâtiment construit juste à côté du passage à niveau resta en service jusqu’en 1962 ; la ligne fut électrifiée en 1963.

  



La proximité du canal, du chemin de fer et de la gare anima ce quartier très excentré de Villeparisis : on y trouva des restaurants (le Petit Robinson), des cafés et des commerces.



 

Le Petit Robinson

 

Repost 0
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 07:20

LA GUERRE DE 1870-1871 A VILLEPARISIS

 

En septembre 1870, après la capitulation de l’empereur à Sedan, les Prussiens envahirent très rapidement l’Est de la France. Dès le 20 septembre, les avant-gardes investissaient la banlieue de Paris ; Villeparisis désertée de nombreux habitants fut occupée par des soldats du XIIe corps prussien. Ils se  logèrent notamment à la mairie et leur artillerie fut parquée dans les dépendances de la ferme Cottin.

Cette situation dura jusqu’en août 1871, avec un dramatique incident qui se produisit le 24 juin : l’attentat échoua car une seule ordonnance fut tuée. Le meurtrier fut dénoncé, arrêté et fusillé peu après au fort de Rosny.

D’autres combats eurent lieu dans les environs du village : il y eut un carré militaire dans le vieux cimetière de la ruelle aux Vins.

Après le départ des occupants, M. de Ruzé dut évaluer les dommages qu’avaient subis ses concitoyens dont il communiqua le montant au préfet. La commune reçut la maigre somme de 73190 F qu’il fallut partager entre les habitants.

 

 

La route stratégique entre le fort de Vaujours et Villevaudé, au-dessus de Montzaigle.

 

Source : Villeparisis,jadis et naguère de J.Lime

Repost 0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 07:17

Le samedi 4 avril dernier


 

 

L’origine de la résidence de Compiègne se confond avec celle de la monarchie et remonte à la dynastie mérovingienne. Après avoir changé plusieurs fois d’emplacement, ce séjour royal trouva en 1380 sa localisation définitive : le roi Charles V fit construire une forteresse qui connut des agrandissements successifs.

Au XVIIIe siècle, Louis XV décida de reconstruire entièrement le château. De 1751 à 1788, l’architecte Ange-Jacques Gabriel, puis son élève Le Dreux de la Châtre, réalisèrent un des monuments les plus sobres de l’architecture néo-classique française.

Après la Révolution, Napoléon Ier chargea l’architecte Berthault de remettre le château en état. Il y accueillit sa seconde épouse, l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche, en 1810.

Après la chute du régime impérial en 1870, le château de Compiègne devint un musée national. Une politique de restitution des états historiques y est menée depuis 1945.



 

 Un peu d’histoire

 

C’est en 1374 que Charles V, le "sage roi" cher à Christine de Pisan, décide de faire bâtir un nouveau château, sur un terrain proche des remparts racheté aux religieux de l’abbaye Saint Corneille, à l’emplacement de l’édifice actuel. Compiègne n’est plus, à cette époque, la Carlopolis carolingienne, la "Byzance française", mais sous la monarchie capétienne, le château restera, avec ceux de Versailles et Fontainebleau, l’une des trois résidences où le Roi se déplace avec son Conseil et où il gouverne.

 

- Charles VI y réunit les Etats Généraux en 1382.

- Henri IV y transfère la Cour des Monnaies de 1590 à 1594. Il y prépare le traité de Vervins, signé le 2 mai 1598, qui met fin à la guerre qui oppose la France à l’Espagne.
- Au début du règne de Louis XIII, un traité d’alliance entre la France et les Provinces-Unies y est signé le 12 juillet 1624. Dans les Annales de la Diplomatie, ce traité porte le nom de Traité de Compiègne.


- Le 14 août 1756 et le 6 août 1764, Louis XV y signe deux traités préliminaires au rattachement de la Corse au royaume, moyennant le rachat par la France des dettes de la République de Gênes.

 

- Le 29 avril 1814, Louis XVIII et la duchesse d’Angoulême, fille de Louis XVI, sont accueillis au château par les maréchaux d’Empire. Le roi y prépare le rétablissement de la monarchie et reçoit une députation du Corps législatif. Le 1er mai, le tsar Alexandre Ier vient à Compiègne pour recommander au Roi le projet de constitution libérale élaboré par le Sénat.


 

 

Rencontres et mariages royaux :


Le 14 mai 1770, eut lieu la première rencontre entre le dauphin Louis-Auguste, petit-fils de Louis XV et futur Louis XIV, et l’archiduchesse Marie-Antoinette d’Autriche. Le mariage fut célébré à Versailles le 16 mai suivant.
Près de 40 ans plus tard, le 27 mars 1810, un  scénario identique se répète : Napoléon Ier rencontre l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche, nièce de la reine Marie-Antoinette.
C’est au cours d’un séjour à Compiègne du 18 au 28 décembre 1852 que Napoléon III forme le dessein d’épouser Eugénie de Montijo, comtesse de Teba.


 

Les participants très attentifs aux explications du guide

 

 




Photos: Daniel Bernal
Repost 0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 06:58

L’ECOLE A VILLEPARISIS SOUS LE SECOND EMPIRE


Avant la Révolution, on ne peut guère parler d’école publique : même si un registre mentionne le nom de Louis Tacouet, mort en 1674. L’éducation était du ressort de l’église. Le premier instituteur identifié à Villeparisis fut Denis Lemaire en 1790 auquel succéda Jean-Jacques Guët. La classe se tint d’abord dans une maison offerte par le citoyen Delahaye, ensuite dans l’ancien presbytère jusqu’en 1796 quand il fut vendu comme bien national.


 

La première école


Entre cette date et 1862, l’école déménagea plusieurs fois, dans un local situé rue du Pin, entre autres, local plutôt malsain, parait-il. Le premier instituteur titulaire d’un brevet (institué par la loi de 1833) fut Antoine Chevance.

 

En 1862, l’auberge du Grand Monarque, rachetée en deux fois par la commune, fut le cadre de la nouvelle mairie-école. M. de Ruzé  fit beaucoup pour améliorer la qualité de l’enseignement, notamment par l’achat de livres.

Un projet d’une  classe de filles vit sa  réalisation en 1885 lors de l’acquisition complète du Grand Monarque (l’inauguration eut lieu le 29 novembre 1885). Cette classe fut confiée à Mme Mary, épouse de l’instituteur en place.

Les élèves n’étaient guère nombreux et bien peu poursuivaient jusqu’au certificat d’études  qui fut mis en place, par une circulaire, le 20 août 1866 , grâce à une impulsion de Victor Duruy et qui fut institué le 28 mars 1882 par une loi de Jules Ferry.  Par cette loi, l’instruction primaire devint obligatoire de 6 à 13 ans. En 1867, l’examen comporte 3 épreuves écrites :

(orthographe,style,calcul) et 5 épreuves orales (lecture, histoire sainte, grammaire,calcul au tableau, système métrique). L’écriture est évaluée sur le texte de la dictée. L’examen est obtenu si le candidat obtient la moyenne à l’ensemble des épreuves et s’il n’a pas fait plus de 10 fautes à sa dictée.

De 1874 à 1888, 41 enfants seulement l’obtinrent ( 22 garçons et 19 filles)

Mais Villeparisis fournissait des lauréats aux concours généraux d’arrondissement : Eugène Leroux, accessit en 1875, Emilien Parmentier en 1877, Hyppolite Ménécier en 1878, Louise Chartier en 1879 et Léon Risch qui obtint en 1881 le prix du conseil général.

 

 

L’école mairie



Plan de l'école

Sources : E.Soitel : Villeparisis

Villeparisis et son histoire

Villeparisis : jadis et naguère de J.Lime

Repost 0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 06:57

L’ancien presbytère avait été vendu comme bien national (il avait servi d’école à partir de 1794) et de 1796, quand le culte avait été rétabli  jusqu’en 1826, le curé logeait en ville, sans avoir de résidence officielle. En 1826, la commune acheta la maison Charbonnier à l’angle de la ruelle aux Vins où on installa un presbytère inconfortable qui jouxta, ensuite, le cimetière déplacé de devant l’église en 1834.

Comme il menaçait ruine en 1862, M. de Ruzé jugea opportun de vendre cette masure et de reconstruire un nouveau presbytère : il acheta un terrain à François Champs (ancien maire) et le nouveau presbytère fut construit entre 1869 et 1871. Le curé était Nicolas Lenfant qui avait succédé à Pierre  Picout en 1865.

L’église Saint-Martin fut aussi remise en état : on installa un autel de marbre, un confessionnal, des vitraux et des bancs. Une nouvelle cloche, plus lourde que la seule qui restait de l’Ancien Régime, fut baptisée le 15 novembre 1863 par le curé Picout, sous le nom d’Emilie Camille. La commune l’avait acquise pour 934F auprès du fondeur Hildebrand. Enfin le mécanisme de l’horloge fut rénové en 1872.



Cartes postales :collection privée

Repost 0
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 07:44

 

SOUVENIR DU 17 AVRIL 1942

 





Plaque commémorative devant le Musée d’Histoire Locale

Parc Honoré de Balzac

Villeparisis

 

Cette plaque a été inaugurée le 27 avril 2003 par Monsieur Hennequin, maire de Villeparisis en hommage à deux Villeparisiens morts en camp de déportation et à un Villeparisien fusillé le 17 avril 1942 au Mont Valérien. Cette plaque remplace une plaque installée initialement place Henri Barbusse apposée sur un arbre ramené du camp de Mauthausen par le fils de Monsieur Julien  Delespinay ; cet arbre fut gravement endommagé par la tempête du 26 décembre 1999 et n’existe plus aujourd’hui.

 


Monsieur Julien Delespinay

Il a été arrêté le 8 octobre 1941 pour faits de résistance à l’ennemi. Chargé de la distribution de tracts appelant à la résistance, il fut le seul de son groupe à être arrêté. Du 8 octobre 1941 au 22 mars 1944, il fut emprisonné successivement à la prison de Meaux, à la prison de la Santé à Paris, à celle de Fresnes puis à Caen, Fontevrault, Blois et Compiègne.

En mars 1944, il fut déporté au camp de Mauthausen où il resta jusqu’en décembre 1944, date à laquelle il fut déporté à Auschwitz. Il mourut le 18 ou 19 janvier 1945.

Monsieur Gabriel Rey
Il fut également résistant de la première heure. Arrêté, il fut emprisonné et déporté dans le camp d’Auschwitz où il mourut en 1941.


Monsieur Guisco Spartaco


 

 

René Spartaco Guisco dit Spartaco, né en Italie en 1911. Ses parents se sont réfugiés en France en 1921, et ont été naturalisés français en 1932. La famille Guisco s’est installée  à Villeparisis, avec ses quatre enfants. Guisco Spartaco faisait partie des francs-tireurs qui effectuaient des reconnaissances avec le groupe de Fabien aux environs de Nantes. Suite à l’exécution d’un groupe de jeunes Français par les Allemands, Guisco Spartaco avec son groupe de résistants, en guise de représailles captura un gradé allemand Karl Hotz dans un hôtel de Nantes avant de le fusiller sur une des places de la ville. Cet attentat déclencha la fusillade d’otages à Chateaubriant le 21 octobre 1941 (parmi lesquels Guy Moquet). Monsieur Guisco Spartaco fut arrêté, jugé à la Maison de la Chimie et fusillé au Mont Valérien le 17 avril 1942.

 

  

Sources: http://www.resistance.ftpf.net/chimie/pages/guiscospartaco.html
Villeparisis et son histoire 

Repost 0
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 07:00

Vers 1860, Villeparisis avait beaucoup perdu de son lustre : les auberges disparaissaient, faute de clientèle, il en était de même pour les vignerons et les petits commerces.


La prospérité venait des carrières et de l’agriculture : le commerce des « pailleux » qui fournissaient en paille le marché aux bestiaux de La Villette apparut dans ces années .

 

 

La maison des « pailleux »,  située Rue de Ruzé, détruite en février 2009.

 

L’eau et les fontaines

 

Le problème principal était celui de l’eau (qui se posait depuis le Moyen-Age). Il fut, en partie, résolu en 1868 quand M de Ruzé fit installer une citerne en bordure de la rue de Courtry pour collecter les eaux de plusieurs sources. De là, des canalisations conduisaient les eaux aux bornes. La fontaine la plus gracieuse était encastrée dans la façade de la mairie : c’était un bassin surmonté d’un monument avec le buste de M de Ruzé. Cette statue de bronze fut enlevée en 1940/41.

 


Le monument portait cette mention flatteuse :

A Monsieur A-F de Ruzé

La commune de Villeparisis reconnaissante

1885

Repost 0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 07:00
Le Second Empire à Villeparisis fut surtout l’époque de M.Foissier de Ruzé, qui fut maire de 1862 à 1872 et dont le ministère eut d’heureux effets sur la commune.



 


Portrait de M de Ruzé ( musée de l’Histoire)

 


Le 29 juillet 1862, il inaugura la nouvelle mairie dans une partie de l’auberge du Grand Monarque.

 

 

                                                                      

 

Le bureau de poste créé le 1er novembre 1784 avait été supprimé par arrêté le 23 juin 1797. Le courrier partait des bureaux les plus proches : Livry et surtout Claye. Le bureau de Claye avait été ouvert  vers 1710.

Vers 1855, Villeparisis eut son bureau ; en 1862, la directrice était Melle Berthiot. En 1880, le télégraphe fonctionna, mais le téléphone n’entra en fonction qu’après 1900.

Ce bureau était situé dans la mairie, rue de Ruzé

 

Sur la carte postale précédente, on aperçoit, en bas de l’horloge, la niche qui abritait le buste de M de Ruzé, bienfaiteur de la ville et maire de 1858 à1872.

Trois portes desservent le bâtiment : la grande porte pour les écoles, la plus petite pour la mairie, la dernière à gauche, pour les postes et télégraphes.

 

Repost 0